L’interview de la serialmother : Anne Belargent, doula

Capture d’écran 2016-07-11 à 19.55.54

Un beau jour, Anne a eu envie de changer de vie pour être au plus près des femme enceintes et devenir doula. Alors, après 12 années passées à améliorer les politiques publiques en tant que consultante, elle a été au bout de son rêve, s’est formée et est devenue doula, un métier trop peu connu en France.

Avec Géraldine, elles ont fondé naissanciel pour être aux côtés des futurs et jeunes parents.

Anne nous dit tout : ses 2 enfants (bientôt 3), son métier de doula, son parcours et sa vision de la maternité !

SERIALCV

Nom Belargent

Prénom Anne

Age 37 ans

Situation de famille ? En couple, pacsée depuis quelques jours.

Métier ? Doula

Prénom et âge de tes enfants? Chloé (8ans), Côme (5ans), et un petit dernier en route;-)

Surnoms que tu leurs donnes? Les chouchous, mes amours, bout, tibout, mon coeur, « mafille », « monfils », etc.

Age de la 1ère nuit ? 6 semaines pour Chloé (avec des grasses mat’ jusqu’à 10h !). Autant dire quand je n’ai pas compris lorsque Côme n’a pas fait ses nuits avant 7 mois (le jour de mon premier séminaire boulot loin de la maison) !!

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? Ce matin quand mon fils m’a enlacé les hanches parce qu’il me sentait à bout.

Dernier(s) caprice(s)? Franchement c’est assez rare et bizarrement ça dégénère jamais (enfin de leur côté, car moi je me roule régulièrement par terre quand ils me font répéter 12 fois les choses ou résistent quand c’est l’heure du bain…) Mon arme anticaprice pour les premières années : leur laisser le choix (entre deux options qui nous conviennent bien sûr) ! Ca permet de dégonfler tout de suite le rapport de force et de responsabiliser ces petits êtres qui veulent souvent juste s’affirmer (tu veux mettre la crème maintenant ou quand on sera sur la plage ?)

Dernière (s) punition(s)? On essaie d’éviter. J’ai vraiment l’impression que pour l’instant les explications et les réparations (une bêtise ? c’est l’enfant qui s’y colle) marchent pas mal.

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère ? Pas vraiment un truc que j’ai fait mais un truc que j’ai pensé un millier de fois et dis à voix haute un certain nombre de fois devant mes enfants, souvent le mercredi quand je suis avec eux tout l’après midi : « la prochaine fois, je vous mets au centre de loisirs comme ça au moins je serai tranquille! ». Un peu nulle pour unemaman qui a fait le choix d’être plus présente….mais tellement plus fort que moi !

Tu es doula, raconte nous ce métier assez méconnu ! Concrètement une doula est une femme aux cotés de la femme enceinte et de ceux qui l’entourent. Elle est à l’écoute de ses désirs, ses besoins et la suit dans ses choix. Elle propose un accompagnement dans la continuité, une relation de confiance, de complicité et d’intimité de femme à femme. Bien évidemment tout cela en complémentarité avec le suivi médical mis en place par les parents ! Je me suis formée à ce métier si peu connu en France et ai créé Naissanciel avec mon amie Géraldine éducatrice de jeunes enfants et formée au soutien à la parentalité. Notre but est d’apporter un peu de douceur autour de la naissance. On fait le constat que beaucoup de jeunes parents se sentent isolés ou peu soutenus dans leur parcours, soit par un manque de soutien ou un trop plein de conseils contradictoires. Ils sont à la recherche d’une figure professionnelle mais d’abord de quelqu’un capable d’être à l’écoute de leurs questions et de leur histoire personnelle. Quelqu’un de disponible et présente avant et après la naissance. Notre job c’est exactement cela. Prendre soin de la future maman et sa famille. Notre intervention à domicile permet cette proximité physique et émotionnelle (et de donner un coup de main concret en cas de nécessité). Nous restons en lien par téléphone et par mail entre chaque RDV ce qui est très rassurant pour les jeunes parents. Nous sommes là pour les bons moments et aussi pour les coups durs, toujours prêtes à mettre en place les solutions que nous construisons avec les parents. Il n’y a aucun sujet tabou, nous prenons en compte l’ensemble des questions que soulèvent l’arrivée d’un enfant (accouchement, couple, féminité, fratrie, éducation, carrière, etc). Je pratique aussi la sophrologie et la relaxation. C’est un outil intéressant pour les mamans qui ont envie de prendre soin d’elle et de se préparer physiquement et mentalement à la naissance.

Tu accompagnes des femmes autour de la naissance donc, à partir de quel moi et…jusque quel moment ? Il n’y a aucune règle. Plusieurs mamans ont fait appel à moi par exemple alors qu’elles n’étaient pas encore enceinte et étaient en plein parcours de PMA (procréation médicalement assistée), dans le but d’apporter un peu de douceur à leur quotidien marqué surtout par une succession d’épreuves. Géraldine et moi avant aussi accompagné une maman et sa fille jusqu’à ces 12 mois ! J’ai déjà aussi eu la chance d’accompagner une maman qui souhaitait ma présence uniquement pour soutenir son projet de naissance à la maternité. Ou par un couple qui souhaitait un soutien quotidien au retour de la maternité pour donner un coup de main à la maman éloignée de sa famille… Nos accompagnements sont complètement personnalisés et dépendants de l’histoire de chacune des familles. Nous travaillons à la carte ou avec des forfaits modulables pour coller au mieux aux attentes des parents.

anne

Comment est née cette vocation ? Etre là pour les autres, c’est ce que je fais de mieux. Ce métier m’offre la possibilité d’être dans une relation professionnelle unique, comme il ne m’a jamais été permis auparavant : offrir ma présence et ma confiance, ne pas évaluer et ne pas juger, soutenir inconditionnellement… peu de professionnels font l’expérience d’une telle relation. Les soignants ont une responsabilité médicale prépondérante auprès de la femme enceinte et disposent en général de peu de temps. Les amis et la famille évaluent ou conseillent, car ils s’inquiètent ou ont envie de partager leur histoire. La doula est là, avec comme seule arme son temps, sa disponibilité et son réseau pour entourer les parents (plus quelques petites astuces pour améliorer le bien être et le confort de la maman). J’aime que ce métier soit humble, un peu en retrait. On laisse venir les choses. Pour moi c’est reposant et gratifiant, car l’expérience humaine qui s’en dégage est assez étonnante à chaque fois. C’est aussi pour moi une occasion de défendre les femmes. Etre doula est un acte féministe ! J’aimerais que l’on reconnaisse que la naissance et la maternité constituent une occasion pour chacune d’aller au bout de soi même, que cela nous bouscule et que c’est loin d’être neutre pour notre vie de femme. Pour moi, mettre un voile sur la naissance en disant que ce n’est pas une maladie et que toutes les femmes y sont bien arrivé avant nous, met une pression énorme sur les femmes qui s’épuisent à tout mener de front. Ca a aussi pour effet de nous éloigner parfois de l’expérience puissante et intime que représente la naissance et l’accueil d’un enfant. Je parle de l’accouchement mais aussi de l’accueil symbolique de l’enfant (qu’il soit né par césarienne, par voie basse ou adopté !). Je suis fière d’accompagner les femmes dans ce désir de reprendre le contrôle sur ce moment qui leur appartient.

Qu’est ce qui te rend le plus fier de tes enfants ? Qu’ils soient d’abord si différents et si uniques. J’adore voire leur personnalité se construire. Ca m’épate depuis longtemps, depuis leur naissance en fait ! Mais je dois dire que je suis extrêmement fière de la manière dont ils s’intéressent aux autres et prennent soin des gens qui les entourent. Surtout mon aînée. C’est assez rare pour être relevé.

Que veux-tu leur transmettre ? Plus que le respect, le goût des autres. Le goût de la différence. Le goût de la planète aussi, et l’envie de faire mieux que notre génération. Bon ça c’est plutôt facile (je me rends compte que c’est cohérent avec leur penchant naturel!). Plus difficile pour moi à transmettre : le sentiment d’être libre, de pouvoir faire des erreurs, de ne pas se conformer aux autres. Mon aînée est très anxieuse du regard des autres. J’aimerais lui transmettre plus de détachement et de spontanéité.

Dernière sortie en famille ? En ce moment tous les soirs au resto ou au parc pour pique-niquer (on est en plein travaux et on attend avec impatience la pose de la cuisine).

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? Les journées simples sont souvent les meilleures. Tous ensemble mais chacun occupés à ses affaires, puis à un moment on se retrouve tous collés autour d’un livre, d’un film ou d’un jeux de société…

Dernier mot avant le dodo ? Tu parles de celui au moment du coucher ou de ceux moins avouables deux heures après lorsqu’ils ne dorment pas toujours??! Depuis qu’ils sont petits, j’aime bien leur dire « on se voit demain matin ». J’ai toujours eu l’impression que cela fixait une sorte de RDV et que ça les aidait à avoir un sommeil paisible.

This entry was posted in Serial Interviews. Bookmark the permalink.

Commentez ce post!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>