Le matin

J’aimerais vous dire que mes matins ressemblent à ce dessin, que le lis le journal en buvant un thé au citron bio assorti d’un petit pain sans gluten , le tout préparé par mon mari lorsque, vers midi, nous nous réveillons, nos ventres criant famine.

a

 

Mais je serais une menteuse et comme mes parents m’ont appris à ne pas mentir sans quoi mon nez s’allongerait (soit dit en passant mon nez s’est allongé au fil de ma vie et pourtant je n’ai jamais menti, promis)…

Non le matin, la réalité c’est qu’une fois que le réveil a sonné 4 fois – je le mets à sonner 4 fois en espaçant de 5 minutes la sonnerie- que je lève avec mes cheveux en l’air, mon haleine du matin, mon pyjama en pilou et mes yeux gonflés- je ne file pas boire un thé vert bio comme le font les stars mais je file aux toilettes où je découvre avec horreur qu’un de mes enfants (mais lequel?) n’a pas tiré la chasse d’eau durant la nuit.

Puis, je vais réveiller les enfants, ceux là même qui ont fait leurs nuits vers 2 ans et qui maintenant ont besoin de bruiiiiiit pour se lever les jours d’école.

Je commence doucement par “debout mes amours” mais après 4 “debout mes amours”, je prends ma GROSSE voix et je dit bien fort “DEBOUT . MAINTENANT.”.

C’est l’air hagard qu’ils se lèvent et à ce moment là je crois bien qu’ils ne savent plus qui ils sont, qui je suis et si la Terre est ronde (ceci dit moi je crois qu’elle est plate).

Il y a ma fille qui commence à râler que le jogging c’est pas stylé, mon petit qui se prépare à pleurer car il ne veut pas aller à l’école, mon grand qui au contraire rêve de mettre des joggings tous les jours, mon mari qui se rase, mon chien qui lève une paupière, l’eau qui bout, le toaster qui fait brûler le pain.

Et il y a ces phrases “maman tu as signé mon mot ? “Papa tu as couvert mon livre ?”, “maman qui vient me chercher à la sortie ?”, “maman je veux plus aller à l’école”, “papa moi je trouve que l’école à la maison ce serait mieux”, “non j’aime pas la confiture de fraises, tu le sais très bien”, “je peux avoir du Nutella ?”, “j’ai froid”, “je suis fatigué”, c’est quand les vacances ?”, “non je ne sais pas où est ma chaussure maman”, “j’ai envie de faire caca”…

Là il est 8H04, je ne suis toujours pas habillée. Pas grave, j’enfile moi aussi un jogging (on est la famille jogging), je dis “appelle l’ascenseur” et l’enfant qui fait de l’humour crie ASCENSEUR.

Il est 8H10, j’ai faim, je n’ai pas lu mon journal que mon door man n’a pas déposé devant ma porte.

Un matin, un vrai quoi.

Cette entrée a été publiée dans Serial Mother. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *