L’interview de la serialmother : Alix Girod de l’Ain, journaliste et auteur

sm1

Alix Girod de l’Ain est plusieurs femmes en une : drolissime Dr Aga du magazine ELLE, auteur de livres, journaliste et …maman de 3 enfants !

A l’occasion du livre rigolo qu’elle a traduit, 97 façons de faire rire un bébé (éditions Leduc), elle nous livre ses secrets de femme et de mère.

SERIALCV

Nom Girod de l’Ain

Prénom Alix

Age 50 ans

Situation de famille ? Mariée (depuis 25 ans) (au même !)

Métier ? Journaliste et auteur

Prénom et âge de vos enfants? Félix 24 ans, Eloïse 22 ans, Paul 14 ans.

Surnoms que vous leur donnez ? Ca dépend des jours, mais j’appelle tous les hommes de la maison, mon mari compris « crapaud », et ma fille « crapautte » du coup (comment ça c’est pas la femelle du crapaud ?) (comment ça crapaud ça s’écrit avec un d ?) En fait, c’est terrible, on est affreusement surnoms dans la famille, il y en a mille. Mon « bébé » de 14 ans est le plus souvent appelé « la chose » ou « la crasse ». Vous voyez le genre. (en vrai, on en est dingues, c’est la mascotte de la famille)

Surnoms qu’ils vous donnent ? Ca dépend. Quand ils ont besoin de quelque chose c’est « ma maman préférée de lune coiffée ». Et quand j’arrête la box internet ou que je ne fais pas le virement, c’est plutôt « la guenon ».

Age de la 1ere nuit ? Assez vite, de toutes façons je ne suis pas du genre à me lever dix fois dans la nuit, les bébés le sentent et s’adaptent (voir anecdote plus bas..)

sm2

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? Hier soir ! Ma mère avait mis au point une technique de caresses dans le dos que nous appelons « les gratouches », entre massage et guilis. Evidemment j’ai reproduit ces gestes sur mes enfants. Folie ! Ils continuent à me les réclamer sans arrêt, même celui qui fait 1,90 m, quand il est à la maison. Le rituel du coucher, ça peut durer plus de 20 ans ! Mais c’est tellement bon…

Dernier(s) caprice(s)? Mes enfants ont passé l’âge des caprices (heureusement…) mais j’ai un souvenir précis et épouvanté de Félix, qui a eu le syndrome du « spasme  du sanglot » pendant des mois (l’enfant bloque sa respiration, meurt, et il ressuscite, mais entretemps, waouh, quel suspense !) Ca s’est terminé net, grâce à un médecin qui m’a dit « quand il fait ça, vous le mettez au lit et vous le laissez seul ». Atroce, pour les parents, mais ça a été radical.

Dernière (s) punition(s)? Paulo est très roublard, alors dès que je le surprend en flagrant délit de mensonge, je confisque l’ordi 3 jours. Assez efficace je dois dire.

Une anecdote (presque)e inavouable de votre vie de mère ? Ma fille a fait ses nuits dès le retour de la maternité. Ravissement, extase, « ha les filles c’est quand même autre chose etc ». Trois mois plus tard, j’ai découvert que le babyphone n’avait plus de piles depuis le début, probablement. J’imagine qu’elle a du brailler un paquet de nuits mais ça, je ne le saurai jamais !

Quelle est selon vous la période la plus difficile dans ‘l’élevage » d’enfants ?Entre 0 et 25 ans, j’imagine ! En vrai, j’ai adoré, et j’adore toujours être mère, je trouve ça vraiment intéressant, au delà de l’amour qu’on leur porte, éduquer, quelle aventure ! La seule chose que je ne regretterai pas, c’est la routine, le fait de devoir rabâcher, reproduire des gestes et des consignes encore et encore. J’ai du dire « Va te brosser les dents » un million de fois dans ma vie, ça va bien, là !

Vous êtes journaliste, écrivain et également célèbre sous le nom de Dr AGA dans la magazine ELLE. Comment faites vous pour tout concilier ?! « Célèbre » faut pas charrier, je suis pas Madonna quand même ! Sur le fond, je pense que plus on en fait, plus c’est simple. En vacances, je suis souvent débordée, rarement pendant l’année ! Je crois n’avoir pas tellement de mérite car je suis une femme gâtée, qui a la chance d’avoir la même « nounou » depuis la naissance de Félix (bientôt 25 ans !). Aujourd’hui elle ne vient plus que quelques heures chez nous (c’est surtout moi qu’elle vient garder en fait !) mais l’avoir dans nos vies a toujours été un « facilitateur », une sécurité émotionnelle et « organisationnelle », si j’ose dire.

En plus, j’ai la chance de travailler chez moi, depuis toujours ou presque, donc je gère mon temps comme je l’entends. J’ai souvent écrit la nuit, quand tout était calme (cf pas de babyphone !) et j’ai toujours pu partir avec les enfants pendant les vacances scolaires : j’emportais l’ordi, et zou ! Je travaillais en vacances certes, mais à mon rythme, j’aimais ça. Je n’ai jamais été une mère frustrée de ne pas voir assez ses enfants, ça aide à être détendue !

Enfin, ça c’est juste du bol, une question de caractère, j’ai le sens de l’organisation chevillé au corps. Je suis du genre à prendre des billets huit mois à l’avance etc, en fait c’est mon repos de l’esprit que j’organise avant tout.

Vous venez de traduire un livre « 97 façons de faire rire un bébé ». Votre meilleure façon à vous pour les amuser ce serait quoi ? Sur le très jeune enfant, tout ce qui relève du principe du « coucou le voilà » fait un carton. Rien n’est plus contagieux qu’un fou rire de bébé, ça me rend dingo alors essayer les techniques du livre sur mes neveux a été un pur plaisir !

Qu’est ce qui vous rend le plus fier de vos enfants ? Vous voulez dire hormis le fait qu’ils soient les plus brillants, les plus beaux, les plus drôles et les plus sympas du monde ? Rien. Ah si. Ils ressemblent tellement à leur père !!

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Serial Interviews. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *