Le concert de Violetta

Version 1 : Ce matin alors que le soleil se reflétait sur ma peau encore hâlée et sur mon corps musclé (surtout au niveau des fesses), après avoir bu un jus detox kiwi-grenade-citron, j’ai ouvert le Monde livré le matin même par mon chien savant et j’ai lu en première page que Violetta, cette intellectuelle dont la renommée n’est plus à faire, donnait un récital façon « musique de chambre » dans une petite salle parisienne l’après-midi même. Aussitôt, après avoir pris soin de lire mon horoscope lunaire (je suis contre l’horoscope solaire, c’est « so 2014 »), je décidai d’appeler mon concierge privé afin de lui demander si il pouvait me trouver au pied levé trois places pour ledit récital. Oscar (c’est son prénom) me répondit dans un anglais parfait que les challenges l’amusaient et m’envoya les trois billets par pigeon voyageur à peine 4 minutes plus tard. J’annonçai immédiatement la nouvelle à ma fille (qui est toujours auprès de moi puisque c’est moi qui lui fait école à la maison-dans le salon- depuis sa naissance « at home ».). Elle resta très digne « oh maman, j’aime tant Mozart et Beethoven mais pour vous faire plaisir maman, je vous accompagnerai au concert de Violetta » (elle me vouvoie, c’est la base). Nous partîmes donc en calèche vers cette charmante salle remplie de clins d’oeil à Le Caravage. Quelle joie de n’être que 16 ! Quel calme ! Violetta fit son entrée avec quelques camarades. Après quelques menuets et une danse de chambre avec son ami Leon, elle nous fit le plaisir de prendre le thé avec nous afin de connaitre mieux notre point de vue sur le Sénat. La conversation se termina par une embrassade chaleureuse et c’est dans un calme absolu que nous quittâmes la douillette petite salle. Ce fut une agréable après-midi authentique. Ce soir je suis zen et je pense d’ailleurs entamer une séance de yoga avec mon chien pour « ressouder » les liens qui nous unissent lui et moi depuis 12 ans.

vio

 

Version 2 : Il y a 6 mois en regardant la télévision, ma fille qui adore Violetta a hurlé de joie (Ahhhhhh Ihhhhhhh Ouhhhhh) en apprenant que la star de tele novellas version jeune, allait donner un concert dans une énorme salle parisienne, le Zénith. « Maman steuplai, steuplai, steuplai, pour mon anniversaire , steuplai, avec ma copine, steuplai… ». 3 clics et un P.E.L en moins plus tard, je lui annonçai que le 16 septembre nous serions de la partie. A mon ton, elle comprit que cela ne m’excitait pas plus que Gérard Depardieu-version actuelle- à poil. Elle se mit à compter les jours avant le concert de Violetta comme d’autres comptent les jours avant le retour du Messie (pas Lionel). Enfin donc, le 16 septembre arriva et c’est sous une pluie battante (parce que malgré le fait que nous soyons encore en été, en vrai de vrai c’est l’hiver) que nous nous dirigeâmes (première fois que j’utilise le verbe Se diriger à ce temps là je crois bien) vers le Zénith avec environ 7000 personnes. Et là je vis : des parents trainant des pieds, des petites filles se mettre à parler espagnol d’un coup d’un seul, des affiches signées « de la main de Violetta » à 22 euros, du brouhaha, de la queue longue-trop longue, des parapluies Violetta, des drapeaux Violetta…Ma fille et sa copine qui avaient préparé une pancarte 2 heures durant, se la virent retirer pour  officiellement « ne pas obstruer la vision des autres »  (mais officieusement pour en acheter une autre toute faite à 25 euros) mais cela n’était pas assez grave pour altérer leur joie. Le spectacle commença et alors que je râlai par SMS avec une copine « je m’ennuie, c’est pourri, c’est du marketing, elle est trop maigre, elle est trop sexy », je fus prise brusquement d’un retournement de situation intérieure (ça m’arrive oui parfois, c’est étrange) en voyant une super chorégraphie et des voix pas dégueu. J’envoyai immédiatement un SMS à ma copine « changement d’avis, c’est génial, je me laisse prendre au jeu, c’est sympa, ça bouge, c’est gai, c’est bien fichu, les filles adorent. »

120 minutes plus tard c’est non sans une (petite) émotion que j’écoutai Violetta et sa troupe faire leurs adieux  » Après 4 ans, c’est la fin d’une aventure mais le début d’une autre. Merci Paris! ».

Ouais j’ai kiffé mon concert de Violetta. Même pas honte.

Ps : la bonne version est celle que tu jugeras être la plus crédible. Un indice : je n’aime pas le kiwi.

PPS : demain soir pour que la balance soit équilibrée, je vais voir Le Roi Lear au théâtre avec Michel Aumont. Faut pas déconner trop non plus.

Cette entrée a été publiée dans Serial Humeurs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *