Non, tout n’était pas mieux avant

Hier j’écoutais une chanson avec mon fils de presque 15 ans. En gros ça parlait d’une meuf qui était une te-pu et qui fumait de la weed à une soirée de moula. Bref j’ai rien compris.

Alors je lui ai dit « rendez-nous Brel, Barbara et Berger. » et j’ai même ajouté « où sont passés Jean Sablon et Cora Vaucaire? » (les plus de 90 ans savant et j’en suis).

Il m’a évidemment répondu que c’est pas parce qu’il écoute de la musique actuelle, qu’il n’écoute pas aussi Gainsbourg et les Beatles. Ok il avait marqué un petit point.

Puis je suis partie dans une tirade à faire pâlir Cyrano de jalousie. C’était mieux avant (de mon temps), on n’avait pas de portable, d’Internet, on était pas à prendre des photos de tout tout le temps, on lisait plus souvent, on parlait, on jouait aux dames et aux Scrabble, on attendait le lendemain pour savoir si notre copine Charlotte avait pu négocier avec ses parents la sortie de samedi soir, on ne se jugeait pas à coup de Like et de followers. Bref c’était mieux.

Là dessus l’enfant (qui est plus près de l’âge adulte que de celui de son premier pipi aux toilettes), rétorque que tout ce que je viens dire, il continue de le faire puisque chaque soir je lui enlève son portable sur vers 20H, que les jeux de société on en fait tout le temps, qu’il lit et que le concernant les followers il s’en tape. Puis il ajoute, le bougre, que son époque il la kiffe, qu’il lui semble que l’ouverture d’esprit est plus grande et le monde plus accessible.

Alors cette nuit, lorsque mon 4ème enfant refusait de dormir vers 3h du matin, j’ai cogité (ça m’arrive).

Pas faux ce qu’il dit. A mon époque, dans mon enfance, les homosexuels étaient souvent pointés du doigt, les femmes prenaient moins leur indépendance, les femmes battues on en parlait moins, des écrivains célèbres pouvaient écrire que les enfants de moins 13 ans étaient excitants, on fumait même à l’hôpital, un Président noir n’aurait pas pu être élu aux Etats-Unis et l’avortement était encore mal perçu dans beaucoup d’esprits.

Bref la société évolue. Les moeurs aussi. Et même si on ne me fera pas changer d’avis sur la musique (bah oui je suis têtue et j’aime Reggiani), il faut saluer certaines évolutions.

La vieille de service vous embrasse.

Cette entrée a été publiée dans Serial Mother. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Comments Closed

Les commentaires sont fermés.