L’interview de la serialmother : Mélissa Da Costa, écrivaine

Il y a quelques semaines j’ai lu un livre qui m’a bouleversée, Tout le Bleu du Ciel. Cela faisait longtemps qu’un ne m’avait pas happée de la sorte. Un road trip de 800 pages à travers la et autour de deux personnages qui vont s’apprivoiser, l’un étant atteint d’un alzheimer précoce, l’autre étant une jeune singulière. J’ai offert ce livre autour de moi à mes amies, j’en ai parlé ici et là et j’ai découvert que tous ceux qui avaient lu ce avaient adoré ! J’ai alors contacté son auteure, Mélissa Da Costa pour la féliciter.

Et la magie des réseaux sociaux associée à la gentillesse de Mélissa ont donné lieu à cette interview où elle parle de ses livres mais aussi de son tout jeune bébé, Martin, né en octobre dernier.

Merci Mélissa.

SERIALCV

Nom : Da Costa

 : Mélissa

Age : 30 ans

Situation de famille ? Pacsée, un enfant.

Métier ? Ecrivain

 l’enfant ? Martin.

Surnoms que tu lui donnes ? Il aurait été plus facile de lister les  surnoms que je ne lui donne pas 😉

Martin a un millier de surnoms : mon amour, mon titi, mon lapin, mon poussin, mon bébé, ma beauté, mon canari, ma crevette, ma merveille… je m’arrête là ! lol !

SERIAL QUESTIONS

Ton est encore tout alors j’ose LA question qui tue : alors les nuits ? Eh bien figurez-vous qu’il fait ses nuits depuis une semaine ! Depuis que nous lui avons cédé notre chambre et nous sommes installés au salon dans le clic clac ! On dirait bien que nous le gênions dans son sommeil. Maintenant il ne nous reste plus qu’à chercher activement un appartement plus grand ou nous aurons chacun notre chambre ! 🙂

Comment s’est passé l’accouchement ? Je n’ai pas eu la « chance » de connaître un accouchement classique. Ayant un utérus cicatriciel opéré un an et demi plus tôt, on m’a programmé une césarienne. Perturbant car extrêmement rapide. Bébé était sorti à peine une minute après le début de l’intervention. J’ai eu du mal à réaliser que c’était bien mon bébé qui sortait de mon ventre.

Il est du genre dormeur ? Il est du genre dynamique, énergique, très très bavard (il expérimente sa voix à fond en ce moment), c’est un vrai « monsieur sourire » qui est super sociable et fait des risettes à tout le monde. On est même un peu dégoutés que ça ne nous soit pas réservé ! lol. Il a quand même son petit caractère, gare à celui qui le ferait attendre quand il réclame ! 

Et toi tu es du genre maman poule /maman cool/ les deux ? Maman poule-cool, c’est possible comme réponse ? Maman gaga et bisouilleuse à mort, toujours à l’affût du moindre mouvement, toujours à le couvrir de surnoms et de regards mais plutôt relax. Je n’ai aucun souci pour le confier aux membres de nos familles. Pas d’angoisse particulière. Plutôt détendue. 

As tu des angoisses de jeune maman, des trucs qui te tracassent ou es tu du genre zen ? Non je suis plutôt du genre zen.

Le meilleur conseil que tu as reçu depuis que tu es maman ? J’ai eu un allaitement difficile, bébé ne prenait pas le sein correctement, j’ai dû passer à un tire allaitement au bout de deux semaines et c’était lourd, pesant. J’ai tenu 3 mois avec des hauts et des bas. Je voulais tellement lui donner le meilleur. Je me sentais si coupable à l’idée d’arrêter. Le meilleur conseil qu’on m’ait donné a été de lâcher prise et de m’autoriser à arrêter, à passer au biberon car « une maman zen et bien dans sa peau c’est un bébé zen et bien dans sa peau et c’est la seule chose qui importe ».

Et le pire ? « Laisse-le pleurer, c’est bon pour lui, ça lui fait les poumons. » Merci pépé et mémé… 

Comment es tu devenue écrivain ? En prenant un stylo pour « inventer des phrases » à l’âge de 7 ans. Phrases qui sont devenues des poèmes, des contes, puis des romans. Je n’ai jamais décidé en réalité. Ça s’est imposé à moi comme une évidence toute petite.

Comment naissent tes histoires ? Elles peuvent naître d’un tout petit détail : les paroles d’une chanson, une citation que je trouve parlante, une scène à laquelle j’assiste, un récit d’une personne, un décor ou un lieu qui me charment… partout dans la vie autour de moi, en fait.

As tu des rituels particuliers ? Non, pas particulièrement. Tantôt musique, tantôt silence. Tantôt improvisation totale, tantôt je note quelques idées de scènes à venir (que je ne respecte pas forcément d’ailleurs, je finis souvent par revenir à l’impro).

A quand le prochain roman ? Mon prochain roman à paraître est prêt depuis 6 ans puisqu’il s’agit de mon véritable premier roman, écrit à la sortie de mes études.

Dans mes tiroirs, j’ai 2 autres romans prêts et un 3ème en cours d’écriture.

Comment écrit-on avec un bébé ? On met très vite en place un rituel du coucher de bébé afin d’avoir ses soirées entières pour écrire. Parce qu’honnêtement, ce sont les seuls moments où je peux réellement me mettre dans ma bulle et me lancer sans craindre d’être dérangée. Les siestes sont trop aléatoires.

Qu’est ce qui te rend le plus fier dans ton rôle de maman? Parvenir à apaiser bébé. C’est tellement dingue de se dire qu’on représente pour ces petits êtres la sécurité, la protection, le refuge dans la tempête. Tellement fou d’avoir le pouvoir d’apaiser avec sa voix, avec ses mains.  Et de se dire  qu’ils placent toute leur confiance en nous, aveuglément… C’est puissant !

Que veux-tu  transmettre à tes enfants ? Je veux juste leur laisser la liberté totale d’être eux même. Je ferai en sorte de ne les influencer en rien, les laisser bruts, entiers, parés pour se construire tels qu’ils le souhaitent.

Cette entrée a été publiée dans Serial Mother. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Comments Closed

Les commentaires sont fermés.