L’interview de la maman confinée : Céline, directrice d’une école spécialisée pour élèves autistes

Céline a trois enfants dont l’ainé est autiste. Elle est aussi directrice d’une école spécialisée pour enfants autistes. Elle nous raconte son quotidien de maman confinée, elle respire la joie de vivre et c’est un bonheur !

Nom : BENABOU

Prénom : Céline

Age : 46 ans

Situation de famille : mariée 3 enfants

Prénoms et âges des enfants : Ariel (18 ans), Ron (10 ans), Anna (6 ans)

Métier : directrice d’une école spécialisée pour élèves autistes

Lieu de confinement : domicile au Perreux sur Marne

Comment avez vous réagi à l’annonce du confinement : J’ai été soulagée car ça faisait un moment que j’étais très inquiète pour ma famille et pour les enfants de mon école qui sont très fragiles.

 Ils ont des troubles associés à l’autisme pour la plupart (épilepsie troubles digestifs, traitements …) ce qui fait d’eux des patients à risque.

Donc j’essayais les derniers temps avant le confinement de les protéger au mieux en appliquant les différentes mesures mais c’était très compliqué.

Comment ont réagi vos enfants ? Les petits étaient contents au départ : pas d’école pendant des mois, c’était incroyable, inédit !

Ariel qui est autiste était déstabilisé : lui qui est habitué à un programme bien déterminé, qu’il connaît et qu’il peut prévoir, là c’était un peu anxiogène. Ce qui l’inquiétait surtout et qui l’embête toujours c’est de ne pas voir de date de fin au confinement pour pouvoir se projeter pour la suite …

Nous lui avons expliqué au mieux la situation grâce aussi à des vidéos spécialisées pour les personnes autistes.

Moral : 8/10 Nous sommes très positifs et joyeux habituellement.

Il faut relativiser, même si nous devons rester 3 mois à la maison ce n’est pas la fin du monde. Le principal est de ne pas attraper ce virus et nous sommes surtout inquiets pour la fin du confinement.

Comment se passent vos journées en ce moment ? Dès le début du confinement nous avons fait un emploi du temps très détaillé pour essayer d’occuper les enfants au max et de ne pas s’ennuyer.

J’avoue qu’on le suivait super bien au début et qu’on a tendance à beaucoup moins en faire depuis 2 semaines. On commence tous un peu à saturer.

En gros : on décompose la journée en plusieurs temps : ménage, travail scolaire, ateliers, activités, jeux familiaux, skype ou zoom (famille, amis) et télé, ipad …

On était aussi sensé faire des séances de sport mais à vrai dire on en a pas fait beaucoup depuis le début du confinement !

Comment se passe le confinement pour votre fils qui et autiste ? Comment comprend t-il de tout cela ? Il comprend très bien la situation mais a hâte de pouvoir sortir, retrouver sa vie d’avant comme tout le monde.

Il se réveille à 6h30 tous les matins car il se couche plus tôt ce qui n’est pas facile.

Il reste en contact avec ses éducateurs et encadrants habituels via whatsapp. Son intervenante lui envoie des devoirs tous les jours que je fais avec lui et on l’appelle en visio pour la correction.

En sortant le premier endroit où il voudra aller est « la Fnac » !

Et vos autres enfants ? Ils comprennent très bien aussi même si c’est difficile pour la petite qui aime bouger !

Contrairement aux autres enfants (qui n’ont pas de frère handicapé), ils ne sortent pas du tout de peur qu’ils contaminent leur frère qui est à risque.

Donc ils n’ont pas mis le nez dehors depuis le début du confinement.

On est devenu les spécialistes de toutes les activités possibles à faire à la maison : cuisine, escape game, travaux manuels en tout genre, chansons, jeux …

Je suis aussi devenue réalisatrice (mon rêve) en faisant des films de confinement en tout genre avec mes enfants !

On a même fait un puzzle de 3000 pièces !

Vous êtes directrice d’une maison spécialisés pour enfants et ados autistes. En ce moment comment cela se passe t-il ? La structure dont je suis la directrice n’est pas un internat.

Les élèves viennent habituellement seulement en journée et retourne chez eux le soir.

Elle est fermée bien entendu actuellement, donc ils sont à domicile avec leurs parents.

Nous essayons de prendre de leurs nouvelles régulièrement et de leurs envoyer des documents et du travail pour assurer une continuité.

Avez vous reçu des soutiens ou des aides de l’Etat en cette période particulière ? Nous sommes une association privée, nous n’avons pas plus de subvention en ce moment qu’habituellement !

Le truc le plus inattendu que vous ayez fait depuis le début du confinement ? Oh là là !

On s’en rappellera de ce confinement !

On a fait pas mal de choses inattendues en mode « Caroline Ingalls » dans la petite maison dans la prairie !

D’abord car notre ballon d’eau chaude a rendu l’âme le lendemain du premier jour de confinement, du coup on doit faire bouillir notre eau au micro onde pour se doucher !

On doit faire notre propre pain ce qu’on ne faisait jamais avant (on s’est fait livrer un sac de farine de 25 kg)

On doit faire les courses à 4heures du matin pour avoir un créneau de livraison…

J’ai inventé un système de bassine que je descends par la fenêtre avec une corde à sauter quand quelqu’un vient chercher quelque chose chez nous !

Bref on s’en rappellera !

Avez vous un message à faire passer ?

Comme tout le monde, soyez prudent car je pense qu’on ne pourra pas retrouver une vie « normale » sans risque pendant un certain temps !

Le premier truc que vous avez envie de faire après ?

En réalité on a envie de faire plein de choses : d’abord voir nos familles et amis les embrasser et les serrer dans nos bras, aller au bois, au ciné, au resto, à la piscine, faire du shopping, partir en vacances, chez le coiffeur, se balader en ville, envoyer les enfants à l’école …

Mais même le 11 mai, on ne fera rien de tout ça car on a peur des éventuelles conséquences …

Il nous faudra pas mal de recul avant d’être complètement rassurés en particulier quand on a des personnes à risque à la maison !

Cette entrée a été publiée dans Serial Mother. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Comments Closed

Les commentaires sont fermés.