Les enfants aiment la neige. Pas nous.

Intérieur jour, février 2012, 8h55, quelque part en France (là où on se les pèle, tu sais ?)

Le serialkid se lève, le bout des pieds tout froid, le doudou qui pue tout chaud. Il ouvre un oeil puis les rideaux et pousse un criiiiiiiiiiii « Maman il neige, c’est tellement trop super génial »

La serialmother se lève, le bout des pieds/doigts/nez/visage/corps tout entier/cheveux/ froid, l’haleine qui pue toute chaude. Elle ouvre un oeil puis les rideaux et pousse un criiiiiiiiiiii « oh merdouille, il neige, c’est tellement trop pas ce dont j’ai envie. Vais aller me recoucher tiens ! »

Alors que la serialmother décide de se remettre sous sa couette « tropfroid-trop froid-trop froid », le serialkid saute partout tel un marsupilami en manque « trop bien-trop bien-trop bien ». Puis un flot de paroles sort de sa petite bouche « maman on s’habille ? on prend des carottes pour le nez ? une écharpe ? un chapeau? Je mets des collants ? Elles sont où mes chaussures de ski ? J’enfile un bonnet ? J’arrive pas à mettre mes moufles ! Je pourrai manger la neige ? On a le droit de faire des batailles de neige ? On peut faire du patin sur le caniveau qui a gelé ?.... »

Devant tant d’enthousiasme, la serialmother décide de tuer un ours, de se l’enfiler sur le dos et d’affronter les -12°.

Extérieur jour , 10h26, quelque part en France : de la neige, une mère gelée et un enfant réjoui.

Alors que la serialmother a les lèvres bleues et qu’elle se voit mourir de froid doucement, le serialkid par un mystère non élucidé, met les mains sans gants dans la neige, construit un bonhomme de neige et lui fabrique même une femme.

20 minutes plus tard quand le bonhomme de neige a non seulement une femme mais aussi une famille de 4 enfants et un chien, la serialmother dans un dernier soupir murmure « petit lapin j’ai très froid, on rentre ?  »  et le petit lapin répond          » mais pas moi et puis c’est trop super la neige, j’aime avoir froid ! »

Cette fois c’est sûr, les enfants et leurs parents nous sommes trop différents pour cohabiter.

Cette entrée a été publiée dans Serial Humeurs, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *