Le joli mois de mai

p

 

Je suis comme tous ces gens, comme vous, comme toi.

En mai je prononce ces phrases là : il fait froid-y’a plus de saisons-y’a trop de jours fériés-oh dis donc j’ai pas vu l’année passer-j’ai chaud-ton fils fait quoi comme langue l’an prochain-tu pars où cet été-tu as entendu parler de cette nouvelle compagnie qui fait des vols pour encore moins cher- j’ai pas eu le temps de me mette au sport-tu as essayé l’épilation définitive-je fais faire un régime avant aout-putain d’impôts à la con-OK ouais j’avoue je vais regarder le mariage d’Harry-je suis super à la bourre pour les inscriptions à la danse de ma fille-oui je serai à la fête de l’école-dis donc en juin je suis noyée dans les gouters d’anniv- attends mais les impôts quoi-purée il caille-je dois aller chercher les affaires d’été à la cave-c’est quoi le tube de l’été là parce que je suis restée bloquée à yakalélo moi-

Toutes ces phrases là.

Les phrases de mai (qu’on prononcera aussi en juin).

L’année qui a même pas eu le temps de commencer qu’elle est déjà terminée. Les vacances (quoi ? déjà ? encore ?). Les bonnes nouvelles à venir, les mauvaises aussi qui passent, qui nous touchent parfois de loin, parfois de près. Les enfants qui grandissent tant qu’ils nous dépassent.

Et Harry qui était petit et qui se marie (ne me jugez pas, c’est mon côté Stéphane Bern).

Allez hop le mois de mai est là, plein de stress, de joies, de soleil (ou pas), de petits plaisirs et de grands espoirs (et aussi de glaces à la vanille)

 

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Kate M.

Capture d’écran 2018-04-24 à 13.35.56

Hier la Reine d’Angleterre, herself, m’a envoyé un SMS “Dear serialmother, Kate has given birth to a baby boy”. Je lui ai répondu dans la minute mais de toi à moi, j’avais eu l’info avant par mon ami Twitter.(bien plus fiable qu’Elizabeth)

Kate Middleton (tu remarques qu’elle conserve son nom de jeune fille pour toujours) a donc eu un troisième enfant, un deuxième garçon. Après George et Charlotte, voici BOB (à l’heure actuelle, son prénom n’a pas été révélé et je trouverais ça fun qu’il s’appelle BOB).

Kate a donc enfilé une robe rouge col claudine, pris son mari contre elle et son bébé tout neuf dans les bras et s’est fait prendre en photo par le monde entier. Quelques heures après avoir accouché. Sourire, brushing, pas de cernes, rouge à lèvres rose clair.

En voyant cette photo, je me suis dit “OH MY GOD ELLE EST BELLE”. Ensuite j’ai râlé, je me suis dit avec jalousie qu’elle avait à peine plus de ventre que moi (j’ai accouché il y a 12 mois), à peine l’air plus fatigué (j’ai pas dormi depuis 12 ans), à peine les sourcils super bien dessinés (j’ai le sourcil timide), à peine l’envie de se plier en deux (moi je n’ai pas pu me tenir droite avant 6 jours post accouchement).

Bref j’ai pensé qu’elle était forte la Kate.

Ensuite j’ai eu un peu de peine pour elle. Obligée de faire face au monde juste après avoir eu à pousser un bébé de 3.8 kilos entre les jambes. Obligée de partager ce moment si intime avec moi. Obligée de se tenir droite et fière. Obligée d’offrir ce bébé au monde. Obligée de ne pas avoir ne serait-ce qu’une après-midi pour faire une sieste.

Oui je sais, tu vas me dire qu’on va pas la plaindre car il y a pire. Oui mais bon j’en profite pour lui dire mon admiration car s’il y a pire que d’être princesse d’Angleterre, il n’y a pas pire, à mon sens, que de devoir partager ce moment si intime avec toi, avec moi, avec nous.

Big Up Kate.

Ps : If you need conseils, I am here.

PPS : Il me reste des fringue de naissance de mon dernier, si jamais t’as besoin Kate.BIG BISOUS.

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Il a déjà 1 an


IMG_1183Il y a un an, le 18 avril 2017,  naissait notre 4ème enfant, notre 3ème fils.

Il y a un (déjà!), ce bébé venait agrandir la tribu et nous réjouir de ses regards bleus.

Tu es né le jour de la Saint Parfait. Tu a rendu notre année plus belle, plus douce, plus fatigante aussi, plus folle, plus drôle, plus dingue. Tu as commencé à sourire, à rire,à râler, à t’asseoir, à attraper, à avoir des dents, à amuser tes frères et soeurs, à séduire les passants, à réjouir tes grands-parents, à manger, à aimer le chocolat et les champignons, à t’endormir au son de “Mon amie la rose” de  Françoise Hardy, à dire non, à dire oui, à balbutier, à jouer aux Kapla, à te mettre debout, à presque marcher, à sentir bon, à kiffer prendre le bain, à adorer te promener avec ton nouveau chien, à caresser la barbe naissante de ton père, à te blottir dans mon cou. A être toi.

Ensemble nous aurons encore des milliers de première fois.

Il y aura ta première nuit (ooohhhhh ouiii), tes premiers pas, tes premières phrases, tes premières blagues, ta première rentrée à l’école, ton premier livre, ton premier ciné, ton premier pain au chocolat, ton première nuit chez un copain, ta première bêtise, ton premier mensonge, ton premier chagrin, ton premier bonbon, ton premier trajet en métro seul, ta première poésie, tes premiers métiers rêvés, tes premières disputes avec ta soeur et tes frères, tes premières balades en vélo.

Il y aura la fois où tu apprendras à nager, à écrire, à penser par toi-même.

Il y aura la première fois où tu iras en boite, le premier amour, le premier émoi, le premier frisson.

Il y a aura ces fois où tu sera heureux, ces fois où tu auras le blues, ces fois où tu douteras.

Il y aura ces fois où tu te demanderas si tu fais bien, si tu suis le bon chemin, si tu as raison.

Il y a aura cette fois où tu gouteras du citron pour la première fois, où tu boiras un premier verre de chablis, où tu essaieras une clope.

Il y aura ces fois où tu auras besoin de nous, ces fois où tu n’auras justement pas envie d’avoir besoin de nous.

Toutes ces fois, ces premières fois, je serai là, nous serons là pour toi.  Notre poussin doré d’un an.

 

 

 

Posted in Serial Mother | Leave a comment

L’interview de la serialmother : Amandine, comédienne, youtubeuse (ET assistante maternelle) !

Capture d’écran 2018-04-04 à 09.07.19

Amandine, je l’ai rencontrée sur Facebook. Oui, oui. Elle m’a écrit et lorsqu’elle m’a parlé de sa chaine youtube de maman You Rock My Mam’s, j’ai immédiatement pensé à ma chaine youtube Mam’s. Alors très vite elle es venue tourner avec nous. Pour ma plus grande joie. Amandine est fraiche, belle, drôle. Elle est comédienne mais en attendant de percer elle est assistante maternelle dans une école en Belgique. Et le soir elle retrouve ses 2 enfants à elle. Une vie bien remplie dont elle nous livre les secrets !

SERIALCV

Nom  Elsen

Prénom  Amandine

Age 34

Situation de famille ? Mariée

Métier ? Comédienne, assistante maternelle (job alimentaire).

Prénom et âge de ton fils, ta fille ? Thao 7 ans  et Meï-Linh 2 ans .

Surnoms que tu leurs donnes ? Patate et ma petite pomme (tout est une histoire de pomme chez nous lol ).

Surnoms qu’ils te donnent ? Maman, man ou en anglais mommy

SERIALQUESTIONS

Dernière punition ? J’ai plus tendance à leur expliquer et parler avec eux quand ils font une bêtise plutôt que  de les punir .

Dernier câlin ? Hier soir ,instant câlin dans le canapé au coin du feu avant de monter se coucher.

Dernier moment de doute/ras le bol de maman ? Je pense que des doutes on en a tous les jours en tant que maman :est-ce qu’il aura assez à manger ce midi, va t’elle bien dormir à l’école, est-ce que je leur dis assez je t’aime….Sinon, dernier moment de ras le bol, il y a deux jours au carrefour quand je me retrouve à faire les courses seule avec les deux que l’un exprime une demande à la seconde(maman je peux avoir ça, et ça ,ah ça aussi ,..) ,que la plus petite me retourne le magasin et que les gens autour de moi me fusillent du regard ,qu’à travers ce regard on peut lire:ah, ces jeunes parents d’aujourd’hui n’arrivent vraiment pas à éduquer leurs gamins .

Dernier « bon mot » de tes enfants? De ma plus petite de 2 ans c’était : je t’aime maman (dit à sa manière bien sûr, ce qui rend le moment encore plus magique).De mon fils: t’es belle maman.

Capture d’écran 2018-04-04 à 09.14.11

Tu viens de lancer ta chaine youtube de maman, You Rock My Mam’s. C’est drôle, décalé, comment est née l’idée ?A force de voir des vidéos circuler sur les réseaux sociaux , je me suis dis pourquoi pas lancer une chaîne sur nos vies  rock n roll de maman.

Tu es comédienne , raconte !!Effectivement ,j’ai toujours fait du théâtre aussi loin que je m’en souvienne ,cela me passionne depuis toute petite.Enfant, à chaque réunion de famille, je montais un petit spectacle et je mettais mes cousins en scène avec moi lol. Il était donc évident qu’en grandissant je décide de suivre des cours afin de me performer. J’ai donc fais les cours Florent à Paris et deux autres écoles d’acteur en Belgique . Ensuite ,casting, pub, court métrage, shooting ,formation de chorégraphe ce qui m’a permis de vivre en Guadeloupe, Turquie,Maroc..Puis je suis tombée sur l’homme de ma vie et j’ai tout mis entre parenthèse pour fonder ma petite famille, me marier,….Et là, ça y est depuis cet été j’ai décidé de me remettre en selle.J’ai d’ailleurs participé à un court métrage qui est diffusé  dans les festivals depuis 2 mois à Bruxelles.Donc ,en route…

C’est dur de lancer une chaine ? Pas spécialement ,ce qui est dur c’est de trouver le temps tout en jonglant avec ma vie de maman,  d’employée ,de comédienne .

Comment es tu arrivée à tout ça ?Le cinéma ,ça me passionne depuis toujours ,l’homme de ma vie il m’est tombé dessus, je m’y attendais pas lol .La chaîne ça a été du Boulot car avec l’aide de mon mari on a fabriqué des soft box car pas de budget ,il filme ,je joue ,j’écris ,il monte les vidéos.J ai beaucoup de chance d’avoir un mari artiste qui du coup comprend ma passion et me soutient.

Capture d’écran 2018-04-04 à 09.04.35

Quels messages veux tu faire passer avec cette chaine ?Le but est d’échanger des astuces,  anecdotes, coups de gueule avec les mamans. Car nos vies de mamans des temps modernes sont bien remplies et pas tous les jours simples.Les chroniques sont en ligne tous les samedis matin et une fois par mois ,je pars à la rencontre d’une maman afin justement qu’elle partage avec nous son quotidien.

Tu écris, tu joues dedans…tu fais tout ! Quel est ton secret ? L’organisation, des vitamines en intraveineuse et un super mari lol .Non, c’est pas facile ,je m’astreins un rythme et des créneaux horaires.Les mercredis après-midi ,j’ai embauché une nounou qui s’occupe de mes loulous afin que je puisse m’isoler pour écrire mes chroniques. Le vendredi soir et le dimanche on tourne les chroniques .Le montage ,on le fait les soirs de semaine quand on rentre du boulot et que les enfants sont au lit .Ce qui en plus de mon job full time, mon rôle de maman, me rempli bien mon quotidien ! C’est un rythme assez soutenu mais je n ai jamais aimé marcher,  j’ai toujours préféré courir !!

 

Difficile de concilier vie pro et vie perso ? Pas tous les jours facile, c’est sûr car la société d’aujourd’hui fait qu’on passe notre temps a courir .Mais ,je pense qu’on peut toujours trouver un moyen pour réorganiser sa vie ,qu’à chaque problème il y a une solution et qu’il est important de privilégier les moments en famille, c’est pas la quantité mais l’intensité qui compte ;). La vie ne nous en octroie pas beaucoup dû à notre rythme effréné de travail, mais les peu de moments que j’ai, entouré des personnes les plus chères à mon coeur, j’essaye de les rendre magiques et intenses.

Qu’est ce qui te rend le plus fier de tes enfants ? Les voir grandir, évoluer, apprendre.

Que veux-tu leur transmettre ?La valeur des choses, l’amour, le respect d’autrui, l’indulgence ,l’empathie et bien sur la comédie ,la danse et la musique 😉 mais ça c’est pas gagné lol car ce ne sera que si ils sont passionnés par ça .

Ta journée idéale en famille ? Tous à Disneyland Paris lol !

Un mot que tu leur glisses avant le dodo ? Bonne nuit patate ,je t’aime. Bonne nuit ma petite pomme ,je t’aime

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Mireille.

Capture d’écran 2018-03-27 à 10.32.21

1939.

Je m’appelle Mireille. Je suis née en 1932. Mes parents ont tenu à me donner un prénom français car après tout la France on l’aime, elle nous a accueillis. Mireille c’est pour l’actrice, la plus belle actrice du monde dit maman, Mireille Balin, une star. Il parait que plus tard elle sera la femme d’un officier de la Wehrmacht, qu’elle sera arrêtée à la Libération et qu’elle mettra fin à sa carrière.

Moi je suis belle comme Mireille, c’est papa qui dit ça.

A l’école le maitre nous apprend la Marseillaise, les symboles de la République. On parle beaucoup du Maréchal aussi, celui qui a sauvé la France.

La vie juive est au centre de tout chez nous. Samedi on va à la synagogue, on allume les bougies le vendredi soir. Maman est la meilleure cuisinière du monde, elle est la reine du Geflite Fisch, la carpe farcie. C’est pas trop mon truc à moi mais je me force, ça lui fait tellement plaisir.

On me surnomme Mimi. Parfois tendrement maman me surnomme  Poupélé, ça veut dire Poupée en yiddish.

A l’école j’ai des amies juives et non juives, on s’entend toutes bien. Enfin avant. Car depuis quelques temps, depuis que j’ai 5,6 ans, certaines de mes amies ne veulent plus trop me parler, elles disent que c’est parce que je suis juive. Je trouve ça idiot mais papa me dit de pas faire de vagues. Je vois pas comment je ferai des vagues, je suis pas la Mer Méditerranée moi.

1942.

J’avais l’étoile jaune à la place du cœur. Il valait mieux la mettre, par sécurité. Je n’allais plus à l’école « trop risqué ». Il y a eu des gens qui ont dit que ça sentait mauvais pour les juifs, qu’on allait tous nous tuer. Nous tuer parce qu’on est juifs ? Absurde je me disais. J’avais 10 ans. Il y a eu une rafle. Au Vel d’Hiv. Oui là où on fait du vélo. J’ai pensé que c’était bizarre de se faire emmener et enfermer dans un endroit où on fait du vélo. Maman a rusé, on s’est enfuies et on n’a pas été raflées.

On a traversé la France sous une fausse identité. On avait faim mais maman me disait de ne pas me plaindre parce que « tu sais ma Pupélé, il y a pire ». Alors je ne disais rien, je la suivais. Parfois j’avais mal aux pieds, je pensais à mes amies laissées à Paris. Les juives, les non juives. Est ce que je les reverrai ?

On a traversé l’Espagne puis on est arrivé au Portugal. Maman aurait voulu qu’on aille jusqu’en Amérique mais c’était compliqué. A Lisbonne on partageait un tout petit appartement avec des cousins de mon père.

On a été sauvées.

1945.

Plus de famille, plus d’amies juives. Maman et moi.

1950.

Il est là, il est beau, il a réchappé à la mort. On se marie. Je prends son nom. Je suis Mireille Knoll.

On fera notre vie ensemble, on mangera du geflite fisch, j’allumerai les bougies à Shabbat. J’élèverai mes enfants comme des bons Français. Juifs mais Français. Les deux. J’aime mon pays la France, j’aime ses valeurs, j’aime ses frites, j’aime ses musiques, j’aime sa culture, j’aime son vin.

2018.

Je suis morte.

Allongée sur mon lit. Ca sent le brulé. Je crois que j’ai brulé. Comme ma famille juive à Auschwitz.

Je crois qu’ils m’ont poignardée avant. Oh pas qu’un peu. Onze fois. J’ai compté.

Ils ont dit des truc comme « c’est tout ce que tu mérites la vieille. Sale juive. On vous tuera tous. Crève. »

Je ne comprends pas. Je l’aimais bien. Je le connaissais depuis sa naissance. Il venait souvent lorsqu’il était petit. Je lui racontais des histoires. Je lui donnais à manger des gâteaux à la cannelle. Il avait même droit à un peu de coca ! Lui il était musulman. Moi j’étais la vieille dame juive. On disait dans l’immeuble qu’on ressemblait à Madame Rosa et Momo dans le livre de Romain Gary, « La vie devant soi ».

On s’aimait bien. Je crois. C’était comme un fils pour moi.

Et puis il a commencé à avoir des comportements bizarres. Une fois ou deux ou bien plus encore il m’a dit que tout était de la faute des juifs. Je lui souriais « Tout, tu es sûr ? ». Ca ne le faisait pas rire. Il y avait de la rage dans ses yeux. Je voyais bien qu’il croyait vraiment que les juifs étaient la cause de tous ses soucis.

Vendredi il est venu à la maison boire du Porto. C’était shabbat je préparais mes bougies.

Dimanche il est revenu avec un copain. Ils ont crié un truc, il a dit « sale juive ».

Et puis ils m’on tuée.

Et puis je suis morte.

J’ai 85 ans.

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Accepter que ses enfants ne soient pas comme soi.

q

 

Je regarde mes enfants. Ils me ressemblent. Le grand a, parait-il, mon regard. Ma fille a mon sourire. Mon 3ème a mon nez et mon dernier le bleu de mes yeux. Je vois leur père en eux évidemment. Un peu de lui, un peu de moi, un peu d’eux-mêmes. Ils sont une sorte de miroir de nous, en plus jeune, en différent, en mieux j’ose croire !

Souvent je me dis que j’aimerais leur transmettre des tas de valeurs qui me sont chères : la bienveillance, la gentillesse, la curiosité, l’amour de l’autre, l’humour et des tas de choses encore.

Et puis parfois, force est de constater qu’ils sont eux. Je veux dire : ils sont le moi qui n’est pas moi. Ils sont moi avec pour l’un une sorte de nostalgie, ils sont moi avec plus de folie, ils sont moi avec moins de second degré, ils sont moi avec plus de joie. ils ont leurs propres univers, leurs propres réactions, leurs propres envies, leurs propres rêves, leurs propres avis.

Ils ne sont pas d’accord avec nous, ils le disent, ils le crient, ils l’affirment.

Ils volent de leurs propres ailes et vous savez quoi ? C’est drôlement chouette (bon OK parfois c’est les boules de savoir que ma fille aime le chocolat blanc et moi le noir, que mon fils adore Daho et pas moi et que souvent ils savent mieux que moi situer un pays sur une carte:))

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Le temps qui passe

a

 

Hier encore j’achetais un bâton, je m’enfermais dans les toilettes de mon bureau pour savoir si ce serait + ou -.

Hier encore je me demandais, assise à mon bureau, si je téléphonais à mon mari pour lui annoncer que c’était + ou si j’attendais le soir.

Hier encore j’attendais le soir.

Hier encore nous allions devenir parents pour la première fois.

Hier encore le regard bleu et la bouche charnue de mon fils venaient se poser sur moi.

Hier encore je découvrais l’amour maternel.

Hier encore il se dandinait sur Diam’s avec son sweat à capuche en pilou bleu.

Hier encore, à 2 ans, il allait devenir grand frère.

Hier encore sa soeur poussait son premier cri -le premier d’une longue série 😉 .

Hier encore elle ouvrait ses yeux verts sur le monde et le rendait rose.

Hier encore on se disait “pourquoi pas un 3ème ?”.

Hier encore, non on ne voulait pas savoir le sexe.

Hier encore on cherchait un prénom.

Hier encore, à 6 ans, elle devenait grande soeur d’un frère.

Hier encore je l’allaitais des jours et des nuits (surtout des nuits) durant. Hier encore il apprenait à faire de la trottinette. Hier encore il admirait son grand frère et sa grande soeur.

Hier encore mon mari se disait que 4 ce serait formidable. Hier encore, le bâton indiquait +.

Hier encore je savourais ce que je savais être ma dernière grossesse. Hier encore mes ainés posaient leurs mains sur mon ventre agité.

Hier encore il naissait. Un fils. Un troisième fils.

Hier encore nous apprenions la vie à 6.

Hier encore il apprenait à se tenir assis, à quatre pattes puis debout.

Dans quelques mois, ils auront 13, 11, 5 et 1 an.

Hier encore est passé. Si vite, si vite.

 

 

 

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Le chien.

Capture d’écran 2018-03-12 à 21.41.50

Un chien.

“Mais pourquoi prenez vous un chien ? Mais pourquoi vous vous faites chier avec un chien? Et puis à quoi ça sert un chien ? Et quand vous partez en vacances vous en faites quoi ? Un chien à Paris…c’est idiot, non ?”

Depuis une semaine que Newton, né le 24 décembre 2017 (ce chien est un miracle, la date de naissance le prouve), est entré dans nos vies, nous recevons des rafales de questions étranges. Même si j’avoue que la plupart des gens croisés dans la rue fondent devant la boule de poils de 2 mois et demi, certains semblent nous trouver étranges de nous “accabler” d’une bête canine.

Alors voilà. Il y a 4 mois notre chien, notre compagnon de vie depuis 14 ans, notre bien aimé Ulk, notre animal au regard si doux et si brave, notre chien qui se prenait pour un chat, notre chien qui a même conquis le coeur de ceux de nos amis qui n’aiment pas les chiens, notre première pierre à l’édifice de ce qui serait notre famille, notre meilleur pote, notre animal qui n’aboyait pas, notre chien au pelage roux comme un renard…Ulk est parti rejoindre le paradis des chiens.

Nous avons été dévastés, les enfants ont énormément pleuré. 4 mois plus tard, lorsque je pense à lui, les larmes me montent encore. Certains diront “ohhhh ça va, c’est un chien”. Non, c’était mon chien et je l’aimais avec d’une sincérité rare.

Alors voilà. La présence du chien nous manquait. On ne veut pas remplacer Ulk mais lui donner un successeur qui, je l’espère, sera un compagnon de vie formidable pour nous et les 4 enfants.

OUI c’est parfois une galère, oui c’est du boulot, oui c’est du temps MAIS plus est de fous, plus on rit.

Longue vie à Newton !

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Le froid, la neige, les joues rouges et picétou

 

Oui bon OK il fait froid. Mais bon quoi c’est le mois de février hein. Donc qui dit février dit hiver dit froid dit neige. On râle quand il fait froid en juin et on râle quand il fait froid en février alors quoi , serait-on des râleurs ? OUI.

La neige tombe et ceux d’entre nous qui n’ont pas le bonheur de  voir si souvent ces paillettes blanches tomber des nuages, sont ravis..

Ceux qui n’ont pas l’habitude de faire des bonhommes de neige, de se balancer des boules gelées, d’avoir les joues rosies par le froid, d’arborer un bout du nez rouge, de claquer des dents, d’avoir les cheveux frigorifiés, de regarder leurs enfants se réjouir d’avaler de la neige en ouvrant leurs bouches au ciel, ceux là sont heureux.

Oui ma bonne dame on le bout des doigts aussi blanc que nos lèvres sont bleues. Oui ma bonne dame on se gèle les miches. Oui ma bonne dame il faut se réchauffer autour d’un feu, d’un vin chaud et d’une conversation sur Johnny, Laura et Laetitia (ou sur Tchoupi va à l’école, c’est à voir).

Oui, on se met de la crème sur les joues, les mains et les lèvres. Oui on perd un gant et un bonnet par jour. Oui on rêve de sable, de soleil, de mer bleue et de glande.

Mais – suis-je seule ici?- j’aime ce froid, j’aime mettre des gros pulls, avaler le vent, faire sortir de la fumée de ma bouche, faire couler des bains chauds à mes enfants, diner une soupe de légumes, me coucher tôt et crier “mettez vos chaussooooooons ou vous aurez la goutte au nez”.

Vive le froid !

Posted in Serial Mother | Leave a comment

L’interview de la serialmother : Sandra Ifrah, fondatrice de MyBuBelly, la méthode pour choisir le sexe de son enfant

myuu

 

Sandra est une femme qui ne renonce à rien. Elle voulait une fille et un garçon, elle a testé une méthode 100% naturelle et, comme le résultat était à la hauteur de ses espérances, elle a voulu en faire bénéficier les femmes. Alors elle a fondé MyBuBelly, méthode de coaching incroyable pour les futurs parents qui veulent à tout prix avoir une fille ou un garçon.
Entourée de spécialistes (gynéco, psy, nutritionnistes..), elle propose aux femmes de suivre un régime et un coaching personnalisé afin de réunir un maximum de chances d’avoir une fille ou un garçon. Une box, des compléments alimentaires, une toute nouvelle appli pour suivre la méthode où que l’on soit, un programme diététique facile, moderne et qui booste la fertilité, une équipe de spécialistes et de médecins disponibles en permanence pour une adaptation sur mesure selon le profil de la femme : tout est là pour que ça marche. Et ça marche : plus de 90% de réussite.

Alors qui est cette femme ? Quelle est sa méthode ? Elle me dit tout !

SERIALCV

Nom : IFRAH

Prénom : Sandra

Age : 37

myu

Situation de famille ? Mariée, 2 enfants

Métier ? Fondatrice de la start up Mybubelly

Prénom et âge de tes enfants ? Raphaël, 9 ans et Deborah 7 ans.

Surnoms que tu leurs donnes ? Mon Boubi, ma Boubinette

Surnoms qu’ils te donnent ? Mama ou Maman chérie

myb1

 

 

                                     SERIALQUESTIONS

Dernière punition ? J’essaie avant de les punir de leur expliquer au maximum les choses. La dernière punition a été de diminuer leur temps d’Ipad. C’est une punition pour eux, mais c’est mieux pour leur santé et leur bien-être.

Dernier câlin ? Ce matin avant de partir à l’école

Dernier moment de doute/ras le bol de maman ? Le doute concerne souvent les jeux vidéos et Ipad. Je veux leur faire plaisir, mais d’un autre coté ce n’est pas bon pour eux. Que faire ?

Dernier « bon mot » de tes enfants? « Tu sais maman, t’inquiète pas, un enfant ça pleure c’est normal », Deborah 7 ans.

Tu as lancé MyBuBelly, une méthode révolutionnaire qui aide les femmes à choisir le sexe de leur enfant. Raconte-nous ! Ça vient de mon histoire personnelle, avec mon mari nous voulions d’abord un fils, puis plus tard une fille. Je me suis donc entourée de spécialistes pour cela. Et comme ça a marché et comme j’ai eu la chance d’être bien entourée, j’ai partagé cette méthode avec mes proches. Puis comme ça a marché, je la partage désormais avec toutes les femmes. Mybubelly est donc une méthode qui aide à choisir le sexe de son bébé par la sélection des spermatozoïdes « filles » ou « garçons » grâce au pH et au suivi du cycle. La période de préconception est importante, les femmes peuvent s’y sentir seules. D’où l’aspect coaching personnalisé, symbolisé par notre guide virtuelle Eve.

myb2

D’où vient la méthode ? On trouve quoi avec Mybubelly ? Tu l’as testée cette méthode toi-même ? C’est une méthode complètement naturelle ancestrale que nous avons modernisée, avec un programme diététique innovant et un suivi novateur du cycle pour que chacune puisse trouver son ovulation. Nous y avons surtout rajouté un coaching personnalisé pour que la méthode s’adapte à toute les femmes. C’est dans l’air du temps, c’est facile à suivre, ça booste la fertilité en plus.

Il y a un comité médical, un coaching en ligne pour le pH et le cycle, un programme diététique. Et des box que l’on reçoit chez soi et qui contiennent les éléments qui permettent de suivre la méthode (compléments alimentaires spécialement conçus, tests d’ovulation, tests de pH). C’est un abonnement mensuel, que l’on peut arrêter à tout moment. Ça dure de 3 à 6 mois en moyenne, en 2 phases. L’une pour changer son pH. L’autre pour concevoir avec pleins de conseils et d’astuces. Ce programme est fait de dizaines de recettes élaborées par le nutritionniste Raphaël GRUMAN. Faciles à faire, savoureuses et accessibles à toutes les femmes, à leur vie moderne de femmes actives, quel que soit leurs habitudes ou leur contrainte alimentaire. Car j’ai voulu que la méthode MyBuBelly ne soit pas contraignante, et même ludique, sympa au quotidien.

myb4

Et d’ailleurs ça veut dire quoi MYBUBELLY ? My, c’est l’appartenance (Mon, Ma). Bub c’est le coté bébé et naturel. Belly, le ventre en anglais façon femme enceinte.

Pourquoi et comment as tu l’idée de lancer ça ? Pour une histoire de liberté : La seule chose qui m’importe, c’est de donner aux femmes et aux couples la possibilité d’avoir ce choix. On a tous une bonne raison de vouloir un petit garçon, ou une petite fille. Ce choix, cette envie, non seulement ils sont naturels mais en plus on les retrouve dans toutes les civilisations et dans toutes les époques. Naturel est justement le mot à retenir. Nous aidons la nature. Elle est bien faite et nous lui donnons juste un petit coup de pouce. Le pH, le cycle, le programme diététique, les dates de conception, tout n’est que respect de la nature.

Que réponds-tu aux gens qui douteraient de la méthode ? De la faire ! D’aller surtout sur le site www.mybubelly.com, et de voir qu’il s’agit d’une méthode très étudiée avec un comité de médecins et nutritionnistes. Aller voir aussi les témoignages sur nos réseaux sociaux. Et de se renseigner sur ce genre de méthodes qui affichent un taux de réussite de plus de 80% (dont celle qui avait lieu à l’hôpital Cochin dans les années 70). Nous y avons rajouté le coaching personnalisé et un programme diététique innovant, donc encore plus d’efficacité. Pour la partager d’avantage, un livre est en cours d’écriture avec de nombreux témoignages. Sortie dans les prochains mois.

myb3myu myuu myb4

Tu avais un autre métier avant, raconte ! J’étais dans le monde de l’art. Avec déjà avec un mélange de tradition et de modernité. Adapter des œuvres d’arts et les mettre en valeurs dans notre époque. C’est la philosophie qui est la mienne dans tout ce que j’entreprends. Je suis une créatrice, un entrepreneur. Le concept de MyBuBelly est une synthèse de tout ça.

Difficile de concilier vie pro et vie perso ? J’essaie évidemment de garder du temps pour mon mari, pour mes enfants. Mais ils sont les premiers soutiens de ma vie professionnelle. La règle de vie, c’est de parler de tout, tous ensemble, tout le temps.

Qu’est ce qui te rend le plus fier de tes enfants ? Tout. Ma fille et mon mini moi, mon prolongement. Et Raphaël a beaucoup de cœur, un vrai gentil avec une intelligence incroyable.

Que veux-tu leur transmettre ? Le respect, la générosité, le partage et surtout l’esprit famille. La tradition et la culture aussi.

Ta journée idéale en famille ? Un week-end en Normandie tous les 4, entre la campagne et la mer.

Un mot que tu leur glisses avant le dodo ? Je t’aime, je suis fière de vous, bonne nuit mon Boubi et ma Boubinette.

Entre le 11 et le 18 février, le cout de l’abonnement sera réduit de 30% : 119 euros par mois au lieude 170 avec le code promo “Valentin2018″. (offre pour les 50 premières inscrites)

Posted in Serial Mother | Leave a comment