Un enfant dans un train

q

Ce week-end j’ai train-é. Oui j’ai pris le train et cela ne ressemble nullement à une partie de plaisir avec un enfant d’à peine 2 ans (oui car il était là, il a ce don de s’incruster ce serialbaby).

Le train avec un enfant petit, tu t’y prépares en général comme Hulk Hogan se prépare à un combat de catch (j’adore le catch, oui madame).

Physiquement tu répètes avec tes petits muscles depuis 3 jours, mentalement tu as révisé tes comptines et pour le reste tu as préparé ton sac de train en plus d’heures que ta valise de maternité (pour de vrai).

Dans ce fameux sac de train (qui marche aussi pour l’avion), tu as mis en vrac : 12 tétines au cas où, le frère jumeau du doudou de junior, des litres d’eau au cas où il y ait une grève des cheminots en route, des gâteau, des petits pots, des couches, des lingettes, des livres, des jouets, 2 tenues de rechange si jamais il se mouille, du lait, un oreiller, des photos, un smartphone, un Ipad, du miel, un doliprane, des compotes.

Tout ça pour à peine 3 heures de train.

L’enfant arrive avec ses bouclettes et sa gueule d’ange, la vieille dame d’à côté le trouve mignon, le beau gosse d’en face aussi. Ils ne le connaissent pas, c’est sûr.

A peine 23 minutes plus tard, la vieille dame et le beau gosse ont élu domicile dans la voiture bar, épuisés du boucan occasionné par serialbaby qui a “du coffre” comme on dit.

Il veut dessiner, il veut bouger, il veut chanter, n’a que faire des livres, ne parle pas mais hurle juste “puta” à la contrôleuse et décide, pour couronner le tout, de réclamer une pomme. Juste ce qu’on avait oublié. A la voiture-bar on demande une pomme. On nous dit qu’elle coute 5 euros. Ah. Il mangera des pommes un autre jour.

Revenu à sa place 1h45 plus tard, il accepte enfin de regarder Tchoupi qui, ô heureux hasard de la vie, prend lui aussi le train. Dingue.

Une inconnue murmure dans sa barbe qu’elle n’a pas “si petit et déjà un écran” avant de racler sa gorge avec une infinie délicatesse. Je la regarde avec mépris.

6 minutes plus tard serialbaby s’endort. Je vais ENFIN pouvoir lire mon bouquin.

Ah mais non, suis-je bête, mon grand me demande de faire une partie de baccalauréat avec lui. Et comme je suis une bonne mère…

 

Cette entrée a été publiée dans Serial Humeurs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentez ce post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *