Pleurer

aJe me souviens exactement quand c’est arrivé.

Je regardais mon fils aîné dormir. Il avait 3 mois.  Je  le trouvais beau. Alors je me suis dit “c’est MOI qui l’ai fait” et j’ai pleuré. Juste après avoir gouté une ou deux larmes à la commissure de mes lèvres et trouvé ça vraiment salé, j’ai essuyé mes joues. Je me trouvais conne de pleurer comme ça devant mon bébé.

Quelques temps plus tard j’ai écouté une chanson à la radio. RFM ou Chéri FM je ne sais plus. Si ça se trouve c’était Chante France. Je ne sais plus le titre de la chanson mais je sais que j’ai pleuré. Seule dans ma voiture.

Une autre fois j’ai regardé le Roi Lion et j’ai chialé. Mufasa était mort putain. MORT. Et Simba allait se retrouver orphelin de père. C’en était trop !

Une mélodie, un film, un nuage en forme de coeur, un rayon de soleil, un reportage sur les bébés pandas et hop je pleurais.

De quel mal étais-je saisie ?

Du mal de mer(e).

En devenant maman, j’étais devenue une réserve à larmes. Mes émotions étaient décuplées.

Ensuite il y a eu ma fille, mon autre fils.

Ensuite il y a eu des bonnes nouvelles, des redif de Love Story, des livres jolis, des moments de bonheur. A chaque fois mes larmes coulent.

Cet après-midi je suis allée voir “Demain tout commence” au cinéma et j’ai tellement pleuré que des heures plus tard mes yeux sont encore gonflés et rouges.

Mon fils avec qui j’étais au ciné m’a demandée pourquoi je pleurais tant. C’est pourtant évident non ?

Je suis devenue maman. Je suis devenue sensible. Et j’ai même pas honte de chialer, non.

 

 

 

This entry was posted in Serial Mother. Bookmark the permalink.

Commentez ce post!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>