On arrive quand ?

q

Aujourd’hui j’ai fait le constat terrible qu’un enfant a l’art de te poser LA question qui t’énerve toi l’adulte. Tu es là bloqué dans des fichus embouteillages depuis 30 mn parce qu’il fait beau et que les gens ont décidé de sortir (comme toi). Tu es partie bien en avance pour le déjeuner dominical qui a lieu à 30 bornes de chez toi mais là, horreur, tu sais dès que tu essaies de quitter ton quartier que ça va être l’horreur. Il se trouve que le maire a décidé d’organiser une braderie en bas de chez toi et que donc l’accès à ta rue est bloqué. S’en suit que conversation surréaliste avec la police qui ne veut pas te laisser passer et toi qui les larmes aux yeux essaie de leur expliquer que Tata Josette et Mémé Huguette t’attendent et qu’ils ne peuvent tout de même pas te retenir prisonnière. Dans le même temps t’as un de tes gosses qui demande genre super FORT  « Maman, pourquoi la police nous empêche de vivre notre vie ? ».

27 minutes plus tard, tu arrives ENFIN à t’enfuir de cette braderie.

Tu arrives sur le périph (suis parisienne) et là, HORREUR tu n’arrives même pas à entrer en fait tant il y a des gens. Un enfant demande  » Bah pourquoi tu avances pas ? ». Tu réponds sèchement « parce que tu vois bien que je ne PEUX pas ». Il reprend « bah je croyais que vous aviez un bouton magique qui fait sauter par dessus les voitures? ». Mince tu as inventé ce fichu truc pour le faire rêver et voilà pas qu’il veut voir la chose. « C’est que en cas de grosse urgence ». Il dit que le déjeuner du jour est une grosse urgence et commence à chanter aidé de sa soeur « pas cap,pas cap,pas cap… »

C’en est trop, tu as chaud, ton mari écoute le tennis en direct à la radio, ta fille chante Louane ou Kendji et le petit dernier hurle CACAAAAAA. Le grand reprend « bon on arrive quand ? ». Personne ne répond.

« On arrive quand j’ai demandé » ajoute t-il un ton plus haut.

ET là…là tu ne sais pas pourquoi toi la fille qui est anti-grosmots, tu te retournes et tu lâche « ta gueule ».

10 ans d’éducation fichues en l’air.

Tout le monde te regarde d’un air outré, ton mec baisse le son de la radio et d’un air affligé osé « chérie, je vais prendre le volant, ça vaut mieux ». Tu lui dis droit dans les yeux « ta gueule, ta gueule, ta gueule, ta gueule, ta gueule ». Les enfants sont outrés.

Fallait PAS poser de questions pourries. C’est tout.

 

Cette entrée a été publiée dans Serial Humeurs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *