L’interview de la serialmother : Betty, maman de trois enfants

betty2

A l’occasion de la journée Internationale des maladies rares (ce 28 février), j’ai choisi d’interviewer Betty, une maman qui suit ce blog et dont une des filles est atteinte du syndrome Phelan McDermid.

Qu’est ce que cette maladie ? Comment vit-on avec ? Comment se débrouille t-on quand on est maman solo pour gérer le quotidien et la maladie en plus ?

Betty nous dit tout de sa vie avec beaucoup d’amour.

SERIALCV

Nom :Sepré

Prénom : Betty

Age : 39 ans

Métier : AVS auprès des personnes âgées et handicapées

Enfants : Camille de son surnom Cam 15 ans, Kilian de son surnom kiki (le pauvre) 13 ans et Karla de son surnom nénette ou karlinounette, 9 ans.

bettty4

SERIALQUESTIONS

Karla est atteinte d’une maladie rare, laquelle ? Karla est atteinte du syndrome Phelan McDermid. Elle a été diagnostiquée à l âge de 4 ans passés. Elle était souvent malade à la petite enfance, hospitalisée de nombreuses fois pour assistance respiratoire associés à des troubles du sommeil. Elle a marché à 25 mois. La recherche génétique a été effectuée pour retard global du développement et troubles autistiques atypiques.

Comment se manifeste cette maladie ?

Ce syndrome microdélétionnel associe:

– Une hypotonie néonatale

– Un retard de développement généralisé

– Une absence ou retard sévère de langage

Il y a aussi comme manifestation, des troubles du spectre autistique,des régressions et perte d’acquis à l âge ado et adulte et de nombreux problèmes médicaux.

Ce sont des enfants qui ont une grande tolérance à la douleur et n’ont pas conscience du danger d’où l importance de la présence humaine non stop dans les gestes du quotidien.

Qu’en est –il de Karla ?

Karla a un retard sévère de langage, une bicuspidie aortique, une anteversion des cols fémoraux, une malocclusion dentaire

Elle va en ime depuis 3 ans avec scolarisation en milieu ordinaire deux fois par semaine. Elle a gagné en autonomie,progresse bien, s’exprime par le biais de gestes avec la méthode makaton dont j’ai suivi la formation.

Chaque enfant étant différent, chacun réagira à sa façon aux différentes méthodes et celle la convient à Karla.

Elle est aussi beaucoup stimulée par sa fratrie et par le jeu.

Comment réagissent son frère et sa sœur ?

Ce n est pas toujours évident pour les ados qui ont besoin de leur intimité et avec Karla, cela est compliqué. Elle demande beaucoup d attention. On essaye de s accorder des moments sans elle mais cela reste trop rare.

Mes ados ont grandi trop vite avec ce quotidien qu’il leur a fallu surmonter.

Toi comment tu te débrouilles ?

Je travaille en fonction des horaires de Karla à temps partie. Ca nous permet des petits extras car au niveau des aides,on ne peut pas dire que les familles soient aidées à hauteur des frais réels et du temps passé en tant qu’aidant familial, Je gère aussi tous les rdv médicaux et les dossiers administratifs tels mdph qui ne nous facilite pas la tâche…la durée des traitements de dossier a aussi tendance à te mettre les nerfs à vifs ! Parfois jusqu’à 6 mois avant d’obtenir une décision qui peut être ne correspondra pas aux attentes ou handicap…Dans ce cas tu pars sur des batailles qui usent mais tu te bats pour ton enfant !

betty1

Quid de ta vie de femme ?

Ma vie de femme existe oui ! Je suis bien entourée, j’ai de bons amis. Je peux donc m’évader, souffler un peu. J’ai un chéri, on ne vit pas ensemble. Il est super avec les enfants et ce mode de vie convient à tous. J’ aime aussi faire des photos,karla est un modèle plutôt sympa !

Comment gères-tu tout ça ?

Depuis l’annonce du handicap et déjà avant car maman solo peu de temps après la naissance de karla, j’ai appris à être patiente, à ne jamais baisser les bras, à rester positive malgré les embûches. Je suis quelqu’un de très ouverte d’esprit, élevée par deux papas, respectueuse, à l’écoute et ce sont des valeurs que j essaye de transmettre à mes enfants : respect, écoute, entraide, générosité.

Je suis fière d eux car ils auraient pu dévier. Ce sont de bons gamins qui assurent !

Ils ont une sacrée force de caractère ! Parfois on craque des mais c’est pour mieux repartir.

Comment vois-tu l’avenir ?

J’espère être debout encore très longtemps pour pouvoir les accompagner dans leur vie d adultes. Je serai une grand mère un peu chiante je pense ! Trop gaga.

Pour Karla j’ai cette inquiétude du qui s’en occupera quand je ne serai plus là. Il faut prévoir cet avenir sans savoir à quoi il ressemblera. On vit au jour le jour ici mais je pense forcément à ces choses là.

J’espère qu’elle sera heureuse épanouie comme elle l’est aujourd’hui et que la France aura rattrapé son retard en matière de prise en charge et d accompagnement au quotidien des aidants.

Vous avez la positive attitude !

Oui, nous sommes tous les 4 assez positifs. On a de bons moments de délires, de fou rires, surtout quand je danse avec eux…je dois vraiment mal danser 😉 Mes grands ont pas mal d’humour et Karla est un petit clown…Ca permet aussi d’avancer positivement.

Dernier mot avec le dodo ?

J’ ai envie de leur dire que je les aime et que je serai toujours présente pour eux. Ils sont ma vie.betty3

 

Posted in Serial Mother | Leave a comment

L’interview de la serialbelle-mère : Fiona Schmidt, journaliste

fiona1

 

Etre mère c’est cool mais être belle-mère au fait c’est comment ?

Grandir et faire grandir des enfants qui sont ceux d’un amoureux, d’un amant, d’un mari, c’est être une maman bis ou juste une bonne copine ?

Fiona Schmidt, journaliste et blogueuse mode la plus DROLE du MONDE (je le pense vraiment), s’est retrouvée belle-mère de trois jeunes filles en rencontrant le père de celles-ci.

Elle nous dit tout de sa vie de belle-mère avec humour mais aussi beaucoup d’amour !

SERIALCV

Nom Schmidt

Prénom Fiona

Age 35 ans

Situation de famille ? En couple, pas mariée, mais j’y travaille.

Métier ? Journaliste

Prénom et âge de tes belles filles? Salomé, 26 ans, Hannah, 21 ans, Milla, 13 ans.

Surnoms que tu leur donnes? Je ne leur donne pas de surnoms, cette famille n’est pas du tout surnoms, ce qui me frustre beaucoup d’ailleurs. Donc j’appelle les deux grandes par leur prénom. Il n’y a qu’à la benjamine que je donne des petits noms d’amour, comme « Millanouche », « ma chérie » ou « ma croquette », ça dépend de mon inspiration.

Surnom qu’elles te donnent ? « Belle-doche », « marâtre » (j’ai même un bol breton estampillé, qu’Hannah m’a offert pour mon anniversaire), et Milla m’appelle « Fino », je ne sais pas très bien pourquoi mais n’ai jamais creusé la question.

SERIALQUESTIONS

Tu es devenue belle-mère à quel âge ? Elles avaient quel âge elles ? J’avais pas tout à fait 30 ans… Et elles avaient respectivement 21 ans, 15 et 7 ans. Le Koh Lanta de la famille recomposée, quoi.

Etre belle-mère, en 3 mots c’est comment ? Je peux donner trois mots d’ordre, plutôt que trois adjectifs ? « Diplomatie », « Patience », « Empathie ».

Comment tu as fait pour trouver ta place ? Et l’as tu trouvée ? Yep, je l’ai trouvée, depuis un moment déjà. Ca a été très facile avec la petite dernière, qui m’a adoptée tout de suite, et avec l’aînée, qui ne vivait plus à la maison et était hyper indépendante, mais ça a été nettement plus compliqué avec Hannah. Elle était ado quand j’ai rencontré son père, et avec elle le courant ne passait pas DU TOUT. Ni dans un sens ni dans l’autre. On a mis du temps à s’apprivoiser mutuellement, mais depuis deux ans, on s’entend à merveille, son père est même jaloux de notre relation ! Pour répondre à la question : je n’ai rien fait de spécial, je suis restée moi-même, comme on dit dans Top Chef, droite dans mes bottes, comme on dit chez Juppé : je pense qu’on ne peut pas créer une relation sur des bases artificielles.

fiona2

En tant que belle-mère on a le droit/le devoir de :

  • Punir : Non, trop d’emmerdes avec le daron, et puis c’est pas mon rôle, et puis les deux aînées étaient déjà un peu grandes pour que je les punisse (ou que je les envoie en pension en Suisse, rhaaaaaahahahaha !)
  • Dire ce qu’on pense. Oui. J’ai jamais trop su faire autrement de toute façon, j’ai le cerveau incontinent.
  • Faire des câlins. EVIDEMMENT !!!
  • Etre saoulée par ses beaux-enfants. EVIDEMMENT !!!
  • Etre fière d’elles. EVIDEMMENT !!! Salomé a passé l’examen du barreau de New York, je me sentais plus, j’étais Elle Woods par procuration !
  • Avoir des conversations intimes/girly. Oui. J’en ai toujours eu avec Milla, j’en ai beaucoup depuis deux ans avec Hannah. On parle de tout, sauf de cul – enfin, elle m’en parle, mais moi non, rapport que je couche avec son père, qui à ses yeux est toujours vierge…

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de belle-mère ? J’achète leurs culottes à mes trois belles-filles, qui ont des dessous à glacer le sang. Je devrais m’en foutre, puisque c’est pas moi qui les lave (sauf ceux de Milla une semaine sur deux), et surtout, c’est pas moi qui les porte, mais l’idée même de bruncher avec elles et leurs sales culottes délavées aux élastiques détendus me coupe l’appétit. J’achète les soutifs de Milla aussi, qui a plus de poitrine que moi depuis ses 11 ans (là aussi, j’ai des seins par procuration)

Tu as déjà entendu dire « laisse moi, t’es pas ma mère » ? Non, jamais. Mais je me mêle aussi peu que possible de ce qui ne regarde que leurs parents.

Tu es journaliste et blogueuse (https://www.fiona-schmidt.fr/) à l’humour décapant. Comment expliques tu ton job à tes belles filles ? Elles n’ont toujours pas compris ce que je faisais dans la vie. L’autre jour, Milla m’a demandé : « Mais c’est quoi, en fait, ton métier ? » J’ai répondu « Youtubeuse, mais pour les vieux » pour qu’elle me lâche.

fiona3

Pour leur père, ton homme, ça a été facile de te présenter, de « t’ imposer » ? Oui, plutôt. Il a une relation très cool avec son ex, ça a sans doute aidé.

Des enfants, toi tu en veux ? Non. Je n’en ai jamais voulu, je n’ai toujours pas changé d’avis, il ne doit pas y avoir de pile dans mon horloge biologique.

Tu dirais que c’est facile ou pas d’être belle-mère ? Ca doit dépendre des beaux-enfants. J’ai beaucoup de chance d’avoir trois belles-filles vraiment cools, respectueuses de notre relation de couple à leur père et moi. Et leur mère a toujours été super avec moi. On s’entend très bien, on se voit assez souvent, elle m’appelle même pour qu’on fasse les gâteaux d’anniversaire de la petite dernière ensemble, chez elle !

Qu’est ce qui te rend le plus fier d’elles ? Elles sont très ouvertes d’esprit, très tournées vers les autres, ce qui est fondamental pour moi. Et puis c’est les plus belles, les plus intelligentes et les plus drôles, bien sûr.

Que veux tu leur transmettre ? J’adorerais qu’elles soient un peu plus badasses, comme leur belle-doche. Et féministes : elles ne le sont pas toujours assez, à mon sens.

Votre journée idéale en famille ?

Quand elles sont chez leur mère?!!AHAHAHAHAHAHAHAHAHA, je plaisante, bien sûr. On adore bruncher dans un nouvel endroit (on adore la bouffe tous les cinq), avant d’aller voir une comédie au cinéma tous ensemble. La dernière, c’était alibi.com.

Un mot que tu leur glisses avant le dodo ? Je pensais qu’elle finirait par me jeter des cailloux, mais Milla me demande toujours un câlin avant de dormir, comme lorsqu’elle avait sept ans. Depuis six ans, c’est notre rituel du soir : je lui papouille les cheveux en lui racontant les bêtises que je faisais quand j’avais son âge. Comme j’étais une vraie peste, j’ai de quoi lui faire des câlins jusqu’à ses cinquante ans.

 

 

 

 

Posted in Serial Mother | Leave a comment

La mémoire qui flanche

q

 

Cette fois j’en suis sûre, je suis vieille. Enfin pas le genre à avoir une canne et des fausses dents mais le genre qui n’a plus 17 ans non plus.

J’avais déjà des soupçons de mon vieillissement quand je livrais  l’année de ma venue au monde à mes gamins.  1979.

1979.1979.1979.

Pour eux 1979 c’est comme quand ma mère me dit qu’elle est née un peu avant 1950 (désolée de trahir ici ton âge maman). Un peu comme quand ma grand-mère me disait qu’elle n’avait pas connu le télévision.

Pour mes enfants je suis née au siècle d’avant, il ya cent ans donc, il y a mille ans donc. Il y a une éternité.

De ça je m’accommode : on croit toujours que nos parents ont claqué la bise à 2, 3 diplodocus.

Mais je m’accommode moins de me rendre compte que je vieillis. Que je n’arrive plus à retenir le poème niveau CM1 de ma fille qui contient 18 lignes. Que je ne sais plus si bien que ça mes tables de multiplication, que je ne retiens pas depuis 3 mois le nouveau code de l’immeuble,  que je ne sais plus aucun mot de passe de mes comptes gmail, Twitter, Facebook ou Insta, que je sais à peine lequel de mes enfants est né le 13 juillet et lequel est né le 14, que je ne sais jamais où sont rangées mes clés, que je ne retiens plus les titres des livres que je lis, que je ne sais plus bien si l’été dernier on était en Corse ou si c’était celui d’avant, que je parfois je donne le prénom du chien à mes gamins, que j’hésite lorsqu’on me demande en quelle classe ils sont, que je ne sais plus si ça fait 19 ou 20 ans que je suis avec mon homme, que je crois dur comme fer avoir eu ma 3ème étoile alors que c’est faux, que je finis par m’inventer des souvenirs, que je raconte avoir vu ce film alors que vraisemblablement je ne l’ai pas vu, que je me demande si ma mamie est morte en 1997 ou 1999, que je ne sais plus lequel de mes enfants a marché à 14 mois et lequel a marché à 16 mois, que j’oublie une semaine sur deux l’horaire du cours de danse de ma fille, que je ne sais pas trop si je suis dans le 7ème ou le 8ème mois de grossesse et que parfois mon visage revêt des airs nostalgique en écoutant Barbara.

Voilà, j’ai la mémoire qui flanche. Je suppose comme vous, non ?

NON?????

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Rire comme eux

q

 

“BATAILLE DE CHATOUILLES” a lancé le grand.

Sa soeur l’a rejoint la première sautant partout, hilare.

Leur petit frère les a suivis sur le lit parental avec l’objectif  de gagner cette guerre du rire.

Derrière la porte j’observais mes trois enfants se flanquer des coups d’hilarité, se provoquer à coup de chatouilles, s’étouffer dans leurs amusements, s’armer d’oreillers, sauter sur le matelas comme sur un trampoline, former des clans et surtout rire. Rire, rire à en perdre la tête, à en perdre haleine, à ne plus réussir à parler. Rire avec profondeur, insouciance et véritable joie.

“ON DIRAIT QUE JE SUIS LE PIRATE” a hurlé le petit.

“AH NON JE SUIS LE CAPITAINE JACK ! ” a renchéri le grand.

“MOI QUOI QU’IL ARRIVE JE SUIS LA PRINCESSE” a chuchoté leur soeur.

Derrière la porte, je souriais.

Le rire des mômes y’a que ça de vrai.

 

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Vive la sieste !

q

Sieste, définition : Sommeil pris après le déjeuner, le repas du midi. La sieste est une habitude dans les pays chauds ou pour les enfants.

Je ne suis ni une enfant et je n’habite pas dans un pays chaud mais depuis que je devenue mère , je suis devenue adepte de la sieste. Avant de devenir mère, dans une zone de temps allant de mes 3 ans à mes 26 ans, je crachais sur le concept de la sieste. Je disais que c’était une perte de temps, que la vie passait trop vite, que j’avais mieux à faire, que je n’avais pas 345 ans, que le sommeil c’était la chasse gardée de la nuit, que faire une pause en pleine journée pour DORMIR était une hérésie.

Mais voilà…je suis devenue mère, j’ai eu 345 ans, j’ai démarré mes journées à 6H00 et je suis devenue militante pro siestes.

Au départ on m’a dit “dors en même temps que le bébé, tu vas te requinquer ainsi”. Moi je trouvais que pendant que bébé dormait j’avais mieux à faire que de dormir. Je devais ranger, repasser, lire, faire à manger.

J’ai tenu 6 mois. Puis, j’ai gouté à la sieste. Endormir bébé. M’allonger dans mon lit vers 13H30 les week-end (oui parce que dans un open space c’est plus complexe). Enfiler un jogging. Fermer les volets. Mettre un oreiller sous ma tête (l’oreiller qui sent bon MON odeur, mon préféré que je garde depuis 67 ans), baisser mes paupières, ne penser à rien. Dormir.

Une heure, deux heures.

Me réveiller joyeuse, requinquée, avoir de la force pour aller me promener avec bébé et encore dormir le soir.

Oui sauf que …avec un enfant c’est possible mais quand il y en a eu 2, il a fallu caler tout le monde. Oui sauf que les 2 kids ne voulaient JAMAIS dormir en même temps. Arghhhhh. Au vent ma sieste !

Dans quelques mois j’aurai 4 enfants donc autant vous dire que le sieste va devenir difficile à caser. Mais j’y crois. J’y CROIS.

Vive la sieste, vive le sommeil, vive les rêves !

 

 

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Les colonies de vacances

qEnfant j’ai eu la chance d’aller en colonie de vacances. Une parenthèse enchantée  à vivre ma vie, à gouter à l’indépendance, à apprendre la débrouillardise, à vivre sans mes parents, à faire la folle, à me coucher tard, à flirter, à construire des amitiés durables, à faire des bizutages la nuit, à écrire “papa, maman, tout va bien, si seulement ça pouvait durer encore”, à pleurer au retour seule dans ma chambre, à avoir le cafard d’être sans mes potes de chambrée, à compter les jours avant la prochaine colo.

Mes enfants, depuis leur plus jeune âge je les conditionne à vouloir y aller. Serialfather aussi a gouté à la colo alors c’est à 2 que nous avons fait le boulot de leur donner l’envie d’avoir envie.

Vers 6/7 ans ils y sont allés. Depuis ils ne jurent que par ça.

Les 2 grands sont au ski en colo depuis 3 jours.

A eux les pistes, les copains, les chansons, la fête, la folie.

A eux le bonheur d’exister sans nous.

A nous le bonheur le bonheur de les voir exister sans nous, de les voir s’épanouir en tant qu’individus à part entière.

Après une semaine de colo, ils auront encore une semaine de vacances avec nous.

Alors à ceux qui pensent que nous sommes des parents indignes qui essayont de nous “débarrasser” de nos enfants, je ne peux que répondre que les colonies de vacances sont au contraire, sans doute le plus beau cadeau à leur offrir. Ils en reviennent grands, forts avec des étoiles plein les yeux.

 

Posted in Serial Mother | Leave a comment

LA FRANCE AUX PARENTS : je me présente aux élections présidentielles !

EN 2012 j’avais déjà candidaté mais bon vous avez préféré François.

Alors comme tout animal politique français qui se respecte, je ne baisse pas les bras, je ne renonce pas, et je me représente en 2017.

Il était temps que je fasse mon annonce. C’est LE moment car je sens bien que plus personne ne sait pour qui voter ces derniers temps.

Parce que ça ne pouvait plus continuer, parce que les autres candidats ne proposent rien de concret et parce que le débat est mou, il fallait une nouvelle candidature. C’est pour toi cher camarade parent, que je me lance dans la bataille électorale.

Alors rejoins le mouvement alter-serialmotheriste :  La France AUX PARENTS

Tremblez François, Emmanuel et autres candidats !

Pourquoi : Avec une France de plus en plus peuplée par des bébés et des enfants pas toujours sages, les parents de l’Hexagone ont envie de changement et de vraies propositions. C’est au nom des tous les parents français que je me porte candidate au poste de présidente : pour une France débarrassée de pleurnichards et de réveils trop matinaux !

Ce que je propose en 10 points :

I / SOMMEIL : La France appartient à ceux qui se lèvent tôt. Mais pas trop. Un réveil fixé à 9h du matin pour chaque enfant de France devra être respecte. Tout dissident se verra contraint de manger uniquement des épinards jusqu’à sa majorité.

II/ IMMIGRATION : Les enfants du monde entier sont les bienvenus en France à la condition qu’ils sachent chanter la Marseillaise en verlan, qu’ils aient lu Dolto dans le texte et qu’ils connaissent par cœur  le livre ” Comment élever son enfant” de Laurence Pernoud. Chaque bébé  qui passera le test  haut la tétine, sera récompensé par un bonbon et un permis de séjour.

III/ SECURITE : Face à la montée évidente des gangs de couche culotte, je propose un couvre feu à 19h pour les enfants âgés de 0 a 12 ans ainsi que l’interdiction formelle de l’utilisation de la tétine en milieu urbain.

IV/  EMPLOI : Pour un départ à la retraite à 45 ans des parents. Les bébés et autres enfants oisifs qui ne servent à rien à part à faire des câlins et à manger des pommes de terres sous toutes les formes DOIVENT créer de la richesse et devront des l’âge de 2 ans travailler et payer ainsi la retraite de leurs parents fatigués. Travailler plus tôt pour gagner plus !

V/ EDUCATION : Chaque  nouveau né se verra parrainé par un enfant  dont l’âge se situe entre 9 et 12 ans. Ce parrain aura l’entière responsabilité (en dehors de ses heures de travail évidemment ) de l’éducation de son filleul.

VI/ NOURRITURE : Les rituels de biberonnage, d’abattage de kiri et de fabrication de purée ainsi que la cadence de dégustation de bonbons seront soumis au C.C.P.K.B (Comité Central des Parents Kiffeurs de Bouffe) qui se réunira une fois par mois lors d’une réunion à l’Elysée.

VII/ MAJORITE : Est considéré comme enfant toute personne de moins de 12 ans. Tout enfant qui ferait preuve de sommeil et de bonnes notes, pourrait sur dérogation particulière et après un test d’aptitude à la conversation d’adulte, obtenir une majorité accélérée.

VIII/ DROIT DE GRÉVE : Aucune grève, rébellion ou quelconque forme de soulèvement ne sera tolérée. Tout enfant aurait des velléités de grand Schtroumph se verrait interdit de séjour à DisneyLand Paris pour une durée de 10 ans avec sursis assortie d’une peine incompressible de 6 ans.

IX/ REDEVANCE TELE : Étant donne le temps passe par les enfants devant un poste de télévision, une avance sur argent de poche sera prélevée chaque mois par les parents a leurs enfants. Tout fraudeur (enfant qui regarde la télé sur Internet, enfant qui cacherait un poste sous a couette Dora…) encourrait des graves sanctions pénales.

X/ Tout enfant qui serait fan de Dora, Hello Kitty ou Ben 10 se verrait déchu de sa nationalité française.

Si tu veux rejoindre le mouvement, rends toi sur le site LA France AUX PARENTS ! Et surtout propage ma candidature et mes affiches de campagne autour de toi, sur Facebook, Twitter et à la sortie de l’école. (mais méfie toi l’enfant est malin : ne te fais pas prendre)

Agissons vite avant que les enfants de France ne prennent le pouvoir ! Il n’est pas trop tard !

 

PS: je n’ai aucune casserole (sauf en cuisine), je n’ai JAMAIS employé mes enfants comme assistant parlementaire, je n’ai JAMAIS eu de double vie.

 

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Redécouvrir le plaisir de dire NON avec ses enfants

q

Il y a cet âge vers 2 ans où l’enfant dit non.

– Tu veux aller au parc ?

NON.

– Tu veux du yaourt ?

NON

– Tu veux bien te laver les dents ?

NON.

Quand on est parent, on se dit qu’il nous teste, qu’il s’oppose à nous mais aussi qu’il a affirme son caractère et ses choix. Faut bien dire ce qui est : l’âge du NON continue de creuser son sillon car l’enfant plus grand aime bien dire NON aussi.

A ma fille de 9 ans :

– Tu mets ton tour de cou ?

NON

– Tu finis tes devoirs ?

NON

– Tu veux faire un gâteau avec moi ?

NON.

A mon fils de 11 ans :

– Tu mets tes gants ?

NON

– Tu vas au lit !

NON.

Bref l’enfant sait dire NON et si ça nous énerve beaucoup, je dois avouer que moi qui ai du mal à dire NON, je trouve ça génial de maitriser l’art du NON.

Evidemment je sais dire NON à mes enfants si un soir avec leur air mignon ils me demandent un écran géant dans leur chambre ou des bonbons à manger au lit avant le dodo. Je sais sire NON si quelqu’un me bouscule ou m’importune. Mais dire NON comme eux, juste parce que NON je n’ai pas envie de mettre une écharpe ou de manger des haricots, de diner avec Tata Josette ou d’aller gouter chez les voisins, j’ai du mal.

Alors voilà, en 2017 j’aurai 2 ans aussi et je testerai cette méthode recommandée par les kids.

On a tant à apprendre d’eux !

 

 

Posted in Serial Mother | Leave a comment

L’interview de la serialmother : Charlotte, auteure & blogueuse spécialisée en pédagogie positive !

x

Quand Charlotte Ducharme est devenue maman, elle a décidé de ne pas reproduire ce que ses parents avaient fait avec elle lorsqu’elle était enfant. Elle ne voulait pas d’une éducation trop stricte, ni de trop de punitions incomprises. Elle voulait dialoguer avec ses enfants, tenter de ne pas s’énerver au moindre caprice et essayer par des méthodes “douces” de faire passer des messages.

Naturellement elle s’est tournée vers la pédagogie positive, en a fait un blog Cool Parents Make Happy Kids (Les parents cool font des enfants heureux) et vient de sortir un livre éponyme la semaine dernière dans lequel elle raconte son expérience, ses secrets mais aussi ses doutes.

Dans ce livre il y a plein d’astuces à choper, des tonnes d’expériences vécues et plein d’ondes positives à prendre !

Mais qui est cette maman cool ?

 

CV

Nom DUCHARME

Prénom CHARLOTTE

Age 33 ans

Situation de famille ? Mariée

Métier ? Auteur, et jusqu’à il y a un mois à peine : Directrice Grands Comptes chez un éditeur de logiciel. Mais c’est fini !

Prénom et âge de vos enfants? Joy, 4,5 ans, Léon 2,5 ans

Age de la 1ère nuit ? 2 mois pour la première 2,5 mois pour le deuxième.

 

SERIALKIDS

Dernier câlin ? Ce matin

Dernier(s) caprice(s)? “Caprice” je préfère le terme “frustration” ou “mécontentement”.  Il y a 3 jours !

Dernière (s) punition(s)? On n’est pas trop ‘punition’ dans la famille, à vrai dire je n’ai jamais puni mes enfants.

Une anecdote (presque) inavouable de votre  vie de mère ? J’étais dans le métro à l’heure de pointe, Joy avait 2,5 ans, nous étions tous serrés les uns contre les autres, quand elle me pointe du doigt un Monsieur d’une cinquantaine d’années, qui ne m’inspirait pas trop confiance, et dit à haute voix : “Maman, est-ce que le monsieur il a un zizi ? “ “C’est un Monsieur ou une Dame ?” “ Un monsieur” “Donc à ton avis ?” “il a un zizi ! (…)” 2 secondes plus tard : “Et le monsieur là bas derrière, est-ce qu’il a un zizi ?” Elle m’a fait une à une toutes les personne du wagon… Cela a fait  l’animation :-)

charlotte1

Vous êtes la fondatrice du blog CoolparentsmakeHappyKids, vous venez d’écrire un live éponyme, vous misez tout sur la pédagogie positive. En quelques mots c’est quoi la pédagogie positive ? La pédagogie positive, c’est de sortir du rapport de force avec notre enfant. Se dire que ce n’est pas en le rabaissant, en le punissant, qu’on l’amènera à donner le meilleur de lui-même, qu’on lui enseignera le respect et la générosité, mais plus en l’encourageant, en le responsabilisant, en faisant équipe avec lui plutôt que contre lui. C’est aussi prendre en compte que l’enfant apprend avant tout par imitation, donc l’objectif est de se comporter avec lui comme nous aimerions qu’il se comporte avec les autres. Si on crie sur lui, on lui apprend à crier sur les autres. Mais ce qui est très important c’est que l’éducation positive n’est pas une éducation sans limite, si c’était le cas, je n’aurais pas eu besoin d’écrire un livre ! L’éducation positive c’est l’art de savoir faire respecter les limites avec bienveillance.

Comment êtes vous venue à ça ? Depuis toujours j’avais de profondes convictions en terme d’éducation. Quand notre ainé a commencé à marcher, cela m’a paru naturel de suivre mon intuition plutôt que  de suivre ce que l’éducation traditionnelle préconisait.

En France vous trouvez qu’on est comment au niveau de la pédagogie positive ? Nous sommes très en retard, surtout par rapport aux pays nordiques. D’ailleurs, notre pays est rappelé à l’ordre régulièrement par la commission européenne pour n’avoir toujours pas interdit les châtiments corporelles sur nos enfants. Notre école est encore très tournée vers la discipline plutôt que le développement de soi et l’épanouissement de nos enfants, mais aussi dans notre sphère privée nous sommes encore très accès sur une éducation traditionnelle.

Que trouve t-on dans votre livre ? On retrouve ‘la vraie vie’, notre quotidien avec les enfants, leurs colères, leur refus, leurs peurs, leurs pleurs, etc. Et on se pose pour prendre du recul par rapport à tout cela et réfléchir à de meilleurs façon de réagir. L’objectif est que le lecteur en refermant ce livre, déculpabilise et reparte plein d’ondes positives et de bonnes astuces pour qu’il y ait plus de joie et moins de conflits dans son quotidien.

Si vous ne deviez donner qu’une astuce pour être zen et positif ? Question difficile, on en a besoin de tellement pour gérer nos enfants :-) ! Allez une : la prochaine fois que votre enfant vous demandera quelque chose que vous ne pouvez pas lui donner, au lieu de lui dire un non sec et catégorique “Non, je ne l’achèterai pas”, optez pour rêver avec lui de ce qu’il veut tout est restant claire sur le fait qu’il ne peut pas l’avoir tout de suite “Moi aussi je la trouve trop belle cette maison de poupée, t’imagine si nous pouvions avoir chez nous une grande pièce avec la maison de poupée, la voiture, le château, ce serait tellement bien !” Il se sentira écouté, compris, et cela l’aidera grandement à surmonter sa frustration.

Je me fais l’avocat du diable : la pédagogie positive ça revient pas un peu à faire des enfants rois ? C’est une question importante car beaucoup le pense. Pas simple de répondre en quelque mots. L’éducation positive ne prône pas le laxisme, mais l’art de poser des limites avec tact et bienveillance, en respectant l’enfant comme nous respecterions un ami, sans pour autant tout accepter. Quant aux « enfants rois », sont souvent les enfants de parents qui “ont baissés les bras”, qui n’ont plus la force de gérer et donc lâche prise sur tout. Ce n’est pas de l’éducation positive.

Pour moi, j’en parle d’ailleurs beaucoup dans le livre, si on veut arriver à se comporter ‘positivement’ avec nos enfants, il est essentiel d’être bien soi-même. Et pour être bien soi-même, il faut considérer son bien-être “à égalité” avec celui de son enfant, et non faire toujours passer le bien être de l’enfant avant le sien. Il est important que l’enfant ne pense pas que son bien être est plus important que celui des autres.

Etre parent ce n’est pas se sacrifier pour ses enfants, mais apprendre à composer avec les besoin de chacun.

Qu’est ce qui vous rend le plus fier de vos enfants ? Leur joie de vivre indéniablement.

Que voulez-vous leur transmettre ? La joie de vivre, savoir profiter du moment présent, l’altruisme, la confiance en soi et les aider à trouver les domaines dans lesquels ils s’épanouiront.

Votre journée idéale en famille ? J’adore le soir quand tout le monde est à la maison pas trop tard, ou le samedi matin, quand on est tous dans le salon, on écoute de la musique, on danse, on rigole.

Dernier mot avant le dodo ? C’est souvent un être un vrai intense câlin, accompagné ou non d’un “je t’aime”…

Posted in Serial Mother | Leave a comment

Mon 5 à 7

q
Oui moi aussi j’ai le droit à mon 5 à7. Y’a pas de raison.

Mais au fait un “5 à 7″ c’est quoi ? Internet me dit que c’est un créneau horaire au cours duquel se retrouvent les couples illégitimes pour faire ce qu’ils ont à faire (du tricot).

Pire, Internet m’indique qu’il y a même un site nommé 5 à 7, un site de rencontres quoi (je ne veux pas être celle par qui le scandale arrive, donc je ne vous file pas le lien , vous êtes grands, vous trouverez).

Au départ j’avais mal tapé dans Google, j’avais mis 7 à 7, je suis tombée sur la page Wikipédia de l’émission 7 sur 7 présentée par Anne Sinclair. Si tu as moins de 25 ans , tu peux pas connaitre et c’est bien dommage car c’était un chouette rendez-vous politique le dimanche soir. (non, je n’ai pas eu d’enfance).

b

Donc j’ai vite compris que je n’étais ni Anne Sinclair, ni une femme qui a le temps de faire l’amour entre 17h et 19H.

Mince alors, allais-je passer à côté de mon 5 à 7 ?

Que nenni me souffla mon chien (mon chien est un chic type qui regorge d’esprit). “Tu as ton 5 à 7, tu sais ce moment où tu as 123 vies avec tes gosses“.

Mais ouiiiiii, quel génie mon chien. je l’ai embrassé sur les deux joues poilues (il se laisse pousser les poils, c’est un hipster). Mais ouiiiiiii j’allais pouvoir MOI aussi utiliser cette expression de 5 à 7 car oui moi aussi j’avais la joie, le kiff suprême d’avoir un 5 à 7 agité.

Mon 5 à 7 : Va chercher les gosses à l’école/apporte le gouter/lave les mains/fais couler le bain/lave les gosses/fais les devoirs/joue au Monopoly/aide les à faire leurs devoirs/sépare les en cas de dispute/promène le chien sous la pluie/enlève les poux/soigne le malade/signe les mots de la maitresse/demande toi comme tracer un losange/rends toi compte que tu as plus de lait/va acheter du lait à 18H30 sous la pluie/répond à ta copine qui t’appelle pile à 18H/prépare le diner/essuie les fesses du dernier qui ne sait pas le faire/mets la table/crie un coup/transpire/cherche partout la tétine…

q

Voilà mon 5 à 7 à moi.

Si vous croyez qu’avec ça j’ai aussi le temps de faire l’amour à cet horaire là, vous avez une haute idée de ce que je suis 😉

 

 

Posted in Serial Mother | Leave a comment