Lettre à ma fille

f

 

Ma fille, mon enfant,

Ces derniers jours il semble qu’enfin les femmes, les jeunes filles et les dames libèrent leur parole et osent dire tout haut des choses qu’elles gardaient tout au fond d’elles depuis 1 an, 15 ans, 30 ans, parfois plus encore.

Il y a ce producteur américain, oui celui d’Hollywood, la ville où tu rêves d’aller un jour, qui est accusé par de nombreuses femmes d’avoir profité de son pouvoir pour demander à des actrices de venir dans sa chambre pour faire des choses de “grands”. Il y a ces femmes qui sur les réseaux sociaux avec le hashtag #moiaussi ou #balancetonporc, racontent comment parfois des hommes ont essayé de profiter d’elles. Parfois elles avaient ton âge, 10 ans. Parfois même moins. Parfois elles étaient adultes. Souvent elles ont obéi, subi, rien dit. Par peur, par culpabilité, celle de croire qu’elles y étaient pour quelque chose. Alors que non évidemment.

La semaine dernière une petite fille de ton école s’est retrouvée face à un pervers qui, dans une rue étroite et peu fréquentée, a trouvé ça marrant d’ouvrir son pantalon pour lui montrer ce que tu sais. Elle a eu peur, elle a couru, elle en parlé à ses parents. Nous sommes tous au courant et je t’ai mise en garde : tu ne prends jamais de rues peu fréquentées toute seule, quand tu rentres seule de l’école vas -y avec une copine, si quelqu’un te suis, tu rentres dans un magasin, tu hurles et surtout, tu m’en parles, tu nous en parles à ton père et à moi.

Ce ne sera jamais de ta faute. Ce n’est jamais de la faute des femmes, malgré ce que certains (et certaines) en disent. Une petite fille, une jeune fille, une femme ne cherche JAMAIS à se faire toucher contre son gré. Une petite fille n’a JAMAIS une attitude aguicheuse. Une actrice n’a JAMAIS envie de toucher le zizi d’un producteur sous la contrainte “par plaisir”. Une fille ne “le cherche” JAMAIS quand elle met une jupe au dessus du genou ou un décolleté. Une femme ne mérite JAMAIS de se faire cogner le visage par son mec.

Je sais, on te livre un monde compliqué , un monde dans lequel certains hommes pensent qu’une femme est un objet. Mais il y a des hommes merveilleux, des hommes qui ont appris le respect, l’amour, la délicatesse, le romantisme. C’est cela que nous voulons transmettre à tes 3 frères, nos 3 fils.

Je veille sur toi ma fille, mon enfant.

 

 

This entry was posted in Serial Mother. Bookmark the permalink.

Commentez ce post!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>