L’interview de la serialmother : Alix Leduc, journaliste et auteure du livre “Élever un garçon, mission (im)possible !”

alix

 

Alix Leduc et journaliste et auteure de nombreux livres sur les enfants, la maternité et la parentalité.

A chaque fois qu’elle dit qu’elle a trois fils, les gens la regardent d’un air dépité avant d’ajouter “oh ma pauvre, vous n’avez pas de fille”. Alors Alix a eu envie de se pencher sur la question épineuse (ou pas) de savoir si il est plus difficile d’élever un garçon qu’une fille.

Autour de divers témoignages de mamans (dont le mien hihi), de psy, de pédiatres, Alix Leduc a dressé dans son livre un état des lieux touchant, drôle et vrai sur les clichés et les réalités d’avoir des fils.

Elle a répondu à mes questions avec joie et bonne humeur !

SERIACV

Nom Leduc

Prénom Alix

Age 41 ans

Situation de famille ? En couple

Métier ? Journaliste

Prénom et âge de vos enfants? Antoine, 6 ans et demi (demi, très important), Simon, 4 ans et demi (crucial), Joseph, 19 mois… 20 ? Quand on aime, on ne compte plus !

Surnoms que vous leur donnez? Je pars dans des grandes déclarations : mon amour, mon trésor, idole de mon cœur… Je me fais plaisir ! Les grands commencent à se marrer, mais au fond ils ne peuvent pas s’en passer.

Surnoms qu’ils vous donnent ? Ils m’imitent… et j’adore ! Quand Simon me dit « Maman, tu es la plus belle maman de la galaxie », je fonds !

SERIALQUESTIONS

Dernière punition ? Collective : mes enfants adorent faire de la musique, c’est normal, leur père est musicien, mais quand ils s’y mettent tous les trois… bref, j’ai planqué les maracas, l’harmonica et la flûte tout en haut du placard.

Dernier câlin ? Les bisous baveux express de ce matin avant l’école : « Viiiiiteonesenretardjevousaimeallez !!! »

Dernier moment de doute/ras le bol de maman ? J’avoue que j’ai failli laisser Joseph l’autre jour au Monop quand il a fait sa crise au rayon gâteaux… Il est trop mignon, quelqu’un l’aurait pris tout de suite !

Une anecdote (presque) inavouable de votre vie de mère ? A la fin des vacances de février, j’étais vraiment contente que la crèche et l’école reprennent.

q

 Vous êtes journaliste, auteure de plusieurs ouvrages autour des enfants et de la maternité. Vous venez de publier «Elever un garçon mission (im) possible ». Comment est née cette idée ? C’était d’abord en réaction à tout ce que j’ai pu entendre sur le fait que je n’ai pas de filles. Ça a commencé dès ma première grossesse, autour de moi, on me glissait à quel point ce serait génial d’avoir une fille. C’était un garçon. « Il faut vite lui faire une petite sœur, le choix du roi ! ». Deuxième grossesse, « ENCORE » un garçon… comme si on m’avait jeté un mauvais sort. Déjà, je sentais qu’on me plaignait, il fallait absolument continuer pour… me démarabouter, peut-être ? Le bouquet, ça a été quand j’étais enceinte du troisième, une fleuriste m’a lancé, compatissante : « Un autre garçon ? Comme je vous plains… ».

J’aurais été heureuse d’avoir une fille, mais je suis comblée avec mes trois garçons. Les réactions des uns et des autres (aussi bien des proches que de parfaits inconnus) m’ont interpelée. A l’école, ça a continué, une institutrice ( !) qui se plaignait du comportement des petits mâles : trop agités, tiennent moins bien leur stylo, perturbent la classe. Je suis féministe, mais qu’est qu’on a contre les garçons, en ce moment ? Je m’interroge sur la vision qu’on a des hommes d’aujourd’hui et de demain !

Quel est le message du livre ? Je ne sais pas si il y a un message, mais comme je me posais des questions, je me suis dit que d’autres mères pouvaient aussi se les poser. On les aime, nos garçons ! J’ai interrogé des experts mais aussi des mères pour parler, sans tabous, et s’échanger des expériences, des solutions, des coups de gueules et des coups de cœur. Je ne vous apprends rien, une des grandes joies de la maternité c’est de partager ses expériences !

Alors c’est plus dur d’élever un mec ? Plus dur, je ne sais pas, mais PASSIONNANT, c’est certain ! Les garçons, pour une mère, c’est un peu l’inconnu. Pourtant j’avais deux frères…

Souvent, les gens plaignent vraiment les mères qui n’ont que des garçons avec des phrases comme « oh ma pauvre, vous ne connaissez pas la joie d’avoir une fille » ? Pourquoi ? Il faut leur demander ! Ou pas ! Je dirais que c’est un manque d’imagination. Chaque enfant est différent, chaque fratrie est différente.

Qu’avez vous appris en écrivant ce livre, vous la maman de 3 petits mecs ?A dédramatiser et à sourire de certains moments de solitude. Cette enquête m’a surtout permis de découvrir à quel point le lien mère-fils est rempli de pudeur et de tendresse, de fascination aussi… Et qu’un sujet comme le décalottage déclenche de vraies polémiques !

Vos enfants comprennent votre métier ? Je vous laisse juge : celui de six ans s’imagine que j’ai le même métier que Tintin et réclame un chien. Celui de 5 ans, bientôt, est d’accord pour le chien. Et Joseph écrit les articles avec moi, sur mes genoux.

Difficile de concilier vie pro et vie de maman ? Oui et non, comme pour toutes. Si ils sont malades, je peux les garder avec moi, ce n’est pas un souci. Et en même temps, il n’y a jamais assez d’heures dans la journée…

Qu’est ce qui vous rend vous rend le plus fière de vos fils ? Leur sens de l’humour et leur hyper sensibilité. Ils sont très différents, mais les trois ont ce point commun. Ça me touche.

Que voulez-vous leur transmettre ? La curiosité et l’envie d’avoir envie. Et la gentillesse, c’est un mot qui a mauvaise presse, je ne sais pas pourquoi, c’est bien d’être gentil ! Ah oui, j’allais oublier ça, alors que c’est tellement crucial pour moi : le sens de la fratrie. Mon plus grand bonheur est de les voir (malgré les bagarres !) si proches, si complices.

Votre journée idéale en famille ? Un pique-nique à l’Océan, dans le Sud- Ouest !

Un mot que vous leur glissez avant le dodo ? Je t’aime, je t’aime, je t’aime. Et ils me répondent (enfin, pas encore le plus petit !) : et moi je t’aime plus loin que la galaxie.

 

 

 

 

 

This entry was posted in Serial Mother. Bookmark the permalink.

Commentez ce post!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>