Marre des conseils des autres en matière d’éducation (ch’tai pas sonné alors laisse moi faire)

Lorsqu’on devient une serialmother ou un serialfather, un sac d’angoisses et de questions est livré avec : « Comment dois-je faire ? Suis-je une bonne mère ? Dois-je laisser pleurer serialkid ? Faut il le punir ? Pour ou contre la fessée ? La Wii à 8 ans, c’est grave ? Dois-je lui dire à un moment que le Père Noël n’existe pas ? »

Et puis avec le temps, les serialparents apprennent à devenir des parents, à composer avec leurs serialkids et à faire au mieux.

Mais là, y’a toujours quelqu’un, (une amie/une mère/une belle mère/une voisine/une commerçante/ une inconnue) pour venir nous dire avec un air offusqué « rhooooo, non mais ça c’est pas bien. Vous allez le frustrer/en faire un délinquant/le rendre fou/vous rendre détestable/lui donner des envies de fugues. Je serais vous, je ferais pas ça, hein. »

Ouais mais t’es pas moi et ch’tai pas sonné. Je te donne mon avis moi sur la façon affreuse dont tu t’habilles, la couleur des tes cheveux et la tête de ton mec ? Non mais !

Rien de pire que ces parasites, soit disant experts en enfants (alors qu’ils n’en ont pas ou que le dernier a poussé son premier cri en 1949), qui se permettent de trouver que c’est pas bien de manger des bonbons/de regarder un dévédé un peu tard le samedi soir/d’aller voir son nourrisson au moindre bruit/de partir en week end sans ses enfants/ de dire qu’on est à bout.

Les pauvres serialparents que nous sommes font ce qu’ils peuvent et si j’autorise mes serialkids à regarder Xfactor en mangeant un McDo, bah c’est mon problème !

Cette entrée a été publiée dans Serial Humeurs, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *