La course aux followeurs

Spoiler : ceci est un post réac de vielle de presque 40 ans qui n’est ni Kim Kardashian ni Chiara Ferragni.(si tu sais pas qui c’est va sur Gouguele).

Mon fils et ma fille de presque 14 et 12 ans, qui sont des enfants formidables tout ça tout ça ne sont pas sur les réseaux sociaux (Résiste, prouve que tu existes) et ma fille n’a pas encore de téléphone en dehors de celui de la maison qui ressemble, je cite à « un téléphone des années 80, la loose maman/papa ».

N’empêche. N’empêche ils vivent dans le monde moderne ou Tik Tok, Insta et Snap sont devenus des mots du langage quotidien comme sel, poivre et beurre. (je pense d’ailleurs qu’ils prononcent plus Insta que sel).

Quoi qu’il en soit ils y seront bientôt parce que bon que veux tu faut vivre avec son temps et que leur propre mère étant pas mal dessus, c’est pas interdit pour la vie.

N’empêche, en dehors du fait que le soir le portable de mon fils est déposé dans la cuisine vers 20H et qu’ils reçoit des messages des potes parfois jusque 2H du matin (pour de vrai, que se disent ils à cette heure là où personnellement je dors), je constate auprès de mes enfants et de leurs copains que de leurs jours être « quelqu’un » c’est avoir des followers. Plus t’as de followers, plus tu es intéressant (soit disant). « Je pense donc je suis » est devenu » je suis suivi donc je suis » (tu suis ?;;)).

Il a combien de followers, elle a combien de followers, combien de fans, combien de like. C’est cool d’être suivie sur les réseaux sociaux pour, la plupart du temps, exposer sa vie très privée ? Le follower est devenu un gage de sérieux, de gloire, de fiabilité aux yeux des jeunes générations (et mêmes des vieilles). Le truc c’est non seulement d’être sur les réseaux (et j’y suis aussi) mais de montrer le plus de sa « merveilleuse » vie pour obtenir des followers.

Et nos enfants plutôt que d’applaudir les qualités, les performances, applaudissent le follower.

Ouais je suis réac mais j’essaie de leur dire dans la vraie vie, l’important c’est pas d’être suivie dans la rue mais d’être écouté, d’avoir des vrais bons amis et des relations saines et équilibrées.

Tu me suis ?  (humour tout ça)

Cette entrée a été publiée dans Serial Mother. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Comments Closed

Les commentaires sont fermés.