Novembre et les chocolats

g

 

Je me souviens quand j’étais petite, il y a des millions d’années, mes parents me disaient que novembre c’était un mois qu’on aimerait sauter. Moi, je ne comprenais pas le lien entre un mois et saute mouton.

Aujourd’hui je comprends. Novembre, oui j’aimerais souvent le sauter, passer en décembre, accélérer ce mois en “bre” qui, s’il était un homme, porterait un long manteau gris assorti à ses cheveux.

Novembre c’est le début de l’hiver, la nuit qui arrive à l’heure du gouter, les déco de Noël sans le kiff de Noël, le mois où on fête les morts, la vraie fin de l’été sans l’espoir d’un retour inopiné du soleil chaud, le moment où l’on accueille les premiers rhumes, où la fatigue débarque et où l’on mange des chocolats. Pour oublier.

C’est quand les enfants font leurs listes de cadeaux, c’est quand on commence à demander aux potes “tu fais quoi au réveillon ?”, c’est quand  c’est loiiiiin le mojito au bord de la piscine, c’est quand il va y avoir le premier conseil de classe, c’est quand le compte en banque est plutôt rouge que doré, c’est quand on a tout le temps faim, c’est quand on renonce à notre régime démarré en septembre, c’est quand on rêve d’un bain brulant mais que la chaudière tombe en panne, c’est quand on a bien envie de regarder Love Actually avec une plaquette de chocolat noir dans la main, c’est quand on hésite à s’épiler à nouveau parce que bon hein après tout…, c’est quand on écoute David Bowie puis Michel Sardou parce que faut de tout hein, c’est quand on ouvre la saison des soupes et c’est quand les branches des arbres se dénudent.

Vivement la fête, les lumières, la joie de décembre !

 

 

This entry was posted in Serial Mother. Bookmark the permalink.

Commentez ce post!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>