Etre ado en 2020



Au premier confinement, c’était l’hiver encore, on a acheté du PQ, des livres, de la bouffe, des couches, de la patience. On a chargé des tonnes d’applications dont on ignorait l’existence (Zoom, Apéro, J’arrête de boire, je vais bien tout va bien, école en ligne), on s’est abonné à des chaines avec des super films, on a fait du pain, on a acheté des poules, on a fait des travaux pratiques, des jeux de société.

On a juré que l’école se ferait comme si on y allait, on a juré qu’ensemble on serait plus fort, on a agité nos mains à 20H, on a twitté, on a zoomé, on a instagrammé et les plus téméraires ont même chargé Tik Tok. On a continué de travailler comme on a pu, on a écouté Macron religieusement souvent le jeudi soir, on a pris soin des nôtres mais de loin avec un téléphone comme unique lien, on a embrassé les écrans pour se claquer la bise, on a suivi Lignac, on a décidé d’apprendre le russe, de faire de la gym, de faire des gâteaux.

Les plus jeunes ont trouvé ça pas si mal d’avoir leurs parents pour eux (enfin ceux qui ne travaillaient pas), les ados ne râlaient pas trop encore et trouvaient même leurs parents « intéressants » entre deux conversations whatsapp avec le reste du monde.

Au bout d’un mois, avouons le, on a commencé à compter les jours, à vouloir voir et serrer les gens en vrai dans nos bras, à vouloir boire des bières en terrasse, aller au ciné, bosser, faire du shopping, aller chercher les kids à l’école, à vouloir compter les roses plutôt que les morts.

C’était le printemps, la saison des boums, des soirées, des premiers flirts, des Dreams are my reality.

On a encore attendu et nos ados ont commencé à trouver que bon ok ils sont sympas les darons mais faut pas abuser.

Il y a eu l’été, les restrictions, les masques, les premiers regards sans les sourires.

Les ados ont attendu la rentrée avec joie. Ils pensaient faire la fête, rattraper le temps perdu. On est pas sérieux quand on a 15 ans. On veut essayer, tester, gouter, flirter, sortir, danser, défier ses parents, s’imaginer l’adulte qu’on ferait.

Puis les masques, le gel, les restrictions de nouveau. Seule raison de sortir c’est pour aller à l’école. Plus personne n’a même envie envie de faire l’école buissonière ! Aller à l’école quand on a 15 ans est devenu le meilleur spot.

Il faut grandir avec tes vieux mon ado. Il faut mettre ton masque. N’oublie pas d’être prudent. Regarder si le bonhomme est vert mais aussi rentrer vite à la maison où du gel pour tes mains t’attend ! Il va falloir décaler tes envies de jeunesse à plus tard. Faire avec. Faire avec.

Bien sûr il y a ce virus, ces morts affreuses et je trouve nos ados, nos jeunes en général très respectueux de cela finalement.

Ca ira mieux après va. Ca ira mieux.

Vive nos jeunes !

Cette entrée a été publiée dans Serial Humeurs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *