L’interview du serialfather : David Abiker, journaliste.

Sur Europe 1, vous entendez sa voix tous les soirs entre 18h et 20h et vous l’écoutez tous les dimanches entre 19h et 20h dans l’émission dont il tient les rennes, « La semaine à l’envers ». Sur France 2, vous le regardez tous les vendredis soirs dans l’émission « Semaine critique ». A la librairie, vous pouvez acheter son dernier livre « Zizi the Kid ». Dans l’Express ou Marie Claire, vous pouvez lire ses chroniques chaque mois. Bientôt à la télévision, vous pourrez regarder le téléfilm tiré de son premier roman, « Le musée de l’Homme ». Sur Internet, il présente une émission sur le recrutement sur Cadremploi.fr et écrit quotidiennement sur son blog.

David Abiker est donc un homme de médias et aussi un serialfather doté d’un très grand sens de l’humour ! Viiiiiite, on lit les serialréponses de Daddy Gaga ! (et en prime à la fin de son interview, on découvre ses coups de coeur culturels du moment pour ses kids)

CV du serialfather

Nom ABIKER
Prénom David Etienne Gabriel
Age 31 ans et demi, comme Liz Taylor.
Prénom(s) et âge(s) du/des serialkid(s) Abibi (7) Kikinuts (11) respectivement la puinée et l’ainée
Surnom ridicule que vos serialkids vous donnent ? Daddy Gaga.
Age de la 1ere nuit (on entend par nuit, la période durant laquelle un enfant serait tombé dans un sommeil profond pendant plus de 8 heures) Cela devrait intervenir après la maîtrise où à l’obtention du premier emploi, quand elles auront quitté la maison. J’attends.

Serialquestions

Dernier câlin ? 2001 à cause du 11 septembre qui avait effrayé l’ainée. Je lui ai dit « N’en abuse pas » Pour la puinée, la déclaration de candidature de Jospin, un fax, il me semble.

Dernier caprice ? L’ainée : Une Rolex, j’ai évidemment accepté.
La puinée : Mac Do à volonté pour célébrer l’échec du sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique.

Dernière punition? Je leur ai donné 5 fruits et légumes par jour pendant une semaine (la puinée). Une amende de 5 euros pour l’ainée, prélevée sur son mois d’argent de poche suivant.

Dernière envie de ne plus être père, de regretter le temps où les hommes ne s’occupaient « que » de travailler et où les femmes s’amusaient dans des réunions tupperware ? Un problème de maths sur les intervalles. Je suis parti en larmes faire un tour de pâté de maison. Plus sérieusement, j’ai ensuite écrit ce billet sur mon blog pour analyser la charge mentale des femmes… 

Comment expliquez vous à vos enfants votre travail ? C’est quoi un journaliste ? C’est quelqu’un qui défend la démocratie, qui va sur le terrain comme El Gringo, qui est objectif (je veux dire par là qu’il a toujours raison), qui subit des pressions politiques de toutes parts, qui est indépendant, qui fait des enquêtes sur des affaires d’Etat, qui est aussi gentil qu’une infirmière ou un professeur de sciences naturelles et qui a un poster d’Albert Londres au dessus de son lit.

Dernière fierté de papa? Repousser à l’année suivante la boom anniversaire de l’ainée avec sa horde de préados malfaisants et d’extrême gauche.

Dernière remise en question ? La puinée qui chante « j’ai attrapé un coup de soleil » de Richard Cocciante seule dans sa chambre (voir post sur le blog). L’ainée qui ne veut plus que je chante dans la rue car elle a honte et refuse de se montrer avec moi aux abords de l’école. Elle menace de crier si je lui prend la main. Genre je serais un récidiviste.

Dernière sortie en famille ? Une visite de la centrale nucléaire de Fessenheim, à l’occasion d’une classe verte où les parents pouvaient être accompagnateurs.

Dernière bonne adresse ? Les chaises volantes du jardin d’acclimatation et sa boutique qui vend les churros, quand elle est ouverte, et quand il y a de la pâte à churros, ce qui devient rare (vu les 5 fruits et légumes par jour et que manger tue).
Dernière histoire du soir ? Encore et toujours.

Dernier mot avant le dodo ? Il vaut mieux que les enfants rougissent des parents que les parents des enfants. (Raymond Queneau)

COUPS DE COEUR DE DAVID ABIKER : Pour moi l’audio est une activité essentielle dans la construction de l’imaginaire et du vocabulaire et je ne parle pas des livres et de la façon dont les écrans siphonnent ces activités (je parle comme un psy). Je ne saurais trop vous recommander la réédition de CD parus avant 1970 et dont j’ai fait mon bonheur – enfant – pour les transmettre ensuite à mes filles. Il s’agit du Petit Prince lu par Jean-Louis Trintignant ,selon moi la meilleure version et de cette collection de bios des grands musiciens racontées par Bouquet, Rochefort,  rééditée par Universal qui a racheté le catalogue du Petit Menestrel (d’utilité publique, je le dis)

Cette entrée a été publiée dans Serial Interviews, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *