L’interview de la serialmother : Shiva Shaffii, entrepreneuse !

shi

Shiva est un Dieu hindou doté de nombreux pouvoirs.

Shiva Shaffii est une maman française dotée de nombreux pouvoirs aussi! Chef d’entreprise, auteure, maman hyper fun, femme aux mille projets, initiatrice d’une solution pour les parents épuisés, elle mérite le détour.

Alors ce détour je l’ai fait…Et ça valait le coup !

SERIALCV

Nom SHAFFII

Prénom Shiva

Age 36

Métier ? Chef d’entreprise (Start Up)

Prénom et âge de tes enfants ? Melvil 8 ans et Eloi 6 ans

Surnoms que tu leur donnes ? Les Choupis, les Chamallows, les Chameaux, les Choubidouwa, (tiens que des mots en ch….. je n’avais pas remarqué…)

Surnoms qu’ils te donnent ? Mamâââââââââââân, ou quand ils veulent quelque chose « Maman chérie d’amour que j’adore » ou « La meilleure Maman de tout l’univers »

Age de la 1ere nuit ? 5 mois et 2 mois

SERIALQUESTIONS

Dernier câlin ? Hier

Dernier(s) caprice(s)? Hier

Dernière (s) punition(s)? Hier

Une anecdote (presque) inavouable de ta vie de mère ? Euh. Vraiment inavouable.

Quelle est selon toi la période la plus difficile dans ‘l’élevage” d’enfants?Chaque période a son charme et son lot de difficultés. En réalité je trouve la période « éducation » beaucoup plus intéressante et riche que la période bébé, qui est certes très touchante mais il y a quand même moins d’échanges. Je trouve ça extraordinaire de voir et découvrir une personnalité émerger, qui est souvent très différente de la nôtre, et différente entre les enfants. Il faut observer, être souple et ne pas essayer d’imposer un ton unique. Pas toujours évident d’ailleurs. Ce qui me passionne, c’est d’essayer d’identifier et de faire éclore leurs talents propres. Alors il faut explorer beaucoup de choses, tester, accompagner, échanger.

Tu viens de sortir un super livre sur les différences entre les AVANT et APRES.Tu dirais que c’et quoi la plus terrible et changeante différence ? Au tout début et dans la période bébé, la chose la plus difficile je trouve est l’absence continue de sommeil, et le fait qu’on est obligés de s’oublier presque complètement. Heureusement on retrouve un peu de vie propre au fur et à mesure qu’ils grandissent et c’est délicieux. La spontanéité en prend aussi un gros coup. Mais personnellement, j’ai vite repris un rythme de sorties, je me suis débrouillée pour continuer à voir mes amis en m’organisant et en habituant mes enfants à une vie sociale riche et variée dès le plus jeune âge. Et je n’ai jamais cessé d’écouter de la musique. Ils ont l’habitude et en redemandent ! En revanche, j’ai été déçue par un certain nombre de personnes de mon entourage que j’ai vues « s’enfoncer » dans un train-train étouffant et se mettre à ne plus du tout sortir ou faire des choses pour eux. Je suis convaincue que c’est une grosse erreur et qu’on ne rend pas service à ses enfants en faisant ça. Sans parler du couple… enfin. Vaste sujet !

shi2Te concernant c’était mieux avant ou après ? Oh sans aucune hésitation après !!! Beaucoup de boulot mais l’horizon s’agrandit tellement, on comprend beaucoup de choses, on s’ouvre sur une immensité qui est impossible à toucher, je crois, quand on n’a pas eu d’enfants. Je pense qu’avoir des enfants apporte une dimension supplémentaire. Bref, extraordinairement enrichissant même si bien sûr, cela demande un don de soi parfois épuisant, et il est important de ne pas s’oublier tout au long du chemin. On peut être parent sans devenir plan-plan ou casanier ! C’est même une bénédiction pour les enfants que de voir des parents animés de passion, avec des projets autres que la simple parentalité. Etre parent est une dimension en plus, l’idée n’est donc pas d’occulter les autres dimensions pré existantesc!

Dis nous en plus sur tes autres projets… Justement…je me considère comme une sorte de « militante du rire », car je suis persuadée que le rire est l’arme fatale dans nos vies trop remplies et épuisantes, et que c’est une façon magique de prendre du recul et de mettre le plaisir et le partage au centre de sa vie. Alors justement, j’ai commencé par mettre cela en pratique en m’attaquant au « parent épuisé », bref, à tous les parents, pour casser les tabous, oser parler de nos petites galères de parents sans passer pour des parents indignes, et inviter à l’autodérision pour prendre du recul et prendre les choses de façon plus légère et positive. Il faut oser dire les choses et s’en amuser ! Et les enfants adorent. On vient de sortir les « Kits de survie du parent épuisé », en commençant par le thème « en voiture », avec des coffrets d’activités ludo-éducatives pour occuper les enfants quand ils deviennent ingérables en voyage. Il y a aussi un livret du « parent épuisé et fier de l’être » et nous sommes en train de construire une véritable petite communauté. Ca commence très fort et il va y avoir des tas de déclinaisons que vous allez bientôt voir en magasin…et sur d’autres supports. Et en attendant, c’est par ici (www.parentepuise.com) et la page FB ParentEpuisé.

Tes enfants comprennent ton métier ? Mes enfants savent que je crée des produits, mais cela reste un peu flou pour eux. Ce qu’ils disent à l’école avec une grande fierté qui me fait rire, c’est « ma maman, elle est présidente ! » C’est très drôle de les voir répéter ça comme ça.

Difficile de concilier vie pro et vie perso ?Pas toujours évident, mais je vois les choses comme une continuité. En réalité,j’ai la chance de travailler sur mes sujets propres, et mes enfants sont donc partie prenante de ce que je fais. C’est un peu comme une ligne logique pleine de sens, où ce que je fais au travail vient enrichir ma vie personnelle et ce que je vis en famille vient nourrir mon projet professionnel. Au niveau des horaires, j’arrive à plutôt bien m’en sortir, et j’essaie de ne jamais travailler tard le soir. Et d’être hyper efficace pour ne pas y passer tout mon temps. C’est un bon moteur !

Qu’est ce qui te rend le plus fier de tes enfants ?Je suis fière quand j’entends que mes enfants réfléchissent et posent des questions. Quand ils n’avalent pas tout cru ce qu’on leur dit et qu’ils cherchent à se forger leur propre opinion. Je trouve qu’on vit dans un monde qui a perdu un peu le sens des choses, et j’essaie d’amener mes enfants à l’essentiel sur tous les sujets, dans mes limites bien sûr.

Que veux tu leur transmettre ? Je veux qu’ils aient la joie de vivre, qu’ils rayonnent et soient entiers, fiers d’eux mêmes et tournés vers les autres. Je suis une idéaliste et j’espère que mes enfants suivront également leurs idéaux, même si cela demande parfois des sacrifices. J’aimerais que leur passage sur Terre ait un minimum de sens… Tout simplement…

 

Une journée idéale chez vous, ça se passe comment ? On se lève un peu tard, on écoute de la musique en préparant le brunch ensemble, je fais du guacamole en dansant pendant qu’ils jouent, puis on va se balader, soit faire une activité culturelle (musée, aquarium, théâtre, zoo, etc), soit voir des amis, ou une activité sportive. Puis on rentre tranquillement, et on se met tous à bouquiner. Ensuite c’est la séance de piano (quotidienne), avant le diner et le dodo (avec son histoire bien entendu)

Dernier mot avant le dodo ? Maman vous aime fort (bon et quand ils n’ont pas été sages, je rajoute « maman vous aime fort, même si vous avez été très péniblesaujourd’hui. Demain vous serez adorables. Promis ? »

Cette entrée a été publiée dans Serial Interviews. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *