Sérieusement, ils sont fins ces gosses

a

Ils savent tout ces gosses, TOUT.

Plus forts, plus fins, plus dotés de 6ème sens.

J’ai remarqué qu’ils peuvent déceler nos joies, nos tristesses, nos fatigues, nos coups de mou, nos coups de stress. Il savant parfois avant leur maman, qu’elle attend un autre enfant, parfois avant leur mamie qu’elle est malade, parfois avant leur maitresse qu’il va y avoir une interro.

Alors de deux choses l’une : soit ce sont des espions envoyés par les martiens ou par le lobby des enquêteurs masqués soit ce sont juste des êtres super intelligents.

Comme les martiens n’existent pas (c’est ce que mon chien me souffle), que le lobby des enquêteurs masqués non plus, j’ai tendance à croire qu’ils sont méga malins.

Je crois que parfois (souvent) on sous-estime les enfants. Moi la première. Il est temps que ça change (Françoise Dolto sors de mon corps). C’est pour cela que j’ai décidé de redevenir une enfant en avalant la potion magique pour devenir petite que ma fille m’a préparée dans son bain.

Glou-glou-glou, voilà j’y suis !

Bisous

 

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

Ca passe si vite…

g

Tu sais ces phases toutes faites dont on dit qu’elles sont ridicules et qu’elles devraient être réservées à Gérard et Jean-Mi autour du comptoir du Café de la Mairie ? Tu sais ces clichés qui persistent ? Tu sais Sylvie, la copine de ta grand-mère qui t’a suggéré alors que tu venais d’accoucher, de “profiter parce que ça passe vite” ? Tu sais, lorsque Sylvie a fini cette phrase et que tu as ri en pensant que les “vieux” disent toujours ça ?

Tu sais quoi ? Ils avaient raison tous ces gens, ces clichés, ces phrases toutes faites.

Tu sais quoi : le temps passe vite. J’veux dire VRAIMENT vite. Hier encore j’avais 20 ans, je caressais le temps et jouais de la vie…Hier encore j’avais des nourrissons qui tenaient dans la paume de ma main.

Hier encore mes 3 enfants étaient petits, ils me demandaient leurs tétines, leurs doudous, riaient d’une chatouille, s’amusaient du mot “caca”, rêvaient de devenir pompiers ou pom-pom girl. Hier encore je regardais leurs petits doigtes boudinés serrer fort mon index, j’admirais leur candeur, j’enviais leurs nuits dans des lits minuscules, je hachais les légumes avec minutie, je notais leurs premiers mots, je jouais avec leurs boucles de bébé entre mes doigts, je tentais de m’imaginer la tête qu’ils auraient quand ils atteindraient leur 18 mois, je pariais sur l’âge de leurs premiers pas, je me bagarrais avec le lit parapluie ou sa cousine la poussette, je les appelais mes bébés.

Mais voilà le temps passe vite comme diraient Sylvie, Gérard et Jean-Mi.

Mais voilà, cet après-midi sur la plage normande où je les ai emmenés, je les regardais courir tous les trois vers la mer, s’éloignant de leur mère, et j’ai eu un sentiment étrange de joie mêlée à de la nostalgie. Ils grandissent.

“On ne peut donner que 2 choses à ses enfants : des racines et des ailes” dit le proverbe juif.

 

 

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

L’interview de la serialmother : Nadia Hathroubi-Safsaf, journaliste et écrivain

nadia

 

Nadia est non seulement rédactrice en chef  du Courrier de l’Atlas (qui traite de l’actualité du Maghreb en Europe) mais elle est aussi auteure de livres. Son dernier roman, Ce sont nos frères et leurs enfants sont nos enfants traite d’un sujet assez méconnu et inspiré de faits réels : comment pendant la 2eme guerre mondiale, en France, un groupe de résistants kabyles a sauvé des juifs de la déportation. Si le point de départ de Nadia se place au XXIème siècle, le point culminant de son récit se situe bel et bien dans les années 40. Un roman plein d’humanité, d’amour et ce quelque soit les religions des uns et des autres.

Mais alors entre son job de rédac chef et ses romans, comment fait cette maman de 3 enfants ? Elle nous livre ses recettes du bonheur !

SerialCV

Nom Hathroubi-Safsaf

Prénom Nadia

Age 39 ans

Situation de famille ? Mariée

Métier ? Journaliste. Je dirige la rédaction d’un mensuel distribué en kiosque. Donc souvent sous pression.

Prénom et âge de tes enfants

Nayla, 9 ans

Sara, 8 ans

Younès, 2ans 1/2

Surnoms que tu leur donnes ? Naylou, Sasa et Youyou

Age de la 1ere nuit ? Oulala, je me pose encore la question. Cela s’est aggravé d’enfant en enfant…Le dernier, à peine. Je ne voudrais pas décourager les lectrices ;).

nadia2

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? Ce matin. Avant de partir pour l’école. Elles n’aiment pas que je les embrasse devant leurs camarades.

Dernier(s) caprice(s)? Elles voulaient participer avec moi à une réunion publique où je devais me rendre en tant qu’élue. Elles pensaient que c’était une super soirée. Mais veille d’école, je ne transige pas.

Dernière (s) punition(s)? J’ai demandé à la cadette de recopier 20 fois sa dictée. Elle avait fait une faute par mot alors qu’elle jurait qu’elle venait juste de la relire.

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère ? Mais il faudra que je te tue après. Je leur ai déjà proposé sous forme de jeu de vider le lave vaisselle, passer l’aspirateur etc. Et les jours de flemme, il m’est arrivé de leur dire que sortir est exclu car il va pleuvoir.

Quelle est selon toi la période la plus difficile dans ‘l’élevage” d’enfants ? Mon dieu, il paraît que c’est l’adolescence alors que je suis encore traumatisée par la phase opposition vers 3 ans.

Tu es rédactrice en chef du mensuel La courrier de l’Atlas, tu viens d’écrire un roman « Ce sont nos frères et leurs enfants sont nos enfants» (ed Zellige), qui raconte l’histoire méconnue de kabyles musulmans qui ont sauvé des juifs durant le guerre. Pourquoi ce sujet ? C’est un sujet méconnu qui mérite d’être raconté au plus grand nombre. Je pense que cela peut atténuer les tensions entre communautés. Des tensions qui sont liés au traitement médiatique. Je suis pour montrer les choses qui rapprochent plutôt que les choses qui divisent. On vit dans un tel climat de haine en ce moment. Le point de départ du livre c’est l’histoire d’amitié entre Leïla la musulmane et Anne la juive qui ont grandi ensemble mais ne sont pas forcément d’accord sur tout une fois arrivées à l’âge adulte.

Il y a de toi dans Leïla ? J’ai toujours baigné dans un milieu interculturel. J’ai grandi dans le centre de Paris, j’allais au lycée dans le marais, on mangeait des bagels au pastrami casher et des sandwichs falafel. Tout était facile. Mais c’est vrai que quand c’est posé la question de l’engagement politique notamment sur la question de la Palestine. Cela a été difficile de dialoguer avec certains de mes amis. Avec le recul, je me dis que l’on était trop campé sur des posturescaricaturales. Ce sont des sujets qui demandent de la nuance.

Compliqué l’amitié entre deux personnes de religions différentes de nos jours selon toi ? Non. Je ne crois pas. J’ai des amis de toutes confessions. Heureusement, qu’on ne pose pas la question avant ;). « Ah tu es musulmane, non désolée, cela ne va pas être possible ».

Ton grand-père a t-il comme le héros, Salah, sauvé des juifs durant la guerre ? Je ne sais pas, il est mort à la fin de la guerre, emportant ses secrets avec lui. Mais la situation des juifs en Tunisie était différente de celle des juifs en Europe. Ils ont pu se cacher et se « fondre » dans la population. Je sais qu’ils ont été cachés dans desfermes. Il y a eu très peu de déportés.

C’est compliqué tu penses de transmettre cette partie de la 2ème guerre, la Shoah, à la jeunesse d’aujourd’hui ? J’imagine que cela dépend dont le professeur s’y prend. A mon époque, cela m’avait choqué de découvrir au collège « Nuit et brouillard » sans être préparée. J’ai longtemps fait des cauchemars. Sinon, mon amie, Samia Essabaa, emmène quasiment chaque année, ses élèves de Noisy (93) à Auschwitz, elle n’a jamais eu de soucis. Parler de la Shoah fait partie du nécessaire devoir de mémoire. Il n’y a pas à transiger dessus de toute façon.

Qu’as tu appris en menant cette « enquête » ? J’ai beaucoup pleuré ! J’ai découvert par exemple les massacres de soldats indigènes par les allemands. Mais aussi qu’on avait empêché ses mêmes soldats de défiler sur les Champs-Elysées

Tu écris des livres, tu es rédac chef, quel emploi du temps ! Difficile de concilier vie pro et vie perso ? Oui heureusement mon mari, l’homme de l’ombre, m’aide. Mes amis me reprochent de ne pas être disponible en ce moment. Mais je suis aussi élue dans ma ville donc les journées sont bien remplies. Pour ne pas craquer, je me suis mise au sport à l’heure du déj. Le week-end, je refuse la plupart des sollicitations pour être dispo pour ma famille.

D’autres projets en cours ?! D’écritures oui ! Mais j’arrête de multiplier les casquettes !

Qu’est ce qui te rend le plus fier de tes enfants ? Ils ont de l’empathie pour les autres !

Que veux tu leur transmettre ? Les valeurs que mes parents m’ont transmis : le partage, le respect, la bienveillance.

Dernière sortie en famille ? La maison de quartier pour récupérer ma fille élue au conseil des enfants de notre ville.

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? Faire la grasse mat (dépasser 8h quoi !), des crêpes de papa au petit déj ; le tagine tunisien de maman au déj, et une promenade au bois pour éliminer le tout.

Dernier mot avant le dodo ? Je t’aime

 

Posted in Serial Interviews | Leave a comment

L’appli qui sauve les parents



Yoopies Appli iPhone

CAS DE FIGURE 1 : Tu te souviens de cette fois là …ton mari t’appelle à 19H30 pour te dire « chérie, ce soir tu n’as pas oublié le diner chez mon patron hein ? ». Oh que si tu l’avais oublié cette soirée et surtout ce patron! Oh que mince tu n’avais RIEN prévu pour faire garder tes enfants ! Un moment tu as pensé annuler mais ça aurait remis en cause ton couple alors tu as changé d’avis et tu t’es simplement arrachée les cheveux tout en contactant ta mère, ta petite cousine et ta baby- sitter adorée. Mais personne n’était dispo.

CAS DE FIGURE 2 : Lundi matin 8H02, ton enfant est malade mais genre bien malade avec le vomi et tout. Tu as épongé toute la nuit et il faut bien te rendre à l’évidence : tu ne peux pas décemment l’envoyer à l’école car il ne tiendrait pas le coup et puis tu passerais pour un horrible parent. Ok mais quoi ? Il a 6 ans et ne peux pas rester seul et toi tu as LA réunion de l’année au bureau. Qui va donc pouvoir garder cet enfant vomiteux au pied levé (ou au pied baissé, question de point de vue) ? Bah là tu as beau chercher, tu vois pas…et tu es dans la mouise.

CAS DE FIGURE 3 : Comme tu es une fille sympa et « adorable », le mec que tu visais depuis 6 mois et qui depuis ton divorce te redonne foi en l’homme, t’invite ENFIN à diner ce soir. Sauf qu’il est 18H et que tu n’avais pas prévu le coup. Qui va pouvoir garder tes 2 enfants ? Surtout que bien évidemment tu n’as pas envie de demander à ta mère par peur qu’elle ne te pose trop de questions sur le mâle en question. Tu ne PEUX pas dire non au beau gosse en lui filant l’excuse des gamins. Mais flute alors… Comment diable vas-tu faire ?

CAS DE FIGURE 4 : Tu veux juste aller au cinéma samedi prochain voir le dernier James Bond sans les enfants …. !

Ok ça c’était avant.

LA SOLUTION 

Maintenant fini les galères de baby-sitting à la dernière minute. Plus de panique grâce à nouvelle appli YOOPIES ! En moins de 20 minutes (le temps de faire un petit jogging ou une micro sieste ou encore de voir le début d’un film dont vous verrez la fin un autre jour puis en fait non puisqu’il est nul), Yoopies App vous trouve une solution.

Comment ça marche ? Vous remplissez vos critères de recherche qui sont automatiquement relayés par SMS aux profils près de chez vous !

Pour l’appli Baby-Sitting Yoopies, on a sélectionné la “crème de la crème” : moins de 1% de toutes nos baby-sitters! Références assurées, vérification de profils, expérience dans la garde d’enfant, vous pouvez confier vos serialkids en toute sécurité !

La partie administrative est assurée par Yoopies qui automatise l’ensemble de vos démarches. Résultat un coût à partir de 2€/h après aide seulement !

Soyez tranquilles, Yoopies veille.

Pour charger l’appli c’est par ici.

Posted in Serial Bons-Plans | Leave a comment

10 points communs entre une mère et un téléphone portable

a

Je ne sais pas comment cela m’a paru comme une évidence, ça date de ce matin je crois.

Je suis un téléphone portable.

Bon OK je vous rassure je suis une femme qui ressemble à une femme à l’extérieur mais en tant que maman je suis intérieurement devenue un smart phone. Merde. Big Merde.

Si vous aussi vous vous sentez concernée, merci de me le signaler, on peut monter une association si on est plus de 12.

1/ J’ai souvent, très souvent, besoin qu’on me recharge puisque je suis HS.

2/ Mes gosses m’adorent puis me maltraitent la seconde d’après avec leur doigts collants et sales qui glissent sur mon cou.

3/ J’ai une mémoire folle, un vrai calendrier dans ma tête.

4/ Je connais tous les noms et prénoms des autres mamans d’élèves de la classe des mes gosses.

5/ J’ai en moi des filtres d’amour qui rendent mes enfants (encore) plus beaux.

6/ Je sais tout. Call me Siri. Demande à ta mère.

7/ Mon cerveau c’est un véritable juke box : ça va de Bowie aux Beatles en passant par Chantal Goya.

8/ Si les enfants me perdent de vue, ils sont en panique (sans doute moins que lorsqu’ils perdent mon téléphone de vue…;;))

9/ Je suis multi fonctions comme le téléphone portable : réveil/Agenda/mémoire vive de la famille…

10/ Quand je suis cassée, il faut m’emmener chez le réparateur/médecin et souvent il dit “ah bah là…une seule solution : le repos et le changement de batterie, faut prendre soin de ces choses là hein”.

 

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

L’interview des serialmothers : Charlotte et Joy, fondatrices de Cook Angels

z

Charlotte et Joy se sont rencontrées autour d’un diner chez des amis. Un coup de foudre amical et une bonne idée plus tard, elles ont fondé Cook Angels, un service qui propose la livraison de tous les ingrédients déjà préparés, lavés, dosés, coupés,  pour réaliser des recettes proposées sur le site cookangels.com. Idéal pour les femmes (et les hommes) pressées d’aujourd’hui !

Ces deux jeunes mamans répondent à mes questions à 2 voix avec humour, bienveillance et gourmandise !

SERIALCV

Noms

Sieradzki

Solal

Prénoms

Charlotte

Joy

Ages

31

30

Métier ? Entrepreneuse, chef d’entreprise

Prénom et âge de vos enfant :

Louise, 5 mois

Elsa, 19 mois

 Surnoms que tu vous leur donnez ?

Crapulette

Poupoule

Age de la 1ere nuit ?

– 2 mois pile, le jour de l’anniv’ de son père !

– Fausse joie à 3 mois et demie, elle a fait ses nuits pendant 3 jours et a finalement décidé qu’elle attendrait ses 5 mois pour nous laisser dormir J

z1

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ?

-Ce matin voyons

Ce matin avant de partir au bureau !

Dernier(s) caprice(s)?

– Pas encore…à moins que réclamer la tétine la nuit n’en soit déjà un !

– Hier soir ! Depuis qu’elle a découvert le fonctionnement des boutons pression, son nouveau jeu est de retirer son pyjama. Elle peut l’enlever dix fois de suite sans se lasser et il ne faut surtout pas lui demander d’arrêter !

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère ?

– Le bain est un moment si dramatique ponctué de cris et de rage que je me baigne avec elle pour rendre le moment un peu plus calme, et comme j’avoue ne pas avoir le courage de le faire régulièrement, elle ne prend pas son bain tous les deux jours

— Quand je sens qu’elle a fait la grosse commission et que je lui dis en secret « va faire un bisous à papa » pour qu’il s’en charge lui…

Vous avez créé Cook Angels, une société qui livre recettes et ingrédients pour les gens débordés. Comment est née l’idée ? L’idée est née autour d’un diner (where else !) chez des amis communs où nous avons fait connaissance autour de nos déboires et galères en cuisine. Nous étions alors toutes les deux des jeunes femmes actives, en couple et ayant fraichement emménagé avec nos moitiés. Impatientes et heureuses de cuisiner, recevoir à dîner, nous avons vite déchanté en réalisant à quel point vie active intense était difficilement compatible avec vie culinaire épanouie !

 Bon alors en 2 phrases c’est quoi le concept ? C’est la nouvelle façon de cuisiner de demain : le plaisir de cuisiner en prenant en compte les contraintes de nos vies actives. Vous vous abonnez sur le site www.cookangels.com, choisissez la formule qui correspond à votre foyer : pour 2, 4 ou 6 personnes et vous recevez toutes les semaines tous les ingrédients pour cuisiner 2 repas. Mais le plus beau, c’est que tous les aliments sont livrés déjà lavés, dosés et surtout épluchés et coupés ! Une cuisine rapide, facile et délicieuse !

 Travailler entre copines c’est facile ou pas (soyez honnêtes !) ? Honnêtement, c’est un grand kiff ! On se connait vraiment bien maintenant et on n’a plus besoin de se parler pour se comprendre. Facile et pratique en rendez-vous quand l’une finit les phrases de l’autre !

Qu’est ce qui vous rend le plus fier de vos enfants ?

– Tout !C’est fou la vitesse de l’apprentissage à cet âge .

– Un nouveau mot, un nouveau cri d’animal, une nouvelle chanson… Tout me rend fière !

Que voulez vous leur transmettre ?

– La joie de vivre et la curiosité de tout.

– Avancer dans la vie avec amour et humour

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ?

– Une journée sans régurgitation, sans pleurs  et avec des rires à croquer!

– Mon mari, ma fille, des rires, des câlins, sentir tout mon petit monde heureux.

 Dernier mot avant le dodo ?

– « Bonne nuit mon amour, tu dors longtemps hein, je te vois demain ! »

-« Je t’aime » … et au besoin « Maman va chercher quelque chose, je reviens » #Feinte

 

 

Posted in Serial Interviews | Leave a comment

Ces matins là

q

Ces matins là où c’est la course

Ces matins là où les enfants se lèvent à 6H

Ces matins là où je réalise que j’ai oublié de racheter le lait en poudre pour bébé

Ces matins là où je suis à la bourre

Ces matins là où l’on ne trouve plus la 2ème chaussure du petit dernier

Ces matins là où les enfants sont malades

Ces matins là où le réveil ne sonne pas

Ces matins là où les enfants se disputent

Ces matins là où on saute le petit déj

Ces matins là où on a le temps

Ces matins là où le lit est mouillé et la couche arrachée

Ces matins là où les enfants s’habillent n’importe comment

Ces matins là où je réalise que j’ai zappé le pique-nique pour la sortie au zoo

Ces matins là où l’on met la radio à fond et où l’on chante à 7H12 dans la cuisine sur Céline Dion ou David Bowie

Ces matins là où on court dans la rue pour chopper le bus

Ces matins là où on reste au lit avec nos mômes pour une séance de câlins

Ces matins là où l’on mange des céréales au chocolat et que l’on en répand partout sur le sol

Ces matins là où on a juste envie de sentir son enfant dans le cou

Ces matins là où on regarde la télé

Ces matins là où on part faire un jogging avec la poussette

Ces matins là où on aimerait qu’ils aillent tout seuls à l’école

Ces matins là où on fait la course pour arriver le premier devant la grille de l’école

Ces matins là on où on glande devant Dora

Ces matins là où on presse des oranges pour toute la famille

Ces matins là où on rit

Ces matins là où on se dit « à ce soir, je t’aime »

Ces matins là où on a une réunion de boulot

Ces matins là où l’on retrouve une tétine dans sa poche

Ces matins là où on se dit qu’on a oublié de réserver le Centre de Loisirs pour les prochaines vacances.

 

Tous ces matins, je les aime bien.

 

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

C’est kanke c’est fini ?

q

Forcément les attentats d’ici ou de là résonnent dans les têtes de nos enfants. Forcément on ne peut pas leur cacher s’ils ont plus de 5,6 ans et forcément ça les effraie.

Vendredi, ma fille a bombé fièrement son torse d’enfant de 8 ans avant de s’exclamer “C’est fini maintenant ils ont attrapé le méchant, on va enfin être tranquilles”.

J’ai hoché la tête et d’un oui muet, j’ai souri. Je pense qu’elle y a cru, qu’elle s’est dit à cet instant là que les méchants étaient neutralisés et que, comme dans les contes que je lui raconte, les gentils avaient triomphé.

Le problème c’est que le lendemain en Turquie les “méchants” ont remis ça et que hier, le 22 mars, à Bruxelles, pas loin de chez nous, 3 attentats ont fait des dizaines de morts.

Bruxelles on y était il n’y a pas longtemps. Pour y voir le musée Magritte, y manger des moules et des frites, regarder le zizi du Manneken Pis, dévorer des spéculos et penser fort à Brel qu’on adore. Alors forcément Bruxelles ça leur parle.

Hier soir donc, c’est moi qui ai bombé mon torse pour répondre aux questions de mes 2 grands. “Mais maman en fait c’est quand la fin de tous les terroristes ?”. J’ai hésité, bafouillé, tenté un “allez à taaaaaaable” mais rien n’y a fait. Ils sont malins les gosses “Bon maman arrête de changer de sujet, on sera débarrassés d’eux un jour ?”. J’ai promis que oui…un jour mais comment faire des promesses que l’on ne peut pas tenir. J’ai tenté à nouveau un “l’amour est plus fort que tout” mais mon grand a soufflé avant de dire bien fort “faut les tuer tous, on n’est pas dans un conte maman”.

Alors on fait quoi ? On fait comment ? On leur dit quoi ? On vit comment ?

Je me refuse d’arrêter de sortir, de prendre le métro, l’avion le train, aller au cinéma, au concert, au théâtre. Je me refuse de suivre l’adage “pour vivre heureux vivons cachés”. Je me refuse à faire grandir mes enfants dans ce climat de peur. Je me refuse à céder à la mort parce que je suis du côté de la vie follement, intensément, déraisonnablement.

Mais il faut l’avouer, on vit un peu en retenant notre souffle ces temps ci. “Jusqu’à quand maman, jusqu’à quand ?”

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Ce qu’ils savent mieux que moi

t

“On ne donne que deux choses à ses enfants : des racines et des ailes” (proverbe juif)

Et donc…moi mes enfants c’est pas des ailes de moineau qu’ils ont mais de goéland. Non un goéland c’est moche. D’aigle ? Non un aigle c’est méchant.

Bon bref ils ont des grandes ailes et aujourd’hui les 2 grands, je l’avoue, je le confesse, savent parfois, souvent, plus de trucs que moi sur certains sujets. Si ça m’énerve ? Non même pas, je suis assez fière.

– Quand ils savent en quelle année JFK est devenu Président.(et pas moi)

– Quand ils savent que Justin Bieber a sorti un nouvel album.(et pas moi)

– Quand il savent que la capitale de la Zambie c’est Lusaka. (et pas moi)

– Quand ils savent la date exacte des prochaines élections américaines et françaises. (et pas moi)

– Quand ils savent le vrai nom de Louane. (et pas moi)

– Quand ils savent dire 3 mots en coréen. (et pas moi)

– Quand il savent où sont rangées les clés de la voiture (et pas moi)

– Quand ils savent comment brancher le téléphone portable en bluetooth dans la voiture. (et pas moi)

– Quand ils savent faire des bisous péteurs. (et pas moi)

– Quand ils savent exactement les noms de tous leurs arrières-arrières grands parents. (et pas moi)

– Quand ils peuvent situer les yeux quasi fermés le Venezuela sur un carte. (et pas moi)

– Quand ils connaissent pas coeur une chanson de Brel. (et pas moi)

– Quand ils savent que Les Fréro Delavega ne sont pas frères mais amis. (et pas moi)

– Quand ils savent quoi dire pour calmer leur petit frère ou le faire rire. (et pas -toujours-moi)

– Quand ils savent faire les meilleurs câlins du monde. (ah ça si, moi aussi)

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

Tes cauchemars

q

Il y a les mots que je te dis avant que tu ne partes vers des sphères oniriques qui t’appartiennent.

Il y ce bisou et ce “je t’aime” que je glisse dans ton oreille avant de fermer la porte de ta chambre.

Il y a, c’est vrai je l’avoue, ce “YES” que je prononce une fois que la porte est fermée et que MA soirée à moi peut démarrer.

Il y a ces nuits où tu dors sans te réveiller en me racontant le lendemain matin que tu as vu des princesses, des bateaux, 7 soleils bleus, des chansons douces et des rires à la barbe à papa.

Et puis il y a ces nuits où tu hurles, où tu gémis, où tu cries mon nom ou celui de ton père, où tu es habité par un affreux cauchemar, où des loups et des crocodiles en veulent à ton oreiller, où tu vois des terroristes derrière ton rideau à fleurs, où tu penses que je suis morte, où tu as peur de l’infini, où un cochon mange ton gouter, où ta grand-mère se transforme en alien, où un lion dévore ton doudou, où tu as chaud, où tu pleures, où tu n’arrives pas à te rendormir, où tu trembles, où tu bois un litre d’eau, où tu ne veux que mon lit pour repartir dans un sommeil profond.

Il y a toi, petit être blême qui a les cauchemars que ton âge t’autorise.

Il y a moi qui troquerais bien mes cauchemars contre les tiens mais qui pour te rassurer fais semblant de prendre une épée (un balai fait l’affaire en général) pour tuer ce fichu dinosaure qui entre sans frapper dans ta petite tête.

Dors, dors mon amour, maman veille.

ps : si jamais vous croisez une bande crocodiles ce soir, envoyez les ailleurs que chez moi. Merci.

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment