L’interview de la serialmother : Solenne, fondatrice de l’appli Y’en a marre du square !


Photo-Solenne_YAMS

 

Parce qu’elle en avait marre de ne pas trouver LA super appli qui lui donnerait des idées de sorties à Paris, Solenne, maman de 3 filles dont des jumelles, a lancé la sienne !

Avec Y’en a marre du Square, elles propose aux parents de la capitale des bons plans, des endroits fun, des lieux insolites à découvrir en tribu.

Alors qui est Solenne et comment est née cette appli ? Tout, tout, tout vous saurez tout sur elle.

SERIALCV

Nom Moutier

Prénom Solenne

Age 38

Situation de famille ? Mariée

Métier ? fondatrice de Y’en a marre du square !

Prénom et âge de tes enfants ? Pénélope (6 ans), Eugénie (6 ans), Cassandre (3 ans)

Surnoms que tu leurs donnes ? Poppy, Penny, Pen, Poppinette, Gini, Gene, Jane, Eugéninette, p’tit Cachou, Cassie, Cass, Cachounette… et pas mal d’autres déclinaisons ou petits noms.

Age de la 1ere nuit ? 9 mois pour les aînées (dès qu’une des deux faisait le moindre bruit, on procédait à une extraction immédiate en mode ninja pour ne pas qu’elle réveille sa sœur, ça n’aide pas). Pour la 3è je ne sais plus trop… c’est une 3è.

YAMS screenshots intro_1606

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? Ce matin en les laissant partir vivre leur vie à l’école et à la crèche.

Dernier(s) caprice(s) ? Un par mois pour l’une, un par jour pour l’autre, un par minute pour la troisième (ordre non contractuel). Le tout dernier : la petite a débarqué pour la 342è fois dans le salon à 22h52 (je vais lancer une pétition pour l’arrêt de la sieste en crèche) parce qu’elle voulait une « petite douche ». Oui une petite douche, que la mère indigne que je suis – et affichant accessoirement un bon 39 sur le thermomètre – lui a refusé alors que papa lui avait « promis une petite douche » (après le bain du matin ?…) Ce papa-même qui n’était pas là ce soir-là. Cris hystériques, roulages par terre, agrippage de jambes, une petite douche, une petite doooouuuche,

UNE PETITE DOOOOOOOOOUUUUUCHE ! J’ai fini par faire ce que toute mère normalement constituée ferait,je suis partie m’enfermer dans la salle de bain et j’ai fait abstraction des hurlements et du tambourinage de porte jusqu’à ce qu’elle s’épuise.

Dernière (s) punition(s) ? Pas vraiment de punition, on met en cellule de dégrisement quand ça dégénère trop.

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère ? J’ai déjà coché avec la « petite douche » non ? Non, bon j’ai aussi lâché la poussette de ma dernière pour me ruer sur une de se sœurs qui s’apprêtait à se jeter sous une voiture en trottinette : quand j’avais le dos tourné la poussette s’est échappée et s’est renversée dans le caniveau, l’enfant aussi, la tête la première. Je me demande maintenant s’il n’y a pas un lien avec la « petite douche »… Mais le papa l’a fait tomber de son siège auto sur le bitume quand elle avait 11 mois, oh ça va j’ai bien le droit de balancer.

Quelle est selon toi la période la plus difficile dans “l’élevage” d’enfants? Pour des jumeaux, je dirais à partir de 5/6 mois, avec l’accumulation de fatigue, les nuits passées à marcher comme des zombies chacun avec une de nos filles à califourchon sur un bras, elles ne s’endormaient que comme ça et on était mobilisé tous les deux en permanence ; les matins où on se réveillait sans comprendre comment notre dîner de la veille pouvait être toujours là, sur la table, intact ; les journées de congé mat’ où je n’étais pas douchée à 17h30, où j’attendais le retour du père comme le messie.Mais on oublie, et au fur et à mesure, tout devient plus simple, c’est génial deux d’un coup.

YAMS_screenshot_home

Tu viens de lancer l’appli Y’en a marre du square ! Qu’est ceque c’est ? C’est une toute nouvelle appli de recommandation de sorties avec les enfants, ciblée pour l’instant sur Paris et ses alentours.J’ai perdu beaucoup de temps à chercher des sorties à faire avec mes filles à Paris, j’étais frustrée de voir à quel point les outils de recherche existants n’étaient pas efficaces ni adaptés à nos envies et nos usages en tant que parents, il n’y avait en particulier aucune application mobile dédiée. J’avais la chance d’avoir le plus brillant des développeurs à la maison alors on s’est lancé.  Il y a tellement de choses passionnantes à faire avec ses enfants dans notre belle ville, il faut juste trouver le temps de chercher, savoir où les dénicher et s’assurer que c’est adapté à l’âge de nos enfants, que ça a bien lieu ce samedi après-midi et pas dans trois semaines, que c’est dans un quartier qui nous arrange, que c’est dehors ou dedans… C’est le travail que nous faisons pour les parents avec Y’en a marre du square ! Je consacre beaucoup de temps à chercher de nouvelles idées, à tout consulter, trier, sélectionner. Je choisis les sorties qu’on a aimées ou qui me paraissent les plus intéressantes, les plus attirantes, et ce, de façon totalement indépendante. C’est subjectif, j’ai une ligne éditoriale interne qui me guide. J’ai vraiment envie que les parents passent des moments heureux avec leurs enfants,c’est mon fil rouge.

La meilleure sortie en famille alors c’est quoi par exemple ? C’est celle où on s’amuse, où on découvre, où tout roule, où on ne se prend pas la tête. Après ça dépend des attentes de chacun, des circonstances, ça peut aussi bien être une fête de quartier où les enfants vont danser et s’amuser, qu’un joli spectacle dans un petit théâtre ou une balade à l’autre bout de Paris pour découvrir une expo géniale qui va leur parler. Nous on aime beaucoup les lieux contemporains, comme la Gaîté Lyrique ou le Palais de Tokyo mais on a adoré aussi dernièrement l’ambiance feutrée et pleine de fantaisie du musée de la Chasse et de la nature. On aime aussi s’échapper un peu de Paris pour prendre l’air, à Chamarande ou au Potager des Princes de Chantilly par exemple.

Le square c’est vraiment l’horreur ?! Bah oui, non ? Sérieusement, j’aime nos squares parisiens, je ne veux surtout pas les renier, ils m’ont sauvé la mise plus d’une fois quand sortir de l’appart était une question de survie. Mais il y a quand même des moments où y’en a marre de la routine et de la surpopulation square-cérale. Et il y a tellement de choses super à faire à Paris, le tout est de trouver facilement ce qui nous correspond.

Quelles sont tes 3 autres applis préférées de maman ? Ce ne sont pas des applis de maman en tant que telles mais plutôt des applis qui me facilitent la vie : les applis de presse et en particulier les agrégateurs comme Feedly qui me permet d’accéder facilement à toutes mes sources.Les applis de vente privée parce que j’achète pratiquement toutes les fringues de mes filles en ligne et que quand il faut en permanence tout acheter en double d’un coup, mieux vaut faire un peu attention.

Et puis Pili Pop tiens, on peut dire que c’est une appli de maman ? De maman qui a vécu à l’étranger et adore voyager et qui a très envie d’initier ses enfants à l’anglais. Sachant qu’entre le judo, la danse et la musique, c’est impossible à caser. Cette appli permet de les familiariser en douceur en jouant, les filles l’adorent.

Qu’est ce qui te rend le plus fier de tes enfants ? Leur enthousiasme, leur curiosité, l’empathie et le respect qu’elles montrent pour les autres, la façon dont elles s’occupent les unesdes autres, leur créativité, leur humour, les blagues carambar nulles qu’elles inventent (« ça fait quoi un lion qui va dans un seau ? ça fait un lionceau »). Je continue ?

Que veux-tu leur transmettre ? L’amour et le respect des autres, l’ouverture au monde, la capacité d’oser, la fantaisie. Et puis mon amour pour la musique et les arts en général, c’est ça aussi bien sûr qui m’a guidée pour Y’en a marre du square !

Dernière sortie en famille ? Un « concert tôt » au théâtre du Châtelet : « Paris en chansons » par le chœur d’enfants Sotto Voce. Magique, même notre petite dernière chantonnait en tapant des mains « je fais des trous des petits trous, encore des petits trous » (avant de décider au bout de 15 minutes que ça suffisait et de se mettre à le dire haut et fort, il a fallu procéder à un exfiltrage express). Et par mesure d’éclectisme, on a continué l’après-midi avec un concert de post folk indie à la médiathèque Marguerite Duras : les magnifiques Butch McKoy et son acolyte. Génial d’assister à un vrai concert de rock avec nos filles à une heure et dans une ambiance adaptées.

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? Ca se passe le week-end. On se lève tard (on a dit idéale, pas réaliste), on traîne un peu, les filles jouent, on déjeune en famille chez ma maman ou on rejoint des amis pour bruncher et on passe l’après-midi à découvrir tout ce que Paris a à nous offrir.

Dernier mot avant le dodo ? J’aimerais dire que c’est : bonne nuit mon petit ange, je t’aime à la folie… Ce que je dis à chacune mais j’ajoute 1/2h plus tard pour les aînées : bon maintenant tu dors, tu vas être crevée demain, et moi aussi. Et 2h plus tard à la dernière : qu’est-ce que tu fais encore là ?!

Posted in Serial Interviews | Leave a comment

L’interview de la serialmother : Laurence, responsable de SSF, l’appli qui sauve des vies

laurence1

Laurence est une femme en or : maman de 2 grands enfants, belle-mère de 3 enfants, belle et toujours jeune, elle a pris la responsabilité avec Francesca Sardou de l’appli SSF, l’appli qui permet de sauver de vies. Comme ça le lui suffisait pas, elle s’occupe aussi de la communication et du développement de la marque de cosmétiques Renophase.

Qui est cette femme formidable ?

Laurence nous parle de ses enfants, de son rôle de belle-mère, de la fois où elle a sauvé un homme  et de SSF !

SERIALCV

Nom Tordjmann

Prénom Laurence

Age 48 ans

Situation de famille ? Re Mariée depuis 3 ans.

Métier ? Responsable application SSF et en charge du développement et de la communication de Renophase.

Prénom et âge de tes enfants? Léa 20 ans et Raphael 18 ans et j’ai aussi trois beaux enfants une semaine sur deux depuis cinq ans, Clara 16 ans , Tess 14 ans et Ruben 11 ans. La marâtre comme dit Clara en rigolant (ou peut-être pas…)

Surnoms que tu leurs donnes? Je ne suis pas très surnoms mais plutôt des petits noms d’amour genre mon cœur, mon trésor etc.. Sauf Raphaël c’est souvent Raphy. Quand ils étaient petits c’était ma princesse et mon petit prince. Pour les 3 autres c’est mes Loulous.

Age de la 1ère nuit ? Léa un bonheur 6 semaines et Raphaël 2 mois ½ il voulait être aux seins non-stop…

laurenc2

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? Il y a trop longtemps ma fille vit à Madrid mais je vais la voir quelques jourslà… Et mon fils semaine dernière, il passe le bac et ne lève pas la tête de ses révisions. Mais bon ce sont des câlins de grand garçon … Ca devient difficile entre ma fille qui est loin et mon fils à 18 ans je ne peux plus prendre sur mes genoux…

Dernier(s) caprice(s)? J’ai eu la chance de ne pas avoir des enfants capricieux, mais je me rattrape avec mes beaux enfants… 😉 Maman ce ,’est pas facile, mais belle-mère c’est encore plus compliqué car tu ne peux pas dire ce que tu veux.

Dernière (s) punition(s)? Elle remonte à longtemps pour mes enfants je ne m’en souviens plus. Pour mes beaux enfants c’était hier avec Ruben 11 ans, il a séché son cours d’éducation religieuse pour aller se promener avec un copain sans prévenir qui que ce soit, donc plus de portable pendant une journée.

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère ? J’ai oublié l’heure pour aller chercher mon fils à l’école, je suis arrivée très en retard et j’étais catastrophée et honteuse …

Quelle-est selon toi la période la plus difficile dans “l’élevage” d’enfants ? L’adolescence et la préadolescence sans aucun doute… J’entame la cinquième, entre mes enfants avec mes beaux enfants je sais de quoi je parle…

Tu travailles, avec tes amis Romain et Francesca Sardou et Laurent Issenjou, qui ont lancé l’appli SSF ? Qu’est-ce que c’est ? Oui et c’est génial de travailler ensemble, Francesca et moi savons allier travail avec humour c’est un vrai kiff. C’est une petite startup et c’est très excitant de la faire grandir tous ensemble pour la bonne cause. Sauveteurs Sans Frontières et une ONG et nous avons lancé SSF qui est une application mobile de premiers secours qui va aider à sauver plus de vies. Elle met en lien immédiat par un système de géolocalisation, des personnes en situation d’urgence ou bien des témoins d’accident avec des secouristes professionnels ou bénévoles. Quand on est une maman on peut être confrontée avec tous les genres d’accidents. Regarder par exemple ce qui s’est passé au parc Monceau avec lesenfants, si des personnes avec eux l’application plus de monde auraient pu aider ce pompier. Vous retrouverez aussi le rappel des gestes de premiers secours ainsi que les numéros d’urgence et vous avez également la possibilité de vous inscrire aux formations PSC1 via l’application d’ailleurs je pense toutes les mamans devraient faire la formation, il y a tellement d’idées reçues sur les gestes en cas d’accident qui peuvent causer encore plus de dégâts comme lorsqu’un enfant avale un produit toxique ou les brulures.

sardou5

Tout le monde peut charger cette appli ? Oui tout le monde, que l’on soit donneurs d’alerte ou secouristes il faut la télécharger et s’enregistrer. Plus il y aura de monde, plus des vies seront sauvées. Nous devons tous être solidaire et faire preuve de civisme. L’appli SSF est sur l’App Store et Google play.

Si on est en présence d’une personne qui est en danger (malaise,étouffement, brulures…), on va d’abord sur SSF ou on appelle les secours ? Avec l’application SSF vous faites les deux simultanément. Vous lancez une alerte et vous géolocalisez un secouriste dans un environnement proche, qui va être dirigé sur les lieux de l’accident via un GPS et vous appelez les secours publics en même temps. Le secouriste arrivera rapidement et pourra ainsi prodiguer les gestes de premiers secours en attendant les secours publics qui prendront le relais. Dans certains cas les premières minutes sont cruciales pour sauver une vie comme par exemple l’arrêt cardiaque 4 min au-delà vous avez des risques de séquelles cérébrales ou l’étouffement 2 min ça va très très vite.

Tu as déjà sauvé quelqu’un, raconte-nous cette histoire extraordinaire … Oui c’était un homme de 49 ans, papa de deux enfants, qui avait fait un arrêt cardiaque dans la rue. Je lui ai fait un massage cardiaque et du bouche-à-bouche durant environ 6 minutes en attendant les pompiers, puis le SAMU a pris le relais. Il a été sauvé et il n’a pas de séquelles grâce à ces gestes de premiers secours que tout le monde devrait connaitre.

Qu’est-ce qui te rend le plus fier de tes enfants ? Presque tout ! J’ai beaucoup de chance, j’ai des enfants sérieux, travailleurs et je leur souhaite d’être heureux. J’aimerais parfois qu’ils soient plus tolérants et plus tendres avec moi, mais bon ça doit être l’âge…

Que veux-tu leur transmettre ? L’amour, l’humanité, la tolérance, la gentillesse, l’humour, et tout cela en se protégeant. Et qu’ils soient sûrs d’eux aussi. La vie est belle.

Dernière sortie en famille ? Celle qui arrive. Je pars voir ma fille à Madrid et mon fils et mon mari nous rejoignent pour le week-end. J’ai hâte de passer un moment avec ma fille !

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? A la campagne ou dans le jardin chez nous à Saint-Cloud, sans que ça gueule ce qui est souvent le cas, j’ai un mari un peu stressé et des beaux enfants pas super obéissants et je ne suis pas du genre à me laisser faire. Une grasse mat avec mon mari, un bon petit déj au lit devant un film, les enfants qui jouent dans le jardin sans faire de conneries, une bonne plancha au soleil avec des amis, un verre de rosé (ou plus mais chut)… Eh oui j’aime la table et le bon vin même si je ne mange pas de viande, je peux y rester des heures. C’est un moment d’échange et de partage ! Je suis une vraieépicurienne.

Dernier mot avant le dodo ? Bonne nuit mon cœur, je t’aime !

Capture d’écran 2016-06-22 à 20.22.00

Posted in Serial Interviews | Leave a comment

Le jour où j’ai eu la varicelle à …32 Ans.

a

Depuis avant-hier, mon petit dernier a la varicelle. Bon jusque là rien de fou.

Cela a réveillé en moi le douloureux de souvenir de ma varicelle à moi.

Comme je suis pas comme tout le monde, j’ai eu la varicelle à 32 ans. Quoique …Angelina Jolie a eu la varicelle en 2014, à l’âge adulte donc. C’est là notre seul point commun. (en dehors du fait qu’on se partage Brad.)

Un jour d’aout (tant qu’à faire…avoir la varicelle adulte et en aout ! En plein été, le top), mon fils ainé a eu 4 boutons. C’était la varicelle. En dehors donc des 4 boutons, il allait bien. Comme il était d’humeur généreuse, il refila sa varicelle à sa petite soeur qui elle, en sortit 49074478.

Par précaution, je téléphonai à ma mère pour lui demander “maman, j’ai eu la varicelle étant enfant ?”. Sûre d’elle-même, elle me répondit “oui évidemment, je m’en souviens TRES bien. Ta soeur et toi. En même temps. l’horreur.”

Ce jour là j’ai su que j’avais été adoptée et que ma mère mentait. Non seulement je ne l’avais pas eue mais ma soeur non plus (elle l’aura elle aussi à l’âge adulte après moi). Merci maman pour les souvenirs.

Le lendemain des premiers boutons de ma fille, je fus recouverte à mon tour de boutons. Partout.PARTOUT. Quand je dis partout, je veux vraiment dire PARTOUT.

En plein mois d’aout.

Les passants me regardaient en se demandant si je faisais ma crise d’adolescence avec retard ou si j’étais atteinte de la peste.Mon mari me dévisageait avec dégout. Mes enfants compatissaient. Je me grattais, j’avais chaud, j’étais boutonneuse.

Mon été fut pourri. Personne ne voulait m’approcher et, tandis que je faisais ma mue, je perdis mes amis et ma dignité.

Angelina Jolie et moi avons depuis monté un groupe de solidarité pour tous les adultes atteints varicelle.

ps : avoir la varicelle enfant c’est tout de même cool.

pps : merci encore à ma mère de m’avoir soigneusement évité de l’avoir dans mon enfance. Non mais vraiment quoi…pffffff.

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

L’interview de la serialmother : Francesca Sardou, auteur

sardou1

 

Francesca est l’heureuse maman de trois enfants.

Il y a quelques temps, en voyant son petit denier mettre son bavoir à l’envers, se prendre pour un super-héros et se sentir invincible, elle a la jolie idée d’inventer le personnage de Ben, un petit garçon persuadé d’avoir des super pouvoirs. Aujourd’hui Ben est le superhéros de 4 jolis livres.

Mais comme ça ne lui suffisait pas, elle vient de créer avec des amis l’appli SSF, pour “sauver des vies”.

Nul doute qu’entre son super héros et son appli, Francesca distribue du bonheur !

Elle nous raconte sa vie de maman et bien plus encore…

SERIALCV

Nom :  Sardou

Prénom :  Francesca

Age :  “Est­-ce bien nécessaire? Ahahah jamais assez jeune “

Situation de famille ? Mariée, 3 enfants

Métier ? Auteur

Prénom et âge de tes enfants? Aliénor 12 ans, Gabriel 10 et Victor 6

Surnoms que tu leurs donnes? Ali, Gabi et Kikou

Age de la 1ere nuit ? Oula, Ça fait loin…. Mais ils ont fait leurs nuits très rapidement car ils étaient de gros dévoreurs de biberons. Qui mange bien, dors bien.

sardou4

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? J’ai la chance d’en avoir encore régulièrement.

Dernier(s) caprice(s)? Les derniers caprices sont généralement liés à l’interdiction de l’ipad ou du téléphone portable. Ils disent souvent « je ne sais pas quoi faire » quand on les prive. Dans le meilleur des cas, ils ne peuvent s’en servir que pendant les vacances et les longs week-­ends de pluie et sur des durées très courtes sinon ils deviennent vite accros. En revanche, s’ils pensent d’abord s’ennuyer sans leurs jeux vidéos, ils finissent très vite par trouver comment s’occuper !

Dernière (s) punition(s)? Malheureusement privation d’ipad et de Playstation. C’est vrai que privé de dessert aujourd’hui ça marche beaucoup moins bien.

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère ? Quelques jours après la naissance de ma fille, je l’ai oubliée. Du coup j’ai omis de la réveiller pour lui donner son biberon de l’après-­midi. J’ai terriblement culpabilisé, cela m’a paru insensé de pouvoir passer à côté des bases rudimentaires de mon nouveau ­né, celles de l’alimentation. Mais j’ai réalisé aussi qu’un enfant c’est aussi une tierce personne qui s’installe au sein de son couple et de ses habitudes. C’est pas toujours évident d’être mère instantanément. Personnellement, je lui suis devenue au fil des jours.

Quelle est selon toi la période la plus difficile dans “l’élevage” d’enfants ? Pour moi, la période qui demande le plus de patience c’est entre 2 et 3 ans, les enfants parlent mais ne comprennent pas tout. On passe un temps fou à répéter la même chose. C’est une période où ils nous testent beaucoup et il faut savoir rester ferme. Je pense que je vais changer d’avis quand les miens vont devenir ados.

Tu viens d’écrire plusieurs livres pour enfants, comment est née cette idée ? Un matin, j’ai vu mon fils âgé de 4 ans à l’époque mettre son bavoir à l’envers comme une cape et imiter le vol de Superman. Cela a fait rire son frère et sa sœur ; il s’est senti très fort, presque indestructible car il était le centre d’attention. J’ai pensé que ce serait intéressant de créer un personnage qui lorsqu’il croit qu’il se transforme en super­héros peut tout réussir. Il se motive tout seul ! Ben est un enfant qui se croit doté de pouvoirs magiques, c’est son secret et ça lui permet de dépasser toutes les épreuves liées à la petite enfance. (peur du noir, peur des autres, de l’école, quitter sa tototte, devenir poli, etc.)

sardou3

Tu as toujours voulu écrire pour les enfants ? L’envie d’écrire pour les enfants est venue avec ce personnage Ben. Mais ce que j’ai adoré c’est surtout le fait que ce projet est familial ; tout le monde a participé . J’ai trouvé cela génial de faire collaborer mes enfants dans toutes les étapes de la création des albums. Ma fille a trouvé le credo final qui est       «réveille le superben qui est en toi » Mon fils aîné le nom du doudou « superloulou » et le petit dernier est Ben avec sa cape et ses scratchs en croisillon. Ils adorent tous les trois, lire les histoires et y retrouver leurs idées.

Tu viens aussi de lancer une appli géniale qui peut aider à sauver des vies SSF, dis nous en plus. SSF­ Sauveteurs Sans Frontières est un application qui permet de géolocaliser des secouristes bénévoles/professionnels autour de soi. Et donc de les alerter en cas de nécessité par un simple clic et cela en même temps que les pompiers, et le Samu. Grâce à la carte de l’application , les secouristes arrivent sur place et peuvent agir en attendant les secours publics dans les minutes cruciales qui font souvent la différence. Enplus du système d’alerte, l’application permet de s’inscrire à des formations et offre un rappel illustré des premiers gestes indispensables de secours. Dans le contexte actuel, on a besoin d’entraide, d’engagement civique, et on a aussi besoin d’être rassuré en sachant qu’on n’est pas seul. Il y a parfois au sein des organismes de secouristes des pénuries de volontaires alors qu’il y a énormément de personnes formées aux gestes de premiers secours qui voudraient pouvoir se rendre disponibles. Je trouve aussi que toutes les mamans devraient se former, cela devrait être obligatoire pendant la grossesse. Toutes les parents peuvent se trouver face à une situation grave avec des bébés/enfants comme des arrêts respiratoires, des brûlures ou des étouffements ; c’est pourquoi nous devons tous être capables de sauver des vies grâce aux gestes de premiers secours. Cela prend seulement une journée de se former, il faut le faire.

sardou5

Difficile de concilier vie pro et vie privée ? Je ne pense pas que cela soit difficile ! Il faut juste réaliser qu’on ne peut pas être parfait dans tous les domaines et l’accepter. Mon mari et moi travaillons tous les deux à la maison et c’est donc un équilibre que l’on trouve en famille.

Qu’est ce qui te rend le plus fier de tes enfants ? Leur curiosité, leur joie de vivre et leur gentillesse. J’insiste toujours pour qu’ils soient tolérants et gentils entre eux et envers les autres.

Que veux­tu leur transmettre ? Du bonheur, je trouve cela affreux de voir son enfant malheureux et d’être impuissante.

Dernière sortie en famille ? Château de Versailles. Un classique chez nous

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? Une journée où personne ne demande « Bon qu’est ce qu’on fait maintenant ?».

Dernier mot avant le dodo ? « Maintenant si tu ne dors pas dans les 5 minutes, je te bute ! » ce qui les fait toujours beaucoup rigoler.

Posted in Serial Interviews | Leave a comment

L’interview de la serialmother : Candice Gasperini co-fondatrice du site Bricool.

candice1

Dans une autre vie  Candice était journaliste-reporter à la télévision. Un jour elle a eu marre et a décidé de changer de vie.

Une rencontre avec Emilie plus tard, les deux filles s’associent et montent le site Bricool, un site malin pour trouver toute la main d’oeuvre dont on peut avoir avoir besoin pour des petits et des gros travaux.

Candice est aussi l’heureuse maman d’une petite Giulia. Comment jongle t-elle entre sa vie de maman solo, sa petite entreprise et sa vie de femme ? Elle nous dit tout !

SERIALCV

Nom : Gasperini

Prénom : Candice

Age : 36 ans

Situation de famille ? Maman séparée

Métier ? Entrepreneuse

Prénom et âge de ta fille ? Giulia 5 ans et demi

Surnoms que tu lui donnes? Loulette ! Tout le monde l’appelle comme ça depuis sa naissance, au point qu’elle n’entend absolument jamais son vrai prénom.

Age de la 1ère nuit ?… no comment… l’enfer. Je dirais 2 ans ? Et je ne plaisante pas.

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? Tout le temps, je passe mon temps à chercher son odeur et à lui faire des bisous. En plus on a beaucoup de chance, elle est fan de câlin.

Dernier(s) caprice(s)? Elle n’est pas vraiment capricieuse. En revanche c’est une pro de l’argumentation, elle arrive toujours à ses fins en nous prouvant par A + B que ce qu’elle nous propose est vraiment une super idée.

Dernière (s) punition(s)? Ca va paraître gnan-gnan mais on ne la punit jamais. Comme elle est assez émotive, on lui crie rarement dessus. On lui fait un peu la leçon et ça suffit pour qu’elle ne recommence pas.

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère ? J’ai toujours honte quand j’arrive à un pique-nique, que toutes mes copines mamans ont prévu le joli petit sac qui va bien avec la couverture, les gâteaux faits maison, les jouets d’extérieur et que moi au mieux j’ai couru vite fait acheter un goûter à la boulange et qu’on se retrouve toutes les deux assises sur nos vestes. La oui, dans ces moments là j’ai toujours un peu honte… pourtant la fois suivante, je refais exactement la même !

Quelle est selon toi la période la plus difficile dans “l’élevage” d’enfants ? Alors je n’ai pas encore eu la joie de connaître les affres de « l’élevage d’adolescent » donc je dirais que clairement pour moi jusqu’à présent le plus dur était les premiers mois. D’autant que c’était un bébé qui dormait très peu et allergique aux produits laitiers… easy quoi !

Tu as monté le site bricool avec une amie il y a quelques mois. Dis nous en plus. On a monté Bricool parce qu’en tant que femmes et qui en plus n’y connaissaient rien, à chaque fois qu’on devait faire appel à un plombier ou à un bricoleur, on se faisait soit arnaquer, soit planter le jour J. Qui plus est, j’avais un conjoint encore moins bricoleur que moi du coup, je n’avais jamais l’occasion d’avoir un appart un peu déco.

Capture d’écran 2016-06-17 à 23.39.19

Concrètement si j’ai une fuite, je passe par Bricool, ça se passe comment ? Tu nous appelles et on te trouve un de nos plombiers dispo au plus vite avec surtout un prix fixe avant qu’il ne commence. Pas de devis surprise chez nous c’est le principe. Mais surtout Bricool fait plus que du dépannage, on est surtout là pour accompagner nos clients dans tous leurs travaux, la rénovation de salle de bain, de cuisine, de tout leur appart. On s’occupe de leur trouver le prestataire de notre réseau qui correspond à leur budget et à leur demande, le tout avec des tarifs compétitifs. Ensuite on suit leur chantier de A à Z pour garantir que tout va bien se passer.

Tu faisais quoi avant ? Pourquoi changer de vie ? J’étais journaliste reporter TV. Pas très épanouie. La TV laisse peu de place à la prise d’initiative, aux nouveaux projets, tout reste très formaté. J’ai tout quitté pour décider à 33 ans d’apprendre à coder dans un bootcamp. Une sorte de « camp » intensif où tu codes non stop pendant 9 semaines. Une expérience incroyable qui a littéralement changé ma vie ! Notamment parce que j’y ai rencontré mon associée Emilie.

Candice et son associée Emilie

Candice et son associée Emilie

Tu viens de monter ta boite il y a quelques mois, difficile de se lancer ? De se lancer non mais de perdurer oui. Un combat de tous les jours, semé d’embûches. En revanche, nous avons beaucoup de chance, nous sommes super bien entourées et « coachées » dans le meilleur accélérateur de France, The Family.

Difficile de concilie vie pro et vie privée ? Très. Du coup j’essaie d’emmener ma fille au boulot lorsque je dois travailler les jours fériés, certaines vacances scolaires… et comme je bosse de The Family elle adore (c’est un peu le paradis des enfants autant pour le décor que pour les gens bienveillants).

Qu’est ce qui te rend le plus fier de ta fille ? Tu fais appel à mon objectivité de maman là ahah 😉 je suis fière de sa curiosité et de son empathie, même si souvent ça m’inquiète de la savoir aussi sensible.

Que veux-tu lui transmettre ? La confiance en elle et en la vie. C’est terriblement niais comme phrase mais je pense pourtant que ces deux choses font la différence entre une personne heureuse et quelqu’un qui passe à côté de sa vie.

Dernière sortie en famille ? Samedi, on avait l’exposition de dessin à l’école.

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? Resto jap rue Saint-Anne pour un bol de nouilles, une balade avec en prime un musée sympa (la grande galerie de l’évolution ou les expos temporaires du palais de la Découverte), un bon goûter.

Dernier mot avant le dodo ? Bonne nuit mon cœur d’amour, la même phrase tous les soirs je ne m’en lasse pas 😉

Posted in Serial Interviews | Leave a comment

L’interview de la serialmother : Hélène Defossez, auteur du livre “Enceinte et végétarienne”

helene1

Hélène Defossez est une jeune maman écrivain et végétarienne qui lors sa de grossesse a continué évidemment à l’être. C’est à ce moment là qu’elle s’est rendue compte qu’aucun livre sur ce sujet n’avait jamais été écrit en France. Alors elle s’est lancée et nous livre un ouvrage passionnant “Enceinte et végétarienne”, rempli d’astuces, de conseils de médecins, d’idées de recettes pour pouvoir vivre sa grossesse en mode végétarien.

Hélène nous parle de son végétarisme, de sa fille, de son livre.

Ca me donnerait presque envie de devenir végétarienne !

SERIALCV

Nom : Defossez

Prénom : Hélène

Age : 33 ans

Situation de famille : Mariée depuis bientôt 3 ans

Métier : Ecrivain

Prénom et âge de ta fille : Johanna, 20 mois. Je suis aussi belle- maman ou « marâtre » (au choix) d’un petit Joshua, 8 ans.

Surnoms que tu lui donnes : C’est elle qui s’est choisi son surnom « Nana », très tôt elle se désignait dans la glace en disant avec un grand sourire : « Nanaaa ! » Je l’ai adopté car je le trouve sympa en fait, et ma copine japonaise m’a dit que c’était un prénom en japonais, c’est aussi le chiffre 7.

Age de la 1ere nuit : NC, je ne veux pas démoraliser les futurs parents !

q

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin : Il y a 15 minutes avant sa sieste

Dernier(s) caprice(s) : Il y a une heure au moment du repas, elle voulait absolument grimper sur les épaules de son papa alors que nous étions à table, ça donne quelque chose comme « Noooon !! Epaules Papaaaaaaaaa ! »

Dernière (s) punition(s) : Je n’en suis pas encore vraiment là…

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère : Ma fille adore se cacher, elle s’enferme dans la chambre par exemple et attend, hilare, que je vienne la trouver. Mais comme elle adore ce jeu, elle est capable de rester VRAIMENT longtemps donc il m’est arrivé honteusement d’en profiter en faisant plein de trucs pendant qu’elle poireaute dans sa cachette. Au bout d’un moment, je m’inquiète, je me dis « non, bah là vraiment faut y aller ». Et bien sur lorsque j’ouvre la porte elle n’a pas bougé de derrière son rideau et est super contente de son coup mais moi j’en ai profité ! Bon sinon, un truc super inavouable, surtout le dis à personne mais Johanna n’est pas à 100% végétarienne car il lui est arrivé d’échapper à ma vigilance pour gouter une délicieuse petite croquette du chien, la loose totale pour moi !

Quelle est selon toi la période la plus difficile dans l’élevage d’enfants ? Pour moi, les débuts sont ce qu’il y a de plus difficile avec un bébé, avoir un petit qui ne peut pas exprimer verbalement ses besoins j’ai trouvé ça très angoissant. Donc, même si chaque étape a ses difficultés, je trouve que ça va globalement de mieux en mieux et je peux dire que j’ai vraiment commencé à kiffer à partir de ses 1 an.

helene2

Tu viens d’écrire un livre « Enceinte et végétarienne », dis nous en plus …L’idée m’est venue lorsque j’étais enceinte et que je cherchais des infos dans les bouquins, je me suis rendue compte qu’il n’y avait aucun livre en français pour donner des conseils spécifiques aux mamans végétariennes ou végétaliennes. Au début, je prenais des petites notes pour moi au fil de mes recherches petit à petit le projet du livre s’est imposé à moi. Je trouve que quand on devient maman on acquiert tout un tas de connaissances sur des sujets auxquels ont avait jamais pensé jusque là, on deviens une sorte « d’experte » et je trouvais dommage de ne pas laisser une trace tout cela. J’ai compris que si je voulais écrire ce livre, c’était pour moi le moment où jamais car j’avais vraiment (j’ai toujours d’ailleurs) la tête dans le guidon. Je l’ai terminé vers le 1 an de ma fille et ensuite j’ai eu la chance de trouver un éditeur qui a très bien su bien porter le projet. L’illustratrice Marie Crayon a apporté sa petite touche et je peux dire que je suis vraiment contente du résultat !

Toi même tu es végétarienne depuis quand ? Je me suis mise à rejeter totalement la viande vers mes 10 ans (c’est ce que je raconte dans mon premier livre) et mes parents ont eu l’intelligence d’accompagner ce choix plutôt que je de me forcer, en m’aidant à manger équilibré. Nous avons fait une sorte de pacte en fait : « ok, tu ne manges pas d’animaux mais tu manges tout le reste », et j’ai signé ! A cette époque être végétarien en France c’était vraiment être un extraterrestre mais mes parents savaient bien ce qu’ils faisaient, ils sont tous les deux médecins et avaient fait leurs thèses sur des sujets en lien avec la nutrition. Déjà à l’époque on commençait à soupçonner la forte consommation de viande dans les pays occidentaux d’être à l’origine de l’augmentation de nombreuses maladies.

Quand tu étais enceinte, ton obstétricien a bien accepté que tu sois végétarienne ? J’étais suivie par une généraliste très pointue en gynéco et pédiatrie qui s’est toujours montrée très ouverte (je l’avais bien choisi) et comme toutes mes analyses étaient toujours nickels, elle ne pouvait vraiment rien dire en fait.

Ta fille est végétarienne ? …Ton chéri ? Bien entendu ma fille est végétarienne comme tout le monde à la maison. Le plus fort c’est quand même mon mari qui a fait un revirement à 180° quand nous nous sommes rencontrés : il est passé de la malbouffe totale à un régime végétarien du jour au lendemain et n’a jamais regardé en arrière. J’aime à raconter qu’il disait avant de me rencontrer n’avoir qu’une seule règle en matière de diététique : « Pas plus d’un McDo par jour », règle qu’il avoue avoir transgressé de nombreuses fois !Mais plus sérieusement, il pensait comme la plupart des gens « c’est bien dommage de devoir tuer les animaux pour manger mais qu’on y peut rien, c’est comme ça, on ne peut pas vivre sans ». Lorsqu’il a découvert que l’on peut vivre et même vivre en meilleure santé sans avoir à tuer d’animaux, ça a été un vrai déclic pour lui.

Quel conseil donnerais- tu à celles, mamans enceintes ou pas, qui veulent devenir végétarienne mais n’osent pas ? Le conseil que je donne toujours c’est de ne pas rester isolée, ne pas hésiter à rejoindre des groupes (sur les réseaux ou dans la vraie vie) d’autres personnes ou parents qui ont fait ce choix pour pouvoir poser toutes les questions qui nous passent par la tête. S’informer au maximum à travers des livres aussi (il y en a des plus en plus sur le sujet !) cela aide à sauter le pas en étant vraiment consciente de ce que l’on fait et en se sentant bien armée pour répondre aux éventuelles questions ou critiques. Quand on devient végétarien, on fait un choix qui n’est pas celui de la norme (en tout cas dans notre société) alors cela demande d’être plus autonome dans la recherche d’information, il faut avoir quelques bases en nutrition, réapprendre à cuisine et manger autrement, apprendre à se méfier des plats tout prêts et des pubs… Cela demande sans doute un certain effort mais au final, je trouve que c’est très positif ce rapport moins passif à la consommation et ça force à être plus créatif.

Allez, donne nous ta recette veg préférée pour ta fille de 2 ans ! C’est difficile car ses goûts sont tellement fluctuants ! Elle passe parfois par des phases monomaniaques où elle ne veut mangerQUE du maïs en boite, des pâtes, des galettes de riz ou des fraises… Mais tous les soirs, je lui fais sa super soupe qu’elle boit avec une paille lavable pour que ça soit plus fun. Je mets plein de bonnes choses dedans comme ça je suis qu’elle ne manque de rien et franchement elle s’en régale. La base est un peu toujours la même : petits oignons revenus dans l’huile de coco, des patates douces pour le côté sucré et crémeux, un légume vert, des algues pour l’iode, des lentilles corails, un peu de lait de coco et je mixe le tout !

Difficile de concilie vie pro et vie privée ? Pour l’instant c’est encore un peu difficile car ma fille est encore très petite mais j’ai bon espoir que ça s’améliore ! C’est sûr que sans l’appui de mon mari, j’aurais eu du mal à terminer l’écriture du livre, il a passé pas mal de temps à la balader dans les parcs pour me laisser du temps libre à la maison. Pour moi, la difficulté vient principalement du fait que ma maison est aussi mon lieu de travail donc il faut être assez organisée pour que ça fonctionne.

Qu’est ce qui te rend le plus fier de ta fille ? Sa gentillesse, le fait qu’elle aille si facilement vers les autres avec un grand sourire, prête à distribuer ses bisous et ses câlins à tous, ça me fait fondre.

Que veux-tu lui transmettre ? Bien sûr les valeurs de non-violence qui sont au cœur du mode de vie végétarien. L’idée que l’on peut vivre et se construire sans que cela se fasse au détriment d’autres créatures, que chaque créature est digne d’attention et de compassion, c’est vraiment une base importante pour moi.

Dernière sortie en famille ? Presque tous les weekend nous faisons une sortie vélo, nous avons acheté une petite remorque pour pouvoir emmener tous le monde et aller piqueniquer au bord de l’eau ou en forêt.

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? Johanna se lève de bonne humeur (pas trop tôt hein), après un petit câlin, réclame son papa qui s’empresse de l’emmener faire un petit tour de la maison, dire bonjour aux animaux. C’est lui qui l’habille et qui l’emmène faire un petit tour comme ça j’ai le temps de me prendre mon petit dej’ tranquille (le luxe !). Je prends le relai et nous faisons une petite ballade en ville car il fait beau et que rien ne nous presse, Johanna prend son petit vélo et s’arrête tous les deux mètres pour saluer les vieilles dames qui passent et me complimentent sur son regard bleu et ses prouesses de langage. Le midi, nous passons prendre un petit repas chez ma copine qui a un foodtruck végan et qui nous a préparé un repas délicieux et on rentre le déguster tranquille à la maison avec mon mari. On se raconte en mangeant notre matinée. Comme Johanna est bien fatiguée de sa ballade à vélo, elle fait une longue sieste, ce qui me laisse le temps de me mettre à mon ordi pour écrire. Vers 16h elle se réveille et selon le temps qu’il fait nous allons soit retrouver les copines au parc, soit bouquiner à la médiathèque et voir quels nouveaux livres ou disques nous pouvons emprunter. Au moment du bain, on se mets de la musique à fond elle danse toute nue devant le miroir de sa chambre, elle est toujours d’une humeur excellente. Le soir, elle s’endort paisiblement (et rapidement !) ce qui nous laisse une longue soirée en amoureux que nous employons à regarder une petite série de la BBC ou à jouer à la console ensemble.

Dernier mot avant le dodo ? Ca va peut être paraître kitsh mais je lui répète tous les soirs qu’elle est la plus belle et la plus forte. Je trouve que la vie de femme est difficile et je connais trop de filles géniales qui ont une image horriblement négative d’elles mêmes ce qui les empêche d’avancer, j’ai toujours trouvé ça triste. Alors, je ne sais pas si c’est une bonne chose, je le fais spontanément, mais répéter tous les jours à ma fille qu’elle est belle et forte c’est une façon de l’aider à construire sa confiance en elle même, c’est essentiel je trouve.

Posted in Serial Interviews | Leave a comment

Les petits chemins

a

 

Pendant longtemps j’ai accompagné mes enfants à l’école. Jusque là rien d’anormal : je suis leur mère, ils sont petits, il y a 3 rues à traverser.

Et puis, depuis quelques mois, je les laisse y aller seuls. Tous les 2 . Tous les 2 et tous les enfants et les parents de la rue. Et du quartier.

Je ne saurais dire quel matin c’est arrivé. Etait-ce le 3 février ? Le 6 mars ? Le 3 avril ? Je ne sais plus.

Un de ces matins où j’étais en retard, où mon mari était absent, où serialjunior dormait encore, où je n’avais pas envie, où je l’ai “senti” tout simplement. Je leur ai dit que je leur faisais confiance, qu’il fallait qu’ils se tiennent par la main, que le grand (10 ans) veille sur la petite (8 ans), qu’il faudrait regarder à droite et à gauche pour voir les voitures arriver, qu’il faudrait sourire et dire bonjour au policier qui allait les faire traverser. Je les ai embrassés sur la joue gauche puis sur la droite, au creux de l’oreille, dans le cou, dans les cheveux et je les ai laissés partir sur le petit chemin qui les emmènerait vers l’école. De loin, en pyjama sur mon balcon j’ai observé le grand tenir la main de sa soeur pour avancer.

Même pas peur. Même pas mal.

Depuis, 3 fois par semaine ils y vont tous les deux seuls.

Mes bébés sont grands.

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

L’interview de la serialmother : Elisa du blog “Et Dieu Créa”…

On ne présente plus la belle Elisa, auteur du magnifique blog “Et Dieu Créa”. Sur ce blog et sur la page Instagram qui va avec, cette maman de trois enfants, Jules, Lou et Mia, nous offre des photos superbes d’elle avec ses enfants mais aussi ses coups de coeur, ses bonnes adresses et ses bonnes recettes.

Qui est cette maman qui maitrise l’art de faire rêver ?

elisa1

SERIALCV

Nom Gallois

Prénom Elisa

Age 39 ans

Situation de famille ? En amour.

Métier ? Directrice de boutique.

Prénom et âge de vos enfants ? Jules 10 ans, Lou 4 ans, Mia 2 ans

Surnoms que vous leur donnez ? Julot, Loulou, Mamamia

Age de la 1ere nuit ? Pour chaque enfant et dans l’ordre une semaine, 18 mois, 9 mois.

Capture d’écran 2016-06-12 à 19.32.36

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? Je n’arrête jamais

Dernier(s) caprice(s)? En ce moment on traverse plutôt des colères avec Mia, qui gère ses premières frustrations.

Dernière (s) punition(s)? Pas de punition à la maison

Une anecdote (presque) inavouable de votre vie de mère ? J’ai fait sécher un contrôle de géo à Julot pour l’emmener chez Mickey…

elisa2

Quelle est selon vous la période la plus difficile dans “l’élevage d’enfants”? La pré adolescence est compliquée car c’est l’âge des premières grandes inquiétudes pour les parents. Les bébés, lesenfants je gère…Je sais que tout passe,que tous ces petits tracas que l’on peut rencontrer sont finalement éphémères et souvent suivis de grandes étapes franchies. L’adolescence et ses dangers m’inquiète beaucoup plus, je pense que trouver la juste mesure entre « lâcher du lest » et « garder un oeil attentif » relève de la haute voltige

Vous avez un blog et une page Instagram ultra poétique dans laquelle vous parlez de vous, de votre vie de famille, de vos coups de cœur, de vos enfants. Comment et pourquoi est née cette envie ? Ce blog est né alors que j’étais mère célibataire, je sortais peu et je me suis mise à beaucoup aller sur internet, j’ai commencé à partager des coups de coeur, des billets d’humeur. Puis j’ai rencontré le père de mes filles et à la naissance de Lou, leblog est devenu un carnet de vie avec en ligne conductrice les photos.

Vos photos sont juste sublimes, vos enfants ont toujours l’air sympas et votre vie semble parfaite. En vrai, rassurez-nous, ils font des caprices parfois ? Mes enfants sont comme tous les enfants du monde, ils pleurent, ils se chamaillent, ils se mettent les doigts dans le nez, ils rient aussi. Ce qui est différent, c’est ma manière d’appréhender les choses: après une enfance en enfer, j’ai appris à voir en tout le meilleur, le beau. J’estime avoir beaucoup de chance maintenant, malgré les «merdouilles» du quotidien. C’est un exercice de vie, en s’attardant à retenir les beaux moments, plutôt que les mauvais,on s’aperçoit que nos journées en deviennent elles même beaucoup plus belles. Cela ne m’empêche pas de douter, de trébucher, de pleurer un bon coup et puis de repartir de plus belle.

elisa3

Ce blog c’est votre métier aujourd’hui ? Non, je travaille à plein temps  “à côté”.

Difficile de concilie vie pro et vie privée ? Difficile d’accorder tant de temps au pro…J’ai la chance d’avoir mon amoureux qui travaille depuis la maison et qui me permet de bosser sereinement à l’extérieur en gérant de son côté les journées enfant malades etc…

Qu’est ce qui vous rend le plus fier de vos enfants ? Qu’ils soient si sûrs d’eux.

Que voulez-vous leur transmettre ? Que la vie est une fête !

Dernière sortie en famille ? Ce week-end nous dormons tous dans une cabane

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? Quand le matin , on dit aux enfants: on part! et que l’on file tous à l’aventure en bord de mer ou à la campagne

Dernier mot avant le dodo ? Je t’aime

Posted in Serial Interviews | Leave a comment

Et puis y’avait Glenn Medeiros

Quand j’étais petite, vers 8 ans je dirais, je chantais à tue tête “Nothing’s gonna change my love for you” interprété par le beau Glenn Medeiros, un américain d’origine portugaise.

Dans un anglais très approximatif j’entonnais cette chanson à laquelle évidemment je ne pigeais pas le sens exact mais dont je captais le sens global : c’était une chanson d’amour. Alors à l’école, comme d’autres chantent sur Louane ou Justin Bieber aujourd’hui, on hurlait là dessus.

glenn

Avouez, il est chou non avec ses dents blanches et ses cheveux bruns?

Après il a fait un duo avec Elsa (la chanteuse, pas la Reine des Neiges) et ça a senti le roussi pour nous, les fans de 8 ans et demi.

Et puis après ça a senti le roussi tout court pour lui. Il s’est évaporé, échappé ; il a disparu.

Hier soir mes deux grands ont demandé “maman t’aimais qui comme chanteurs quand t’avais notre âge”. Alors j’ai répondu Madonna, Les Beatles, Dorothée, Claude François et puis Glenn.

“C’est pas un prénom ça Glenn. C’est Grène en fait mais il savait pas prononcer le R” tenta serialprincesse dans une théorie pourrie.

“Ah ouais mais vas y, va sur youtube, mets le” lança serialfiston.

Moi qui allais sortir mon walkman, je fus prise de cours.

Alors on a youtubé Glenn (pas Grène) et on écouté. Et ils ont aimé. Si,si. Et je fus ravie.

Puis on a googuelisé (on est modernes quoi) pour savoir ce que ce bon vieux Grène était devenu.

Bah il a vieilli. Comme nous tous.

glenn2

Ce brave vieux Glenn-Grène est devenu proviseur/professeur dans un lycée, bon père de famille mais, le précise l’article “il n’a pas abandonné sa passion, la chanson”. Ravie de le savoir.

Les enfants trouvent que ça manque de rythme ses chansons mais moi je crois que j’aimais bien quand ça manquait de rythme.

Demain nous parlerons de Thierry Hazard et de son jerk si vous êtes sages.

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

Ces petits plaisirs

aIl pleuvait, j’écrivais un livre dont je ne voyais pas le bout, j’avais fini mon thé et mon gâteau au chocolat, il était 15h30. Soudain j’eus comme une furieuse envie de tout laisser là et de faire une surprise à mes 2 grands.

Alors j’ai tout laissé là en plan, l’ordinateur, le sachet de thé dans la tasse “Kate & William”, la cuillère avec des traces de chocolat et je suis partie les chercher à l’école. Sous mon parapluie (qu’il est long ce mois de novembre…) j’ai brandi un large sourire et lorsque mes enfants sont sortis de l’école et qu’ils m’ont vue, ils ont fait des têtes de gens contents  (et je m’y connais en gens contents).

“Mais maman tu as l’air contente ! Pourquoi ?” a demandé la petite.

Alors j’ai répondu “je suis venue vous kidnapper et on va au cinéma voir Alice au Pays des Merveilles ! Allez hop let’s go ! C’est parti ! ” (ce côté Dora qui est en moi me fait parfois peur)

Mon grand, étonné, a trouvé que le “jeudi c’est bizarre pour aller au cinéma”.

J’ai rétorqué que “pas tant que ça”.

On a pris le métro, on a pris du pop corn, on s’est assis dans les bons gros sièges rouges, on a ri, on s’est pris par la main, on a regardé Johnny Depp déguisé en chapelier , on a kiffé les effets spéciaux, on a plongé dans l’univers d’Alice.

A la fin du film nous étions bien, heureux d’avoir fait un truc qu’ils pensaient “dingue”, un cinéma un jeudi en semaine.

Vive les surprises, vive les enfants, vive Alice au Pays des Merveilles !

 

 

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment