Les Ingalls et moi

Petite, mon rêve c’était d’être un personnage de la Petite Maison dans la Prairie.
Peu importe si je devais être Laura, Marie, Almonzo, Albert, Charles ou même cette peste de Nelly Olson : il fallait que j’entre littéralement dans cette série où les gens semblaient franchement heureux.

J’ai adoré cette série où le bonheur transpirait et j’avoue qu’aujourd’hui encore quand je tombe dessus , je regarde.(j’avoue même que j’ai longtemps regardé « Les routes du Paradis », espérant retrouver ce gout du bonheur. Arnaque totale.)

J’ai longtemps cru que les Ingalls étaient HEUREUX.

Sauf que. En fait non.
En fait Caroline s’ennuie sec chez elle à faire de la soupe, Laura découvre que son mec Almonzo est un ouf, Marie perd la vue, Carrie est dans l’ombre de ses soeurs, Charles coupe du bois et bosse dur à Walnut Grove.

Et si en fait les Ingalls n’avaient jamais été plus heureux que moi ?

Je me dis aujourd’hui qu’avec mon boulot que j’aime, les 2 enfants, mon mari et mon chien, je suis joie. Et ça me suffit.
N’en déplaise aux Olson.

Cette entrée a été publiée dans Serial Humeurs, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *