Comme quoi tout est relatif

Je ne sais plus qui a dit que tout est relatif (je crois Nabilla mais je ne suis plus très sûre) mais je viens de vérifier cela ce week-end.

Parfois (bon OK souvent), je me dis que 3 enfants c’est beaucoup trop. En fait lorsque j’ai eu le premier je ne m’en sortais pas, j’étais débordée, tout me semblait insurmontable, je trouvais que 24 heures n’étaient pas suffisantes pour préparer à manger/dormir/changer les couches/aller me promener/travailler/être femme/être copine/être fille.

Et puis j’en ai eu deux et là je me suis « pfffff fingers in the nose…Un c’était vraiment vraiment trop facile…et dire que je ne m’en rendais pas compte alors »

Et puis…j’en ai eu 3 et depuis 8 mois que serialbaby est là je me demande VRAIMENT comment je pouvais me trouver sous l’eau avec deux tant je trouve que tout est facile.

MAIS (si y’a pas de MAIS, y’a pas d’intérêt), je me suis senties super soulagée que ce week-end, serialprincesse parte avec ses grands-parents à la campagne (sont chouettes mes beaux-parents-hommage-). Avec seulement deux sur trois, je me suis encooooore plus rendue compte que 2 c’était tout facile. Et puis j’ai croisé une copine qui vient d’avoir son premier hier et elle m’a dit (avec des cernes couleur ciel-quand celui-ci est orageux) qu’elle « ne s’en sortait pas-comment tu fais avec trois-plus jamais je n’aurai d’enfants ».

Alors voilà, tout est relatif. Merci Nabilla.

PS : A propos de Nabilla, je vous conseille l’excellent livre que je viens de terminer « Le cas Eduard Einstein » sur le fils de qui tu sais.

 

Cette entrée a été publiée dans Serial Humeurs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *