L’interview de la serialmother : Hélène Defossez, auteur du livre “Enceinte et végétarienne”

helene1

Hélène Defossez est une jeune maman écrivain et végétarienne qui lors sa de grossesse a continué évidemment à l’être. C’est à ce moment là qu’elle s’est rendue compte qu’aucun livre sur ce sujet n’avait jamais été écrit en France. Alors elle s’est lancée et nous livre un ouvrage passionnant “Enceinte et végétarienne”, rempli d’astuces, de conseils de médecins, d’idées de recettes pour pouvoir vivre sa grossesse en mode végétarien.

Hélène nous parle de son végétarisme, de sa fille, de son livre.

Ca me donnerait presque envie de devenir végétarienne !

SERIALCV

Nom : Defossez

Prénom : Hélène

Age : 33 ans

Situation de famille : Mariée depuis bientôt 3 ans

Métier : Ecrivain

Prénom et âge de ta fille : Johanna, 20 mois. Je suis aussi belle- maman ou « marâtre » (au choix) d’un petit Joshua, 8 ans.

Surnoms que tu lui donnes : C’est elle qui s’est choisi son surnom « Nana », très tôt elle se désignait dans la glace en disant avec un grand sourire : « Nanaaa ! » Je l’ai adopté car je le trouve sympa en fait, et ma copine japonaise m’a dit que c’était un prénom en japonais, c’est aussi le chiffre 7.

Age de la 1ere nuit : NC, je ne veux pas démoraliser les futurs parents !

q

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin : Il y a 15 minutes avant sa sieste

Dernier(s) caprice(s) : Il y a une heure au moment du repas, elle voulait absolument grimper sur les épaules de son papa alors que nous étions à table, ça donne quelque chose comme « Noooon !! Epaules Papaaaaaaaaa ! »

Dernière (s) punition(s) : Je n’en suis pas encore vraiment là…

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère : Ma fille adore se cacher, elle s’enferme dans la chambre par exemple et attend, hilare, que je vienne la trouver. Mais comme elle adore ce jeu, elle est capable de rester VRAIMENT longtemps donc il m’est arrivé honteusement d’en profiter en faisant plein de trucs pendant qu’elle poireaute dans sa cachette. Au bout d’un moment, je m’inquiète, je me dis « non, bah là vraiment faut y aller ». Et bien sur lorsque j’ouvre la porte elle n’a pas bougé de derrière son rideau et est super contente de son coup mais moi j’en ai profité ! Bon sinon, un truc super inavouable, surtout le dis à personne mais Johanna n’est pas à 100% végétarienne car il lui est arrivé d’échapper à ma vigilance pour gouter une délicieuse petite croquette du chien, la loose totale pour moi !

Quelle est selon toi la période la plus difficile dans l’élevage d’enfants ? Pour moi, les débuts sont ce qu’il y a de plus difficile avec un bébé, avoir un petit qui ne peut pas exprimer verbalement ses besoins j’ai trouvé ça très angoissant. Donc, même si chaque étape a ses difficultés, je trouve que ça va globalement de mieux en mieux et je peux dire que j’ai vraiment commencé à kiffer à partir de ses 1 an.

helene2

Tu viens d’écrire un livre « Enceinte et végétarienne », dis nous en plus …L’idée m’est venue lorsque j’étais enceinte et que je cherchais des infos dans les bouquins, je me suis rendue compte qu’il n’y avait aucun livre en français pour donner des conseils spécifiques aux mamans végétariennes ou végétaliennes. Au début, je prenais des petites notes pour moi au fil de mes recherches petit à petit le projet du livre s’est imposé à moi. Je trouve que quand on devient maman on acquiert tout un tas de connaissances sur des sujets auxquels ont avait jamais pensé jusque là, on deviens une sorte « d’experte » et je trouvais dommage de ne pas laisser une trace tout cela. J’ai compris que si je voulais écrire ce livre, c’était pour moi le moment où jamais car j’avais vraiment (j’ai toujours d’ailleurs) la tête dans le guidon. Je l’ai terminé vers le 1 an de ma fille et ensuite j’ai eu la chance de trouver un éditeur qui a très bien su bien porter le projet. L’illustratrice Marie Crayon a apporté sa petite touche et je peux dire que je suis vraiment contente du résultat !

Toi même tu es végétarienne depuis quand ? Je me suis mise à rejeter totalement la viande vers mes 10 ans (c’est ce que je raconte dans mon premier livre) et mes parents ont eu l’intelligence d’accompagner ce choix plutôt que je de me forcer, en m’aidant à manger équilibré. Nous avons fait une sorte de pacte en fait : « ok, tu ne manges pas d’animaux mais tu manges tout le reste », et j’ai signé ! A cette époque être végétarien en France c’était vraiment être un extraterrestre mais mes parents savaient bien ce qu’ils faisaient, ils sont tous les deux médecins et avaient fait leurs thèses sur des sujets en lien avec la nutrition. Déjà à l’époque on commençait à soupçonner la forte consommation de viande dans les pays occidentaux d’être à l’origine de l’augmentation de nombreuses maladies.

Quand tu étais enceinte, ton obstétricien a bien accepté que tu sois végétarienne ? J’étais suivie par une généraliste très pointue en gynéco et pédiatrie qui s’est toujours montrée très ouverte (je l’avais bien choisi) et comme toutes mes analyses étaient toujours nickels, elle ne pouvait vraiment rien dire en fait.

Ta fille est végétarienne ? …Ton chéri ? Bien entendu ma fille est végétarienne comme tout le monde à la maison. Le plus fort c’est quand même mon mari qui a fait un revirement à 180° quand nous nous sommes rencontrés : il est passé de la malbouffe totale à un régime végétarien du jour au lendemain et n’a jamais regardé en arrière. J’aime à raconter qu’il disait avant de me rencontrer n’avoir qu’une seule règle en matière de diététique : « Pas plus d’un McDo par jour », règle qu’il avoue avoir transgressé de nombreuses fois !Mais plus sérieusement, il pensait comme la plupart des gens « c’est bien dommage de devoir tuer les animaux pour manger mais qu’on y peut rien, c’est comme ça, on ne peut pas vivre sans ». Lorsqu’il a découvert que l’on peut vivre et même vivre en meilleure santé sans avoir à tuer d’animaux, ça a été un vrai déclic pour lui.

Quel conseil donnerais- tu à celles, mamans enceintes ou pas, qui veulent devenir végétarienne mais n’osent pas ? Le conseil que je donne toujours c’est de ne pas rester isolée, ne pas hésiter à rejoindre des groupes (sur les réseaux ou dans la vraie vie) d’autres personnes ou parents qui ont fait ce choix pour pouvoir poser toutes les questions qui nous passent par la tête. S’informer au maximum à travers des livres aussi (il y en a des plus en plus sur le sujet !) cela aide à sauter le pas en étant vraiment consciente de ce que l’on fait et en se sentant bien armée pour répondre aux éventuelles questions ou critiques. Quand on devient végétarien, on fait un choix qui n’est pas celui de la norme (en tout cas dans notre société) alors cela demande d’être plus autonome dans la recherche d’information, il faut avoir quelques bases en nutrition, réapprendre à cuisine et manger autrement, apprendre à se méfier des plats tout prêts et des pubs… Cela demande sans doute un certain effort mais au final, je trouve que c’est très positif ce rapport moins passif à la consommation et ça force à être plus créatif.

Allez, donne nous ta recette veg préférée pour ta fille de 2 ans ! C’est difficile car ses goûts sont tellement fluctuants ! Elle passe parfois par des phases monomaniaques où elle ne veut mangerQUE du maïs en boite, des pâtes, des galettes de riz ou des fraises… Mais tous les soirs, je lui fais sa super soupe qu’elle boit avec une paille lavable pour que ça soit plus fun. Je mets plein de bonnes choses dedans comme ça je suis qu’elle ne manque de rien et franchement elle s’en régale. La base est un peu toujours la même : petits oignons revenus dans l’huile de coco, des patates douces pour le côté sucré et crémeux, un légume vert, des algues pour l’iode, des lentilles corails, un peu de lait de coco et je mixe le tout !

Difficile de concilie vie pro et vie privée ? Pour l’instant c’est encore un peu difficile car ma fille est encore très petite mais j’ai bon espoir que ça s’améliore ! C’est sûr que sans l’appui de mon mari, j’aurais eu du mal à terminer l’écriture du livre, il a passé pas mal de temps à la balader dans les parcs pour me laisser du temps libre à la maison. Pour moi, la difficulté vient principalement du fait que ma maison est aussi mon lieu de travail donc il faut être assez organisée pour que ça fonctionne.

Qu’est ce qui te rend le plus fier de ta fille ? Sa gentillesse, le fait qu’elle aille si facilement vers les autres avec un grand sourire, prête à distribuer ses bisous et ses câlins à tous, ça me fait fondre.

Que veux-tu lui transmettre ? Bien sûr les valeurs de non-violence qui sont au cœur du mode de vie végétarien. L’idée que l’on peut vivre et se construire sans que cela se fasse au détriment d’autres créatures, que chaque créature est digne d’attention et de compassion, c’est vraiment une base importante pour moi.

Dernière sortie en famille ? Presque tous les weekend nous faisons une sortie vélo, nous avons acheté une petite remorque pour pouvoir emmener tous le monde et aller piqueniquer au bord de l’eau ou en forêt.

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? Johanna se lève de bonne humeur (pas trop tôt hein), après un petit câlin, réclame son papa qui s’empresse de l’emmener faire un petit tour de la maison, dire bonjour aux animaux. C’est lui qui l’habille et qui l’emmène faire un petit tour comme ça j’ai le temps de me prendre mon petit dej’ tranquille (le luxe !). Je prends le relai et nous faisons une petite ballade en ville car il fait beau et que rien ne nous presse, Johanna prend son petit vélo et s’arrête tous les deux mètres pour saluer les vieilles dames qui passent et me complimentent sur son regard bleu et ses prouesses de langage. Le midi, nous passons prendre un petit repas chez ma copine qui a un foodtruck végan et qui nous a préparé un repas délicieux et on rentre le déguster tranquille à la maison avec mon mari. On se raconte en mangeant notre matinée. Comme Johanna est bien fatiguée de sa ballade à vélo, elle fait une longue sieste, ce qui me laisse le temps de me mettre à mon ordi pour écrire. Vers 16h elle se réveille et selon le temps qu’il fait nous allons soit retrouver les copines au parc, soit bouquiner à la médiathèque et voir quels nouveaux livres ou disques nous pouvons emprunter. Au moment du bain, on se mets de la musique à fond elle danse toute nue devant le miroir de sa chambre, elle est toujours d’une humeur excellente. Le soir, elle s’endort paisiblement (et rapidement !) ce qui nous laisse une longue soirée en amoureux que nous employons à regarder une petite série de la BBC ou à jouer à la console ensemble.

Dernier mot avant le dodo ? Ca va peut être paraître kitsh mais je lui répète tous les soirs qu’elle est la plus belle et la plus forte. Je trouve que la vie de femme est difficile et je connais trop de filles géniales qui ont une image horriblement négative d’elles mêmes ce qui les empêche d’avancer, j’ai toujours trouvé ça triste. Alors, je ne sais pas si c’est une bonne chose, je le fais spontanément, mais répéter tous les jours à ma fille qu’elle est belle et forte c’est une façon de l’aider à construire sa confiance en elle même, c’est essentiel je trouve.

This entry was posted in Serial Interviews. Bookmark the permalink.

Commentez ce post!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>