L’interview de la serialmother : Sophie Nahum, productrice et réalisatrice

Je connaissais le merveilleux travail de Sophie qui donne la parole à d’anciens déportés sur son site et ses films, Les derniers. A travers ces reportages, Sophie va à la rencontre de ces derniers survivants de l’horreur. Sa façon d’aborder ces personnes est toujours chaleureuse, comme si elle rendait visite à ses grands-parents. Ce travail de mémoire est non seulement essentiel mais il est utile et magnifiquement réalisé. J’ai montré ses documentaires à mes deux grands et je vous suggère de faire de même. Nos enfants sont porteurs de mémoire. J’avais très envie de rencontrer Sophie et lorsque nous avons pris rendez-vous, nous avons parlé pendant près de 4 heures !

Qui est Sophie, quelle maman se cache derrière cette réalisatrice de choc, quels sont ses projets ? Tout, tout, tout elle me dit TOUT !

CV

SERIALCV

Nom Nahum

Prénom Sophie

Age : avancé

Situation de famille : Tous ensemble sous le même toit !

Métier :  productrice/ réalisatrice

Prénom et âge de tes enfants : Théa 6 ans et demi, Simon 4 ans et demi

Surnoms que tu leur donnes ? Titi, Simsim, Simonchat, Theachou, ma vie, patate et petit tokhes pour ceux qui contrairement à moi parlent le yiddish

Surnoms qu’ils te donnent ? Pas vraiment de surnom, ils m’appellent mamandamour ou mamanquejaimedetoutmoncoeurpourtoujoursetàjamais.

SERIALQUESTIONS

Dernière punition ? Je ne sais pas les punir !

Dernier câlin ? il y a 5 minutes comme toutes les 5 minutes!

Dernier plat cuisiné par toi (picard compte  pas) ? Une tarte aux broccolis et à la mozzarella.

Tu fais des documentaires et ces dernières années tu as lancé « Les Derniers ». C’est quoi ?

Les derniers c’est une série de documentaires courts en libre accès sur internet, dans chaque épisode je rends visite chez lui à un des derniers survivants des camps de concentration, je leur apporte un gâteau au fromage, ils me racontent leur vie, la guerre mais aussi la vie d’après et le présent et on exhume ensemble leurs souvenirs.

Comment est née l’idée ?

Elle est née  quand j’ai réalisé que mes enfants, quand ils auraient l’âge de comprendre, n’auraient pas la possibilité de leur poser de questions,  j’ai voulu créer un lien humain entre eux et cette histoire.

Combien de derniers as tu interviewé ?

J’ai commencé il y a deux ans, j’en suis à 20 et je continue !

As tu gardé des liens avec eux ?

Oui, ce serait mentir de dire que je vais leur rendre visite tous les week ends, mais on se suit de près, ils aiment beaucoup la série et répondent présents dès que quelque chose se passe. En avril, je les ai rassemblés pour un déjeuner, une grande partie est venue, on a ri, bu de la vodka, mangé des gâteaux, ils étaient heureux comme des enfants, et moi très très émue.

Qu’est ce qui fait la différence entre « Les Derniers » et d’autres reportages qu’on peut voir ?

Il y a eu des tonnes de films et de livres merveilleux faits sur le sujet mais je crois que Les Derniers est adapté aux nouvelles générations, ce sont des formats courts, accessibles, le ton est plus léger moins solennel, j’essaie de remettre un peu de vie et de chaleur dans tout ça. Je ne crois pas qu’il faille forcément être très sérieux pour parler de choses graves.

Comment racontes tu à tes enfants ce que tu fais, Les Derniers ? Ils sont petits, je ne leur ai pas encore parlé de la Shoah, mais ils sont venus au fameux déjeuner et étaient très excités de les rencontrer car « c’est les gens du travail de maman ». Parfois, par accident ils entendent des bribes des épisodes, ma fille m’a dit un jour : maman pourquoi Elie a perdu toute sa famille ? Honnêtement je n’ai pas su quoi répondre, il n’y a pas de réponse possible à cette question.

En tout cas ma fille veut « reprendre mon travail » et mon fils devenir cameraman donc apparemment ils ont plutôt une bonne image de ce que je fais.

C’est quoi la prochaine étape ?

Continuer la série, finir le film qui raconte cette aventure, une exposition début 2020, surement un livre et présenter le projet un peu partout.

Qu’est ce qui te rend le plus fier de tes enfants ? Je les trouve incroyablement gentils, ma fille aide les plus fragiles en classe, et défend ceux qu’on attaque, toute l’école connait mon fils, il parle à tout le monde, il est vraiment drôle. J’aime beaucoup ça chez eux, et tout le reste évidemment, en réalité je n’en reviens toujours pas, d’avoir mis au monde ces deux petites personnes.

Que veux-tu leurs transmettre ?

Je ne sais pas précisément mais « Les Derniers » en réalité, c’est un certain nombre de de messages que je leur adresse, d’abord leur montrer l’exemple de ces gens, ce qu’ils ont réussi à faire de leur vie en repartant de moins que rien, avec beaucoup de courage et d’élégance, et puis dans une bien moindre mesure, porter ce projet depuis des années c’est aussi une manière de leur dire faites ce qui est vraiment important pour vous dans la vie c’est ça qui vous rendra heureux… maman sera là pour vous encourager et vous rassurer.

Bon et pour finir, la fois où en tant que maman tu as été le plus mal à l’aise ?

La veille de son entrée au jardin d’enfants ma fille s’est soudainement mise à prononcer en boucle son deuxième mot….et c’était putain !

Cette entrée a été publiée dans Serial Mother. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Comments Closed

Les commentaires sont fermés.