Le problème du quignon

Je sais pas toi mais j’avais perdu la mémoire et elle m’est revenue lorsque je suis devenue mère d’enfants (à dents).

En effet, quand j’étais petite (oui parce que malgré le fait que mes enfants croient impossible que j’ai été une enfant un jour, je le fus) je détestais le quignon de pain.

Lorsque ma mère achetait une baguette (tu sais ce truc qui valait 90 centimes en 1987 et qui vaut 1,15 euros aujourd’hui) et qu’elle voulait bien nous en donner sur le chemin menant à la maison, la guerre du quignon était déclarée avec ma soeur.

Elle ne le voulait pas, je ne le voulais pas et comme il ne fallait pas gâcher, ma mère se tapait tous les quignons. Elle a donc avalé 15 ans de quignons. Avec le sourire.

Aujourd’hui le schéma se reproduit avec mes enfants et le quignon a le mauvais rôle. Moi comme j’ai grandi, j’ai appris à avoir pitié de ce bout de pain rejeté. Alors je me sacrifie à mon tour. Avec le sourire.

J’en suis à 1500 quignons en 7 ans et je me demande si un jour un mec devrait pas inventer une baguette à bout carré.

C’est la bouche remplie de quignons que je te salue.

Cette entrée a été publiée dans Serial Humeurs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *