Les chansons pour enfants finissent mal. En général.

Il faut un moment dans sa vie de parent, s’asseoir et se chanter à soi-même les berceuses et autres comptines que l’on chante à ses enfants. Flippant.

Commençons au hasard par le classique "Il était un petit navire" qui n’avait ja-ja-jamais navigué. Ohé, Ohé !  C’est fun pense t-on un navire tout petit qui a super envie de naviguer ? Mais si on pousse la chanson jusqu’au bout on découvre l’horreur de la situation. Les navigateurs à court de nourriture décident de manger un enfant ! Le pauvre gamin se met à flipper lorsque, miracle, des petits poissons envahissent la bateau. Ce sont eux que l’on mangera et pas l’enfant.  Mais le mal est fait : il s’agit bien d’une chanson dans laquelle est évoquée l’idée de dévorer un enfant. MIAM !

Ensuite il ya "Ne pleure Jeannette". Pour la faire courte, c’est l’histoire de Jeannette qui est amoureuse de Pierre. Mais voilà, Pierre est en prison et doit se faire, je cite "pendouiller". Alors Jeannette folle d’amour décide de se faire "pendouiller" avec Pierre. Si la morale de l’amour infini est plutôt présente, on parle bien ici de mort. Donc forcément quand le serialkid  (se) demande ce que "pendouiller" signifie, bah il faut bien lui avouer que, non, cela ne veut pas dire "se marier". Non.

Mais ce n’est pas le pire. Le pire c’est "Sur le pont du Nord". Sur le pont du Nord,un bal y est donné. La petit Adèle demande à sa maman d’y aller. Mais bon sa mère qui est pas très funky lui dit non. Alors Adèle fait le mur et va au bal avec son frère ainé. Et pas de bol, la pont où a lieu le bal, s’écroule. Les cloches de Nantes se mettent à sonner pour annoncer la mort de ces deux enfants désobéisssants et lorsque la mère demande pourquoi les cloches sonnent, on lui apprend que ses enfants sont morts sur ce pont. Drame. La morale de la chanson c’est que lorsqu’on écoute pas sa maman, on risque …la mort ! Tremblez enfants !!!

Pour finir, le must du must c’est "Il était une bergère". Passé la première strophe, les mauvais parents que nous sommes ignorent la suite. On reste sur la bergère qui garde ses moutons. Ron Ron. Petit patapons. Mais la suite de la comptine est…vraiment bizarre.             

Je cite :

Son petit chat la regarde,
Et ron et ron, petit patapon
Son petit chat la regarde,
D’un petit air fripon ! Ron, ron
D’un petit air fripon.

Si tu y mets la patte,
Et ron et ron, petit patapon
Si tu y mets la patte,
Tu auras du bâton ! Ron, ron
Tu auras du bâton.

Il n’y mit pas la patte,
Et ron et ron petit patapon
Il n’y mit pas la patte,
Il y mit le menton ! Ron, ron
Il y mit le menton.

La bergère en colère,
Et ron et ron petit patapon
La bergère en colère,
Battit son petit chaton ! Ron, ron
Battit son petit chaton.

Elle vint à confesse,
Et ron et ron, petit patapon
Elle vint à confesse,
Pour demander pardon ! Ron, ron
Pour demander pardon.

Mon père je m’accuse,
Et ron et ron petit patapon
Mon père je m’accuse,
D’avoir tué mon chaton ! Ron, ron
D’avoir tué mon chaton.

Ma fille pour pénitence,
Et ron et ron, petit patapon
Ma fille pour pénitence,
Nous nous embrasserons ! Ron, ron
Nous nous embrasserons.

La pénitence est douce,
Et ron et ron petit patapon
La pénitence est douce,
Nous recommencerons ! Ron, ron
Nous recommencerons."

Des chansons pour enfants quoi. Allez bonne nuit les petits !

Cette entrée a été publiée dans Serial Humeurs, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *