Ce que j’apprends d’eux

a

L’été est propice aux moments passés en famille.

En été on a le temps, on prend le temps, on déjoue les horaires, on est ensemble.

Ces moments là passés avec les enfants sont, outre le bonheur de leur présence (sauf à 6H du matin, on ne le dira jamais assez), des moments géniaux où on les (re)découvre.

Durant l’année on court, on regarde sa montre-il est déjà 8H-, on se presse, on se stresse, on s’énerve parfois, on ne s’écoute pas, on est impatients, on est fatigués.

Alors ces moments de vacances à juste découvrir qu’il sait faire ses lacets, qu’il sait chanter par coeur A la Clairefontaine, qu’elle connait des bonnes blagues, qu’il sait plier sa chemise, qu’elle sait faire son lit, qu’il a un avis sur la politique du Président, qu’il est chatouilleux dans le creux des mains, qu’elle sait imiter à merveille le crabe (!), qu’il a décidé de son métier futur, qu’elle sait dire 5 phrases en anglais, qu’il s’est fâché avec celui qu’on pensait être son meilleur pote de l’école, qu’elle a décidé de tenir un journal intime, qu’il sait mettre sa culotte seul, qu’elle est capable de de couper sa viande, qu’il sait bouger ses oreilles sans bouger le reste de son visage…

Toutes ces choses qu’on ignorait d’eux parce que durant l’année on ne prend pas le temps. Toutes ces choses qui font d’eux des êtres formidables, singuliers, drôles et magiques.

Et si on continuait à la rentrée de faire attention à toutes ces petites choses, ces petits détails qui font d’eux des enfants géniaux ?! Allez chiche !

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

Le bon sens des enfants

a

En ces temps un peu remués où malheureusement les enfants ne sont pas épargnés par les infos, les débats, les discours des politiciens, les déjeuners du dimanche où chaque membre de la famille a son avis (qui est le bon évidemment), les une des journaux qui disent tout et son contraire, je suis toujours étonnée du bon sens de nos enfants.

Pas de prise de tête, pas de minorité pointée du doigt, pas de racisme. Que du bons sens.

La dernière de mon serialfiston, 11 ans sur le burkini : “c’est idiot ce débat, chacun fait ce qui lui plait. Par exemple il y en a qui aiment le pommes de terre sous forme de chips, d’autres qui les aiment sous forme de frites et d’autres sous forme de purée. C’est pareil pour les maillots des femmes. Y’en a qui aime les bikinis, d’autres les 2 pièces et puis d’autres les burkinis. Qu’est ce que ça peut nous faire  si elles le font de leur plein gré ?

Ma fille sur le mariage pour tous il y a encore quelques jours “Chacun fait ce qu’il veut du moment qu’on force personne.”

Si nous adultes avions ce même bon sens, cette même philosophie de vie, cette façon de voir les choses de façons positive, sans doute que nous irions mieux. Tous.

ps : pas de commentaires extrêmes sur ce blog sinon je supprime ! #love

 

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

Le pouvoir de dire OUI

a

Ce qui est cool en vacances c’est le lâcher prise.

Ce qui est cool en vacances c’est de (moins) avoir de règles envers les enfants, de (moins) rouspéter lorsqu’ils n’écoutent pas, de (moins) râler, de (moins) se plaindre, de (plus) faire de câlins, de (plus) glandouiller, de (plus) se mettre au soleil, de (plus) prendre l’apéro, de (plus) rire.

Et puis ce qui est drôlement cool c’est de s’autoriser à dire OUI à ses enfants.

Une glace ? OUI.

Un tour de vélo ? OUI

Un film ce soir ? OUI

Jouer au salon de coiffure ? OUI.

Manger 5 chewing gums en même temps ? OUI.

Oublier un peu l’école et ses contraintes ? OUI

Ne pas avoir d’horaires ? OUI

Faire ce qui te plait aujourd’hui ? OUI

Encore une glace ? OUI

Un coca à midi ? OUI

Déjeuner à 14H ? OUI

Me faire des coiffures improbables ? OUI

Faire 4h de vélo avec bébé sur le siège arrière ? OUI

Manger du pop corn ? OUI.

VIVE LE POUVOIR DE DIRE OUI !

 

 

 

 

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

Prendre le temps

q

 

C’est bon les vacances. Tout interrompre. Passer du normal à l’extraordinaire.

Merci Mr Vacances. Merci les congés payés.

Ne plus mettre son réveil, se coucher tard, passer du temps à faire des châteaux de sable, manger des glaces, se filmer, se photographier, se fabriquer des souvenirs, mangers des merguez au barbecue, boire un verre de vin, prendre 3 douches par jour, lire, aller au cinéma, rire avec des amis, apprendre à nager à son enfant, être ensemble, n’avoir rien de prévu, découvrir de nouveaux paysages et horizons.

A pieds, en train, en voiture, à vélo, en avion, en bateau.

Prendre un vrai petit déjeuner en famille comme dans les pubs, se demander si on mange une pizza ou une salade, chanter, graver son nom dans la pierre à l’aide d’un couteau, descendre le long de la rivière, éclater de rire, se faire des potes, déconnecter, prendre des décisions pour la rentrée, se mettre au régime et puis non, savourer un poulet au herbes lors d’un déjeuner interminable, faire des bébés, prendre son pied, ne plus avoir d’horaires, faire l’amour, tenir un journal, retourner sur les traces de son enfance, rendre visite à des amis.

Avec joie, entrain, insouciance, bonheur.

Ne rien faire, gouter à de nouvelles saveurs, aller au bout du monde, ou tout près de chez soi, tester le surf, improviser, planter son parasol dans le sable, faire du sport, gouter à des bons produits régionaux, parler une autre langue, s’aimer, danser, écouter Bach ou les Stones, découvrir que oui son enfant sait faire du vélo, oublier les devoirs, rire de rien, se faire des câlins, s’aimer.

Se reposer.Glander. Légumer. Paresser. Se relaxer. Reprendre haleine. Prendre le temps.

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

La joie

a

Je ne sais pas comment font ceux qui sont légers mais moi, avec toutes ces infos qui défilent depuis des mois dans notre douce France, j’avoue que ma joie habituelle a tendance à faillir.

J’ai toujours cru que la vie serait un mix joyeux entre La Petite Maison dans la Prairie, Alf, Rabbi Jacob et La fête à la Maison. J’ai toujours cru que les Hommes étaient plein de gentillesse, de bienveillance et que les méchants étaient rares.

Depuis que je suis mère, je dis à mes enfants de cultiver ces 2 qualités que sont la gentillesse et la bienveillance.  Je leur dit aussi qu’à la fin les gentils gagnent toujours parce que j’ai vu Princesse Sarah. (on a les références qu’on a ;))

Je leur dit aussi de toujours y croire, je leur répète que tout est possible (mon côté Disney ou mon côté Maman de Romain Gary qui a poussé son fils à devenir qui il fut).

Aujourd’hui mes bras se baissent et, alors qu’ils entourent mon buste comme derniers remparts contre la folie humaine, je me demande où sont passées ma joie et mon insouciance. Je crois bien que j’ai peur aussi.

Et puis je regarde mes 3 enfants qui ne sont que joie, bienveillance, insouciance, gentillesse, candeur. Et je me dis à nouveau que les gentils gagneront à la fin. Parce que c’est comme ça que ça se passe n’est ce pas, les gentils gagnent toujours à la fin ? Hein ?

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

L’interview de la serialother : Stéphanie, prof de français, blogueuse littéraire ET écrivain !

stephanie 11

 

Stéphanie est plusieurs femmes en une. Prof de français, correctrice de romans, auteure d’un blog littéraire  (milleetunefrasques.fr) et écrivain !

Son roman, (Presque) jeune, (presque) jolie, presque (célibataire) (Editions Mazarine) raconte les aventures d’Ivana, une jeune femme qui au lendemain du jour où elle se fait larguer par son chéri, se met en quête de retrouver l’amour. Au fil des aventures 2.0 et autres romances inattendues de l’héroïne, c’est du quotidien de beaucoup de jeunes femmes d’aujourd’hui dont Stéphanie Pelerin parle. C’est drôle, bourré d’humour et bien vu : un bon livre pour se détendre cet été !

Mais qui est cette femme passionnée de littérature et maman d’un presque ado ?

SERIALCV

Nom PELERIN

Prénom Stéphanie

Age 40 ans tout juste

Situation de famille ? (Toujours) célibataire.

Métier ? Professeur de français en collège

Prénom et âge de ton fils ? Gaétan 12 ans

Surnoms que tu lui donnes? Le plus souvent c’est Gaou. Je ne peux pas donner les autres, il serait obligé de me tuer après cela, rires.

Age de la 1ère nuit ? Oh le vilain devait avoir 5 mois. Deux nuits de suite, épuisée par la reprise du travail, je n’ai pas réussi à me lever pour l’allaiter. Ne voyant venir, deux soirs de suite, que son père avec un biberon, il a décidé qu’il valait mieux dormir.

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? On s’en fait souvent, mon fils est un nounours câlin.

Dernier(s) caprice(s)? J’ai une chance inouïe, mon fils ne fait pas de caprice. Il a bien compris que le caprice, chez moi, aboutit toujours à un « non ». Il a d’autres techniques de persuasion !

Dernière (s) punition(s)? Fin juin pour un vilain mensonge…privé de sa tablette. Il adore regarder des vidéos de basket et de trottinette.

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère ? Il y en a tellement des anecdotes inavouables… je crois que c’est ça être parent finalement. Allez, une… dont j’ai toujours un peu honte. Disons que j’ai élevé mon fils à l’ironie mais que ce jour-là, j’ai constaté qu’il lui en manquait encore une dose. Il devait avoir 9 ans et il avait bu beaucoup d’eau et son ventreglougloutait. Je lui ai dit de ne plus bouger, que son estomac pouvait exploser à tout instant, que j’allais préparer un petit sac pour l’hôpital. Forcément, il a explosé en sanglots. Ouais, là, j’aurais pu remporter la palme de la blague débile.

Etre maman d’un presque ado c’est comment ?  Pour l’instant, c’est génial. Il devient autonome mais n’est pas encore dans la période où tout est nul. Je croise les doigts pour qu’on passe au travers le plus vite possible. J’aurais aimé un n°2 (et même un n°3) mais la vie est ainsi faite et maintenant, je me verrais mal recommencer avec un tout petit.

Tu viens de sortir ton premier roman « (presque) jeune, (presque) jolie, (presque) célibataire ». Raconte nous le« pitch ». Ivana a la trentaine et son mec la plaque un beau matin après 8 ans de vie commune. Flippée à l’idée d’être seule, elle va tenter de faire des rencontres. Ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que la seule rencontre qui vaille, c’est celle de l’estime de soi. C’est un roman qui se veut frais et drôle mais qui pointe quand même à quel point c’est difficile d’être une femme aujourd’hui

stephanie2

Ivana c’est un peu toi ? Oui et non. C’est une sorte d’avatar qui a pris sa liberté. Je suis partie de mon expérience de célibataire à la trentaine (mais moi j’avais un enfant) que j’ai nourrie d’expériences d’autres jeunes femmes autour de moi. J’ai choisi des bribes de vécu pour raconter quelque chose de tout à fait différent et je me suis amusée avec certains fantasmes (l’agent immobilier, par exemple, est complètement sorti de mon imagination). Et il n’y a ni Jonathan ni Bruno dans ma vie.

Il y a une phrase géniale dans le livre « On baise seulement pour fêter chaque nouvelle dent du petit…et je t’assure qu’il n’est pas en avance sur ce point ». C’est du vécu? Une seule phrase géniale ? Rires.Pas du tout, j’ai retrouvé une sexualité satisfaisante très vite après la naissance de mon fils, même si la fatigue se faisait cruellement sentir. Néanmoins, être jeune parent, c’est compliqué. Et j’entends beaucoup ce constat autour de moi. Se retrouver en tant que couple après l’arrivée d’un enfant, ce n’est pas toujours facile.

L’héroïne est célibataire et cherche l’amour sur des sites de rencontres. Tu crois possible de trouver l’amour 2.0 ? L’amour se trouve partout, sur les sites de rencontre, dans la vraie vie. Sur le net, c’est compliqué car il est parfois compliqué de sortir de l’artificiel créé par le virtuel. Il faudrait juste que les gens acceptent d’être eux-mêmes et d’apprécier les autres tels qu’ils sont. Il y aurait moins de gens seuls.

Tu es prof de français, tu tiens un blog littéraire (Mille et une frasques), tu es correctrice de romans et maintenant écrivain. Quel est ton secret pour tout faire ? Je dors peu, je ne regarde pas la télé et je n’ai pas de mec fixe…

Qu’est ce qui te rend le plus fier de ton enfant ? Je suis fière de sa capacité à progresser jour après jour, à s’ouvrir sur le monde, à ne pas juger les gens et à les aimer comme ils sont.

Que veux-tu lui transmettre ? La tolérance et l’ouverture d’esprit.

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? La journée idéale, c’est celle où on n’a rien prévu, où on profite du fait d’être ensemble. Le jour de mes 40 ans, il m’a écrit une carte qui m’a émue aux larmes. Il y avait une phrase très belle qui résume bien notre relation « Quand je me lève le matin, je sais que ce sera une belle journée car tu es là. »

 

Posted in Serial Interviews | Leave a comment

L’insouciance

a

Après le feu d’artifice où, avec serialjunior nous avions levé la tête loin vers les étoiles pour admirer les jets de couleurs, nous sommes vite revenus à la maison pour dormir parce qu’il était tard, très tard. Il a dit “maman c’est la fête, trop super”. Mon petit homme de presque de 3 ans venait de voir son premier feu d’artifice, il souriait les yeux encore rivés vers le ciel et il était vraiment heureux.

Je l’ai couché. Je me suis lavée les dents, mise en pyjama, j’ai téléphoné à mon mari parti à l’autre bout du monde pour son travail. Il a demandé “mais tu es pas au courant, tu as pas vu les infos ? A Nice, un attentat, au moins 20 morts”. Non je ne savais pas.

Alors j’ai foncé sur Twitter et des heures durant, jusqu’au petit matin j’ai lu les infos, j’ai vu le nombre de morts grossir, j’ai tristement regardé les avis de recherche, j’ai espéré un moment que tout cela n’était qu’un cauchemar. Réveillez moi. Et j’ai pleuré.

Mon petit homme s’est réveillé le matin du 15 juillet, les cheveux ébouriffés, la tétine en bouche, le sourire aux lèvres. Il a dit “maman, ze veux bien un cola lait”. Alors j’ai ravalé mes larmes, je lui ai fait son biberon de lait au chocolat, je lui a tendu, j’ai jeté un oeil à Twitter, à Facebook, j’ai allumé ma radio, je me suis assurée que les amis potentiellement présents à Nice étaient en vie, j’ai pleuré encore, j’ai serré mon petit fort fort.

Quelques heures plus tard j’ai eu mes 2 grands au téléphone. Ils sont aux scouts, ils ne savent pas, il sont dans leur bulle d’insouciance. Ma fille de 9 ans a juste dit “moi j’en peux plus , j’ai plus de savon”, mon grand de 11 ans a demandé le code postal de sa grand-mère avant d’ajouter “j’ai chaud sous la tente !”.

J’ai envié leur insouciance et j’ai regretté celle que nous avions tous, il y a encore pas si longtemps.

A Nice la Baie des Anges n’a jamais aussi tristement bien porté son nom. Paix aux âmes sauvagement assassinées mercredi 14 juillet.

 

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

L’interview de la serialmother : Anne Belargent, doula

Capture d’écran 2016-07-11 à 19.55.54

Un beau jour, Anne a eu envie de changer de vie pour être au plus près des femme enceintes et devenir doula. Alors, après 12 années passées à améliorer les politiques publiques en tant que consultante, elle a été au bout de son rêve, s’est formée et est devenue doula, un métier trop peu connu en France.

Avec Géraldine, elles ont fondé naissanciel pour être aux côtés des futurs et jeunes parents.

Anne nous dit tout : ses 2 enfants (bientôt 3), son métier de doula, son parcours et sa vision de la maternité !

SERIALCV

Nom Belargent

Prénom Anne

Age 37 ans

Situation de famille ? En couple, pacsée depuis quelques jours.

Métier ? Doula

Prénom et âge de tes enfants? Chloé (8ans), Côme (5ans), et un petit dernier en route;-)

Surnoms que tu leurs donnes? Les chouchous, mes amours, bout, tibout, mon coeur, « mafille », « monfils », etc.

Age de la 1ère nuit ? 6 semaines pour Chloé (avec des grasses mat’ jusqu’à 10h !). Autant dire quand je n’ai pas compris lorsque Côme n’a pas fait ses nuits avant 7 mois (le jour de mon premier séminaire boulot loin de la maison) !!

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? Ce matin quand mon fils m’a enlacé les hanches parce qu’il me sentait à bout.

Dernier(s) caprice(s)? Franchement c’est assez rare et bizarrement ça dégénère jamais (enfin de leur côté, car moi je me roule régulièrement par terre quand ils me font répéter 12 fois les choses ou résistent quand c’est l’heure du bain…) Mon arme anticaprice pour les premières années : leur laisser le choix (entre deux options qui nous conviennent bien sûr) ! Ca permet de dégonfler tout de suite le rapport de force et de responsabiliser ces petits êtres qui veulent souvent juste s’affirmer (tu veux mettre la crème maintenant ou quand on sera sur la plage ?)

Dernière (s) punition(s)? On essaie d’éviter. J’ai vraiment l’impression que pour l’instant les explications et les réparations (une bêtise ? c’est l’enfant qui s’y colle) marchent pas mal.

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère ? Pas vraiment un truc que j’ai fait mais un truc que j’ai pensé un millier de fois et dis à voix haute un certain nombre de fois devant mes enfants, souvent le mercredi quand je suis avec eux tout l’après midi : « la prochaine fois, je vous mets au centre de loisirs comme ça au moins je serai tranquille! ». Un peu nulle pour unemaman qui a fait le choix d’être plus présente….mais tellement plus fort que moi !

Tu es doula, raconte nous ce métier assez méconnu ! Concrètement une doula est une femme aux cotés de la femme enceinte et de ceux qui l’entourent. Elle est à l’écoute de ses désirs, ses besoins et la suit dans ses choix. Elle propose un accompagnement dans la continuité, une relation de confiance, de complicité et d’intimité de femme à femme. Bien évidemment tout cela en complémentarité avec le suivi médical mis en place par les parents ! Je me suis formée à ce métier si peu connu en France et ai créé Naissanciel avec mon amie Géraldine éducatrice de jeunes enfants et formée au soutien à la parentalité. Notre but est d’apporter un peu de douceur autour de la naissance. On fait le constat que beaucoup de jeunes parents se sentent isolés ou peu soutenus dans leur parcours, soit par un manque de soutien ou un trop plein de conseils contradictoires. Ils sont à la recherche d’une figure professionnelle mais d’abord de quelqu’un capable d’être à l’écoute de leurs questions et de leur histoire personnelle. Quelqu’un de disponible et présente avant et après la naissance. Notre job c’est exactement cela. Prendre soin de la future maman et sa famille. Notre intervention à domicile permet cette proximité physique et émotionnelle (et de donner un coup de main concret en cas de nécessité). Nous restons en lien par téléphone et par mail entre chaque RDV ce qui est très rassurant pour les jeunes parents. Nous sommes là pour les bons moments et aussi pour les coups durs, toujours prêtes à mettre en place les solutions que nous construisons avec les parents. Il n’y a aucun sujet tabou, nous prenons en compte l’ensemble des questions que soulèvent l’arrivée d’un enfant (accouchement, couple, féminité, fratrie, éducation, carrière, etc). Je pratique aussi la sophrologie et la relaxation. C’est un outil intéressant pour les mamans qui ont envie de prendre soin d’elle et de se préparer physiquement et mentalement à la naissance.

Tu accompagnes des femmes autour de la naissance donc, à partir de quel moi et…jusque quel moment ? Il n’y a aucune règle. Plusieurs mamans ont fait appel à moi par exemple alors qu’elles n’étaient pas encore enceinte et étaient en plein parcours de PMA (procréation médicalement assistée), dans le but d’apporter un peu de douceur à leur quotidien marqué surtout par une succession d’épreuves. Géraldine et moi avant aussi accompagné une maman et sa fille jusqu’à ces 12 mois ! J’ai déjà aussi eu la chance d’accompagner une maman qui souhaitait ma présence uniquement pour soutenir son projet de naissance à la maternité. Ou par un couple qui souhaitait un soutien quotidien au retour de la maternité pour donner un coup de main à la maman éloignée de sa famille… Nos accompagnements sont complètement personnalisés et dépendants de l’histoire de chacune des familles. Nous travaillons à la carte ou avec des forfaits modulables pour coller au mieux aux attentes des parents.

anne

Comment est née cette vocation ? Etre là pour les autres, c’est ce que je fais de mieux. Ce métier m’offre la possibilité d’être dans une relation professionnelle unique, comme il ne m’a jamais été permis auparavant : offrir ma présence et ma confiance, ne pas évaluer et ne pas juger, soutenir inconditionnellement… peu de professionnels font l’expérience d’une telle relation. Les soignants ont une responsabilité médicale prépondérante auprès de la femme enceinte et disposent en général de peu de temps. Les amis et la famille évaluent ou conseillent, car ils s’inquiètent ou ont envie de partager leur histoire. La doula est là, avec comme seule arme son temps, sa disponibilité et son réseau pour entourer les parents (plus quelques petites astuces pour améliorer le bien être et le confort de la maman). J’aime que ce métier soit humble, un peu en retrait. On laisse venir les choses. Pour moi c’est reposant et gratifiant, car l’expérience humaine qui s’en dégage est assez étonnante à chaque fois. C’est aussi pour moi une occasion de défendre les femmes. Etre doula est un acte féministe ! J’aimerais que l’on reconnaisse que la naissance et la maternité constituent une occasion pour chacune d’aller au bout de soi même, que cela nous bouscule et que c’est loin d’être neutre pour notre vie de femme. Pour moi, mettre un voile sur la naissance en disant que ce n’est pas une maladie et que toutes les femmes y sont bien arrivé avant nous, met une pression énorme sur les femmes qui s’épuisent à tout mener de front. Ca a aussi pour effet de nous éloigner parfois de l’expérience puissante et intime que représente la naissance et l’accueil d’un enfant. Je parle de l’accouchement mais aussi de l’accueil symbolique de l’enfant (qu’il soit né par césarienne, par voie basse ou adopté !). Je suis fière d’accompagner les femmes dans ce désir de reprendre le contrôle sur ce moment qui leur appartient.

Qu’est ce qui te rend le plus fier de tes enfants ? Qu’ils soient d’abord si différents et si uniques. J’adore voire leur personnalité se construire. Ca m’épate depuis longtemps, depuis leur naissance en fait ! Mais je dois dire que je suis extrêmement fière de la manière dont ils s’intéressent aux autres et prennent soin des gens qui les entourent. Surtout mon aînée. C’est assez rare pour être relevé.

Que veux-tu leur transmettre ? Plus que le respect, le goût des autres. Le goût de la différence. Le goût de la planète aussi, et l’envie de faire mieux que notre génération. Bon ça c’est plutôt facile (je me rends compte que c’est cohérent avec leur penchant naturel!). Plus difficile pour moi à transmettre : le sentiment d’être libre, de pouvoir faire des erreurs, de ne pas se conformer aux autres. Mon aînée est très anxieuse du regard des autres. J’aimerais lui transmettre plus de détachement et de spontanéité.

Dernière sortie en famille ? En ce moment tous les soirs au resto ou au parc pour pique-niquer (on est en plein travaux et on attend avec impatience la pose de la cuisine).

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? Les journées simples sont souvent les meilleures. Tous ensemble mais chacun occupés à ses affaires, puis à un moment on se retrouve tous collés autour d’un livre, d’un film ou d’un jeux de société…

Dernier mot avant le dodo ? Tu parles de celui au moment du coucher ou de ceux moins avouables deux heures après lorsqu’ils ne dorment pas toujours??! Depuis qu’ils sont petits, j’aime bien leur dire « on se voit demain matin ». J’ai toujours eu l’impression que cela fixait une sorte de RDV et que ça les aidait à avoir un sommeil paisible.

Posted in Serial Interviews | Leave a comment

Primaire : clap de fin pour serialfiston

a

Ce matin il est parti à l’école et a dit “tu te rends compte, je ne serai plus en primaire à partir de ce soir”. Puis, il a bombé son torse de garçon de presque 11 ans, a mis son sac sur son dos, a souri et il est parti vers ce dernier jour de CM2, ce dernier jour de primaire.

A la sortie de l’école quelques heures plus tard, lui et son meilleur ami de toujours ont hurlé “on a fini l’primaire, on a fini l’primaire, on a , on a, on a fini l’primaire !”. Puis, à peine 2 minutes plus tard, mon fils a eu l’air triste.

“Mais que se passe t-il ?” j’ai demandé.

“C’est juste que ça va faire bizarre, c’est juste que …ça y est…je suis plus un enfant” il a répondu.

“Hop, hop, hop gamin, tu ES un enfant” j’ai précisé avec une voix pleine de conviction.

S’il est encore un enfant et que cela ne fait aucun doute, j’avoue non sans amertume que mon bébé a grandi.

A lui le collège ! A lui la cour des grands !

Posted in Serial Humeurs | Leave a comment

L’interview du serialfather : Jonathan, co-fondateur de l’appli géniale Euf !

jami1 Jonathan Jami vient de changer de vie. Après des années passées dans la finance, Jonathan a fait un revirement à 360° et vient de lancer avec un ami l’appli Euf !.

Le principe est simple et génial : une situation pas glop qui vous arrive, vous prenez la situation en photo puis vous la postez avec un commentaire sur l’appli.

En fait Euf ! c’est l’anti Instagram où tout est si parfait…et c’est drôle !

Jonathan nous parle de Euf !, de sa vie et ses 3 enfants (bientôt 4)

SerialCV

Nom Jami

Prénom Jonathan

Age 35

Situation de famille ? Marié

Métier ? Justement, je viens de me reconvertir. Anciennement courtier en finance.

Prénom et âge de tes enfants? Léa, 9 ans ; Anna, 7 ans ; Jacob, 4 ans. Une quatrième prévue pour Octobre.

Surnoms que tu leurs donnes? Seul Jacob a un surnom : Binioss

Age de la 1ère nuit ? 26 ans !

La femme de Jonathan et leurs 3 enfants

La femme de Jonathan et leurs 3 enfants

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? Au moment ou je t’écris, il est 6h du matin, le dernier câlin remonte à 5 minutes, avec mon fils qui se lève encore chaque fin de nuit pour nous rejoindre dans notre lit.

Dernier(s) caprice(s)? Mon fils en passant devant les vendeurs de « jouets qui ne marchent pas » devant les grands magasins … pour un bonhomme en vélo électrique affreux qui se cassera le jour même et que l’on a déjà eu en double.

Dernière (s) punition(s)? Mes filles, pour avoir vidé leurs armoires, déguisé leur frère en fille et lui dire qu’il s’appelait en vrai Nina.

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de père ? Ma première fille Léa qui, à l’âge de 10 mois, me tend un test de grossesse ; Je comprends la mise en scène de ma femme, je vais être à nouveau papa. Mes filles n’ont que 18 mois d’écart.

Tu viens de lancer l’appli EUF! , raconte nous ! Anthony, mon associé, et moi même sommes amis depuis l’enfance. C’est lors d’un voyage ensemble que des situations rocambolesques nous sont arrivées. Sur le coup, elles pouvaient nous énerver mais, lorsqu’elles ont été partagées avec nos proches, elles se sont totalement dédramatisées, jusqu’à finir par nous faire rire. Ainsi est né Euf !

Euf! est une application mobile permettant aux Râleurs de s’exprimer en toute liberté, et de partager leurs moments de détresse avec humour et autodérision.

jami4

On va pouvoir mettre en photo toutes les situations affreuses et drôles de nos vies de parents du coup ? Euf! propose aux mobinautes de publier des photos, vidéos, textes, et de les partager.

–  On sélectionne une vidéo, photo ou on rédige texte.

–  Place à la créativité avant publication en y associant un dessin, émoticône…

– On poste l’objet de notre grogne.

Une fois partagé, les contacts pourront alors commenter, tagger et “Eufer” le tout.

–  Un chat reste disponible pour les conversations et partages en privé.

Pour la première fois, les photos postées n’ont pas pour objectif de montrer une destination ensoleillée, le meilleur repas concocté, la plus belle tenue fashionista ou la meilleure photo de famille en sepia. Exit l’esthétique et la vie parfaite, place aux vérités des râleurs. Euf ! met en effet en lumière les tracas, galères du quotidien et situations improbables auxquelles chacun peut faire L’idée n’est plus du tout de paraitre ou se prendre au sérieux, mais rire et faire rire.

jami3

 

 

C’est un peu l’anti Instagram où tout est si parfait ? Le concept Euf ! est né d’un constat flagrant: seuls les clichés rêveurs, parfois retravaillés, apparaissent sur les réseaux sociaux. 
Mais où trouver la réalité du quotidien de tout un chacun ? Or sur un réseau social sur lequel la majeure partie des gens ne publient que des photos ou vidéos dans lesquelles ils sont mis en valeur, personne ne souhaite véritablement se distinguer en postant des clichés moins valorisants ou ne faisant pas rêver. Les galères du quotidien, petits tracas et grognes légères touchent l’ensemble de la population. Quelque soit notre âge, milieu social ou localisation, nous sommes tous confrontés de manière quotidienne à des situations improbables et des petites galèresprovoquant chez nous une forte envie de râler, grogner sur le moment. Ainsi, Euf! ne se restreint pas à ceux qui souhaitent uniquement paraitre sous leur meilleur jour, mais se confronte à la réalité  quotidienne de ses mobinautes, des parents, comme vous et moi.

Depuis le lancement, quelle est la « pire » photo sur Euf ? Celle d’une femme qui portait son enfant de 3 ans sur les épaules, et qui, à force de l’agiter s’est faite vomir sur les cheveux, lunettes, visages, habits…

Tu viens donc de changer de vie. Pourquoi ? Cela faisait déjà plus de 2 ans que je souhaitais changer d’activité. Je manquais d’épanouissement dans ce que je faisais, j’étais contraint par des horaires, et surtout je passais les ¾ de ma journée enfermé dans un bureau, à ne côtoyer que les mêmes personnes. J’ai décidé de changer, et de me donner cette chance avant 40 ans.

Qu’est ce qui te rend le plus fier de tes enfants ? Voir mes deux grandes s’occuper de leur petit frère et s’impatienter de l’arrivée de la quatrième. Les voir murir.

Que veux-tu leur transmettre ? Le fait de toujours s’émerveiller de peu et l’humilité en toute circonstance.

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? Réveillé par les enfants qui nous rejoignent dans le lit, on y reste encore une bonne heure tous ensemble. Pique-Nic au parc. Les enfants se défoulent, et rentrent claqués à la maison, ce qui me laisse une heure pour aller faire du sport. Je leur ramène des pâtisseries pour le gouté et je reprends toutes les calories que je viens d’éliminer. Les enfants couchés, je commande des sushis et la journée se termine sur une bonne série en tête à tête avec ma femme autour d’un verre de rosé.

Dernier mot avant le dodo ? Très classique : Je t’aime.

Posted in Serial Interviews | Leave a comment