L’interview de la maman confinée: Adèle Bréau, journaliste et écrivaine

Adèle est la dernière copine avec qui j’ai déjeuné avant le confinement. On a mangé des sushis en se demandant ce qu’Emmanuel Macron allait annoncer. Et puis…on s’est confinées. (aucun lien de cause à effet entre Adèle, les sushis, le confinement, enfin je crois…)

Adèle est une femme brillante et drôle qui écrit dans des journaux et qui écrit des merveilleux romans. Son petit dernier, Frangines, devait sortir en avril. Il sortira le 10 juin et on va vite se jeter dessus ! Comment se passe son confinement de femme et de maman ? Elle nous dit tout!

Nom BREAU

Prénom Adèle

Age 42 ans

Situation de famille ? Pacsée

Prénoms et âges des enfants ?

Tao, 10 ans

Kim, 6 ans

Métier ? Journaliste, auteure

Lieu de confinement ? Paris, sans terrasse ni balcon, team 12%

Comment as tu réagi à l’annonce du confinement ?

Je m’y attendais, j’avais pas mal suivi l’Italie. Mais j’avais beau m’y être préparée psychologiquement, je suis restée assez incrédule, longtemps. D’ailleurs, encore aujourd’hui, un matin sur deux, j’écarquille mes yeux au réveil pour réaliser  que ce qui nous arrive est bien réel.

Comment ont réagi tes enfants ?

Je les avais eux aussi préparés. Le soir du 12 mars, quand Macron a annoncé la fermeture des écoles, on était tous devant la télé et je les avais prévenus que ça allait arriver. Ils étaient tristes de ne plus voir leurs copains, mais pensaient comme beaucoup, que c’était pour deux semaines. J’ai préféré ne pas leur dire le fond de ma pensée (qui était que l’école ne reprendrait pas avant septembre). On avance toujours plus facilement pas par pas plutôt qu’en visualisant dès le départ le haut de la colline.

Moral (sur 10)

Je dirais 5, c’est tellement les montagnes russes ! Il y a des jours où je suis à, disons, 8 (le vendredi soir, on prépare Koh Lanta, on prend l’apéro en ligne avec les copains, on arrive je ne sais pas comment à garder l’excitation du week-end). Et puis il y a des jours, comme hier, où je dois être à 1,5. J’arrive à peine à répondre aux textos, je vois tout en noir, comme le siel qui s’est soudain assombri. En gros, des micro-événements du quotidiens (type météo, programme télé ou réflexion de mon mec ou de mes enfants) prennent des proportions pas possible en temps de confinement.

Comment se passent tes journées en ce moment ? (emploi du temps)

On a un emploi du temps très carré, histoire de ne pas devenir fous (comme dans les films où les gens se retrouvent seuls en prison, sur une île déserte ou kidnappés). Je me lève plus tard que d’habitude, vers 7h30/8h. On prend un super petit dej (on mange les milliers de trucs sucrés qu’on a cuisinés la veille). Ensuite, je lance l’école à 9h pétante et je pars faire mon yoga quotidien de 1 heure. J’ai fait beaucoup de progrès (yeah). Ensuite, douche et je reviens pour la récré de 10h30. Je corrige la première salve de devoir. Puis c’est reparti de 11h à 12h30. J’essaye de bossouiller mais évidemment, tout le monde a besoin d’un ordi pour regarder une vidéo, écouter un podcast, faire un exercice évidemment en ligne donc c’est compliqué. Dans ces cas-là, je pars réfléchir au dej, découper des trucs, émincer… J’entends mon mec qui hurle en call au téléphone. Je remarque que de manière générale, Zoom, Skype, Houseparty, Teams and co font hurler les gens. Ca me fait saigner les oreilles. Alors je lance un podcast sur mon tel. J’ai découvert « bookmakers », sur la création littéraire. C’est très bien, calme, intelligent. Ensuite, youhou gros temps fort de la journée, le DEJ. Mes enfants disent que ma cantine est quand même bien meilleure que celle de l’école. Je teste absolument tous les plats qui passent dans mon feed Insta, que je trouve dans mes bouquins de cuisine jamais ouverts, et que de bonnes âmes voyant que je me suis jetée dans la cuisine à corps perdu m’envoient. A 14h30, on reprend l’école tranquillou pour une heure. De 15h30 à 16h30, c’est « activité avec la dirlo » (moi). Cuisine, kaplas, gravitrax, ping pong (on a fabriqué une table avec des bouquins en guise de filet dans la salle à manger, ça nous a changé la vie on se croirait au Club Med), chrominos, croque-carotte… 16h30, sortie dans la cour ou tour du pâtée de maison si jour de sortie de mag (jeudi Gala, Paris Match, Society une semaine sur deux ; vendredi le Elle, dimanche le JDD). A 18h, les enfants se connectent avec leurs potes sur Skype. Ils deviennent fous, jouent à un truc qui s’appeler Browler ou quelque chose comme ça. Je ne comprends rien à ce qu’ils disent mais ça a l’air de les rendre hyper heureux. Je suis ravie d’avoir instauré cette communication entre eux. Un jour j’ai entendu mon fils ainé dire à un copain « heureusement qu’on a ça, sinon on deviendrait fous ». Ca m’a brisé le cœur.
Pendant ce « temps calme », je tel à une copine ou je tente de bouquiner, lire les news anxiogènes de l’iphone. Ensuite, dîner, bain, et Quotidien à 20h15 (heureusement qu’ils sont là sinon, avec les vieilles rediff de Louis de Funes, on se sentirait bien abandonnés). On lit les histoires et tout le monde est au lit à 21H. Là, on se retrouve avec mon mec qui a enfin fini ses calls. On regarde des séries, des films, des micro-bouts de Top chef le mercredi, on jour au ping pong. On est plutôt détendus, c’est le bon côté du confinement. Le lendemain, la même journée recommence. Encore. Et encore.

Tu devais sortir un roman début avril. Qu’en est il ? Quand paraitra t-il ?

Avec la fermeture des librairies, sa sortie a été reportée. Tant mieux ! Le pire aurait été qu’il se retrouve trois jours en boutique comme ces films qui sont restée trois jours à l’affiche au cinéma. Si tout se passe bien, la nouvelle date de sortie est le 10 juin. J’ai hâte ! Qu’il rencontre son public, et moi aussi. D’autant que c’est un livre solaire, gai et léger. Je pense qu’on a tous besoin de ça après cette épreuve, et avec les beaux jours qui vont enfin nous envelopper.

Arrives tu à écrire en ce moment ? A lire ?

Non, écrire est très compliqué. Ecrire sur le confinement est tentant, bien sûr. Mais en tant que lectrice, c’est vraiment le dernier truc que j’aurais envie de lire alors à quoi bon. Lire aussi, c’est compliqué. Je commence des trucs que j’arrête en cours de route. Moi qui pensais pouvoir lire tout ce que je n’ai jamais eu le temps de lire. C’est raté.

Le truc le plus inattendu que tu aies fait depuis le début du confinement ?

Une soupe de raviolis de crevette maison. Je ne m’en serais jamais cru capable. Ah, et me corbeau en yoga, une « figure » que j’essaye de faire depuis des années. C’est peu de choses, mais c’est déjà ça.

Le premier truc que tu as envie de faire après ?

Une terrasse avec ma copine Isa, des verres de vin, le soleil dans le visage, et du debrief à gogo.

Les 3 comptes Twitter ou IG que tu adores suivre depuis le confinement ?

– Alors sur Insta celui de ma copine Julie, @mamouz, que plein de gens ont découvert avec le confinement. C’est toujours drôle et ça aide tellement à relativiser quand on est au fond du sac. D’utilité publique.

– toujours sur Insta Celui de @faridacooking, qui fait des recettes hyper gourmandes et abordables. Je recommande chaudement aux parents la recette des doowaps maison. Easy, parfaite à faire en famille et résultat wahou.

– Toujours sur Insta celui de Cyril Lignac qui fait ses recettes en live le soir. Je ne les ai pas faites mais rien que d’entendre sa voix et son rire à cet homme-là, j’ai l’impression qu’il ne peut plus rien nous arriver d’affreux maintenant !

Cette entrée a été publiée dans Serial Mother. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Comments Closed

Les commentaires sont fermés.